AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Noël : le miracle des légionnaires 24122010

Envoyer

Publié le 24/12/2010

Les crèches ne se racontent pas, elles se visitent le 25 après-midi au quartier danjou. c'est gratuit / Photo DDM, Gladys
 
Elles se font dans le plus grand secret mais ce n'est rien trahir que d'imaginer que les théâtres de combat afghans seront présents dans les crèches des légionnaires du « 4 », en hommage à ces camarades tombés là-bas… Du papier, des bouts de bois, des palettes, du carton… « C'est tout du matériel de récup », annoncent d'une seule et même voix les capitaines Vidalo, Allio et Potel, des 1re, 2e et 3e compagnies. Le reste est affaire d'imagination pour la confection des crèches à la légion étrangère. Noël, un moment où la famille légion prend tout son sens. A Castelnaudary, il a la particularité d'être pour tous les jeunes engagés volontaires le premier. Qu'importe d'où on vient, quelle religion est sa religion. On se retrouve autour de la Nativité et la belle tradition des crèches est forte de sens, tout comme l'est la veillée avec les cadres. Sous-officiers, officiers du régiment sans exception, passent le réveillon avec leurs hommes.

Tandis que se dispute encore le challenge de Noël, on prépare en grand secret les crèches. Si l'on a le privilège de voir l'envers du décor, interdiction est faite de dévoiler ce qui fera la particularité de l'une ou de l'autre. L'émulation est grande pour remporter le concours bien doté. Nous serons donc la discrétion même. « De toute manière, vous ne verrez pas tout », lâche tout sourire, le capitaine de la 3e compagnie. Et pour cause. C'est l'effervescence partout. Difficile d'imaginer dans ces monceaux de matériaux aussi divers que variés ce que l'on pourra admirer au final. « La mission est sacrée. Nous serons prêts à l'heure. On a encore toute la nuit », s'engage le capitaine Potel. « Les crèches, ce n'est pas beau de jour », confie le capitaine Alliot. Lui est disert. Il sait que « la concurrence prévoit quelque chose de grandiose ». La « 2 » se la jouera simple. « Devant une bonne crèche, on rit, on pleure et on s'en rappelle toute sa vie ».

Le budget est modeste. 200 € et pas un centime de plus. Le talent est, lui, immense. Chaque année est l'occasion de découvrir de vrais artistes ainsi ce sculpteur chinois qui a créé des merveilles de santons. « Nous pourrions mettre 1000, 2 000 €, faire venir une troupe de théâtre, remporter le 1er prix mais ce n'est pas l'esprit légion », tranche le capitaine Vidalo. Tout est question de débrouille. « Ce qui nous a coûté le plus cher ? La pâte à modeler qui durcit quand on la réchauffe. Pour le reste… La peinture ? C'est de l'eau et des colorants, le câble vient de l'appareil à « muscu », la lampe d'Emmaüs, la tringle, du rideau de la chambrée… ». On fait avec les moyens du bord. Reste un grand mur nu, pour l'instant, et qui promet de grandes émotions « en donnant soit le sourire soit la larme à l'œil ». Le capitaine Alliot n'en dira pas plus.

Gladys Kichkoff

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui3589
mod_vvisit_counterHier5300
mod_vvisit_counterCette semaine33862
mod_vvisit_counterSemaine dernière46961
mod_vvisit_counterCe mois195018
mod_vvisit_counterMois dernier199328
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/099312753

Qui est en ligne ?

Nous avons 1206 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13587
Affiche le nombre de clics des articles : 19788394
You are here PRESSE XXI° 2010 Noël : le miracle des légionnaires 24122010