AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Mirepoix. Le grand Peyranne dans nos murs

Envoyer

Publié le 09/07/2009

 

Pour la dernière année qu'il organise « Montmarte à Mirepoix », Alain Baby (à g.) présente le peintre Rémy Peyranne. - DDM
Pour la dernière année qu'il organise « Montmarte à Mirepoix », Alain Baby (à g.) présente le peintre Rémy Peyranne. DDM

La salle des métiers d'art reçoit comme invité d'honneur, jusqu'au 20 juillet, le célébrissime peintre toulousain Rémy Peyranne, dans le cadre de la manifestation « Montmatre à Mirepoix ». L'on doit cet honneur à Alain Baby, son ami de toujours. Son palmarès éblouissant démarre en 1958, où il rafle tous les premiers prix à l'école des beaux-arts de Toulouse : sculpture, dessin, peinture, gravure, anatomie. Sa route est désormais jonchée de médailles d'or. Seul candidat admissible de Toulouse pour le Prix de Rome, il est aussi le quatrième lauréat, en cent ans, de l'école des beaux-arts toulousaine à décrocher ce titre. Malgré tous ces honneurs et hautes distinctions, Rémy Peyranne affiche une réelle modestie. Pendant cinquante ans, il s'est plongé dans les profondeurs du figuratif, traquant le détail, la couleur dans une symphonie où l'œil est ébloui. Aux cimaises de l'office du tourisme : l'hôtel de ville de Toulouse, une corrida flamboyante, un bateau-école battant pavillon italien et, dans une palette éblouissante, Montmatre et Mirepoix en duo. Aujourd'hui il change de cap et s'oriente avec bonheur vers une peinture avant-gardiste où il décortique avec maestria le cosmos dans toute sa plénitude. L'eau, le feu, la terre nous interpellent, au couteau, à l'huile, à l'acrylique ; dans un mélange de béton américain saupoudré de poudre d'or, le mouvement circulaire laisse le visiteur conquis. Il nous confie qu'à ce jour il a peint plus de 9.000 toiles, toujours avec la même passion, et visité plus de 48 pays, d'où il a ramené d'innombrables croquis qui lui ont permis de réaliser de nombreuses expositions. En 1978, il fait un voyage au Mexique (Camerone) en prévision d'une grande toile destinée à la légion étrangère (la mort du capitaine Danjou). Inventivité, créativité à travers ses toiles, Peyranne nous livre ses émotions.

La Dépêche du Midi

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui2395
mod_vvisit_counterHier7558
mod_vvisit_counterCette semaine45583
mod_vvisit_counterSemaine dernière41039
mod_vvisit_counterCe mois112267
mod_vvisit_counterMois dernier235513
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/097639782

Qui est en ligne ?

Nous avons 1654 invités en ligne

aaleme.fr

aaleme.fr les News en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13386
Affiche le nombre de clics des articles : 17064175
You are here PRESSE XXI° 2009 Mirepoix. Le grand Peyranne dans nos murs