AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Incendie de Marseille : l'adjudant mis en examen

Envoyer

Publié le 25/07/2009

Il commandait l'exercice de tirs à l'origine du sinistre ayant détruit cette semaine 1.077 hectares de garrigue. Selon Rue 89, le légionnaire avait déjà été signalé au ministre de la Défense comme étant violent.

Un adjudant-chef de la Légion qui commandait l'exercice de tirs à l'origine du sinistre ayant détruit cette semaine 1.077 hectares de garrigue et de pinèdes aux portes de Marseille, a été mis en examen samedi pour incendie involontaire. Il a été laissé libre sous la responsabilité de l'armée.

«Il n'y a pas de justification à une détention provisoire», a déclaré le procureur de la République de Marseille Jacques Dallest, soulignant qu'il s'agissait d'un incendie «involontaire» et que le légionnaire avait reconnu les faits.

Philippe Fontaine, 43 ans, natif de la Réunion, encourt une peine maximale de cinq ans d'emprisonnement. Il risque d'être révoqué de l'armée. Un des six chefs de mise en examen retenus contre lui, spécifiquement militaire, concerne la «violation de consigne». Les résultats de l'enquête de commandement, traditionnellement dévolue à des officiers supérieurs indépendants, sont attendus mardi soir.

Ce militaire expérimenté, dans la Légion depuis 23 ans et qui revenait d'une mission en Afghanistan, avait exprimé jeudi devant les enquêteurs ses regrets et s'était déclaré anéanti.

Une information judiciaire a été ouverte dans la matinée. Jacques Dallest a souligné «la volonté d'embrasser très largement les conséquences de cet incendie sur l'environnement, les biens et les personnes», soulignant que les particuliers qui s'estiment victimes pourront se constituer partie civile.

«Un comportement violent, signalé au ministre»

Selon le site internet Rue 89, le militaire avait déjà été signalé auprès du ministère de la Défense. Jacques Bessy, ancien officier de gendarmerie devenu avocat et vice-président de l'Adefdromil (Association de défense des droits des militaires), explique que deux courriers adressés à Hervé Morin, en 2007 et 2009, alertaient le ministre du «comportement extrêmement violent» de l'adjudant-chef, comme des «coups de rangers, de pieds, et de poing,» envers d'autres légionnaires. «Nous avons signalé tous ces faits à Monsieur Morin, nous lui avions demandé d'ailleurs de nous informer des mesures qui seraient prises, nous n'avons jamais reçu de réponse», souligne-t-il.

«Si des mesures avaient été prises, compte tenu du caractère violent connu (...) de ce gradé, il n'aurait jamais dû poursuivre ses fonctions d'encadrement au premier régiment étranger, il aurait dû être écarté, et placé dans un emploi administratif. Et aujourd'hui, on ne se retrouverait pas avec 1300 hectares de garrigue brulés», assure Jacques Bessy, interviewé par Rue 89.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui2723
mod_vvisit_counterHier6545
mod_vvisit_counterCette semaine46561
mod_vvisit_counterSemaine dernière53376
mod_vvisit_counterCe mois166621
mod_vvisit_counterMois dernier235513
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/097694136

Qui est en ligne ?

Nous avons 1441 invités en ligne

aaleme.fr

aaleme.fr les News en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13386
Affiche le nombre de clics des articles : 17142181
You are here PRESSE XXI° 2009 Incendie de Marseille : l'adjudant mis en examen