AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Mali : l'armée française bombarde des islamistes à Gao

Envoyer

 

 

 

Publié le 11.02.2013

Les islamistes armés, pilonnés par des frappes aériennes françaises, chassés quasiment sans combats des villes du nord du Mali qu'ils occupaient depuis près de dix mois, multiplient les actions de guérilla, notamment à Gao.

L'armée française a bombardé lundi le commissariat de police où étaient retranchés les islamistes depuis dimanche, dans le centre-ville de Gao. | AFP/Pascal Guyot

Les combats au sol se poursuivent ce lundi à Gao, la grande ville du nord-est du Mali, reprise par les soldats français et maliens. Cette ville avait déjà été la cible de deux attentats suicides en 48  heures et d'attaques répétées des islamistes.

Par précaution, le principal de Gao a été évacué. «Nous sommes dans la crainte d'un , c'est pour cela que pour des raisons de sécurité, nous avons évacué le marché de Gao», a déclaré un officier de l'armée malienne. Le marché, dans le centre de Gao, se trouve à proximité du commissariat où des islamistes armés s'étaient retranchés dimanche,après avoir affronté des soldats maliens dans le centre ville.

Le commissariat détruit. Ce lundi matin, vers 5 heures, l'armée française a bombardé le bâtiment. Plusieurs témoins disent avoir vu «un hélicoptère» de l'armée française en action et des restes humains autour du commissariat totalement détruit. Un témoin assure qu'un des islamistes retranchés dans le commissariat s'est fait exploser. Les journalistes ont par ailleurs été évacués de Gao par l'armée.

Au moins 5 morts et 17 blessés dans les affrontements de dimanche. Au moins deux islamistes et trois civils ont été tués dimanche dans les affrontements qui ont également fait 17 blessés, a-t-on appris lundi de sources militaire et médicales. A l'hôpital, nous avons reçu 15 blessés par balle, «tous civils», a indiqué un médecin urgentiste, Fatoumata Kanté. «Les blessés étaient tous civils, nous n'avons reçu aucun islamiste», a confirmé le chirurgien Jiteye Moulaye. Deux civils morts reposent a la morgue, tandis qu'un troisième cadavre, lui aussi un civil selon des proches, a été retrouvé dans la cour du gouvernorat proche des combats. Deux soldats maliens ont également été légèrement blessés, selon un haut gradé malien, ce qu'ont confirmé les médecins. L'officier a indiqué qu'à sa connaissance, «au moins deux terroristes» avaient été tués. Un commerçant du marché de Gao, où se situe le commissariat dans lequel les jihadistes s'étaient retranchés, a lui évoqué cinq personnes mortes, tuées par des balles perdues. «C'étaient des commerçants dans le marché, des frères», a ajouté Malik Maïga. L'affirmation est plausible, les cadavres n'étant pas systématiquement amenés à la morgue, ont jugé les médecins.

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui8400
mod_vvisit_counterHier9218
mod_vvisit_counterCette semaine42732
mod_vvisit_counterSemaine dernière41693
mod_vvisit_counterCe mois103876
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098304609

Qui est en ligne ?

Nous avons 2080 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18000180
You are here PRESSE XXI° 2013 Mali : l'armée française bombarde des islamistes à Gao