AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Castelnaudary. Photos choc d'un entrainement très «spécial» à la Légion

Envoyer

Publié le 27/02/2009

En août 2005, cet entraînement très spécial a été infligé à des jeunes recrues à l'instruction

Sur cette photo, prise en août 2005, à la ferme de Raissac, près de Castelnaudary, les jeunes recrues participaient à un « exercice sur les droits et devoirs des prisonniers », selon la Légion. - DDM
Sur cette photo, prise en août 2005, à la ferme de Raissac, près de Castelnaudary, les jeunes recrues participaient à un « exercice sur les droits et devoirs des prisonniers », selon la Légion. DDM

Une nuit très particulière, au mois d'août 2005, dans l'une des fermes d'instruction du 4e Régiment étranger (Castelnaudary), la ferme de Raissac, près de Plaigne. Dans ces fermes isolées en pleine campagne sont regroupées les nouvelles recrues de la Légion. Beaucoup d'exercices physiques, de maniements d'armes, quelques bases de français pour ces hommes venus de loin. Les futurs légionnaires y passent quelques semaines, durant lesquelles ils devront entrer dans le rang.

Au mois d'août 2005, donc, des photos sont prises, de très près, d'un entraînement très spécial. Les recrues de cette section sont déshabillées, en slip, t-shirts remontés sur la tête, face à un mur. Ou agenouillés, dans la même tenue. Ou encore rampant dans la boue.

Les photos chocs de cet exercice pour le moins spécial ont été remises par un « informateur » à l'association de défense des droits des militaires, qui a décidé de les mettre en ligne sur un site d'information, Rue89. Pour cette association, c'est très clair, il s'agit d'humiliations et de brimades subies par les jeunes recrues ».

« Ces photos parlent d'elles-mêmes, analyse Jacques Bassy, vice-président de l'association, signataire de l'article paru sur Rue 89. Ces gens sont en slip, à genoux… Il ne s'agit pas d'un exercice militaire réglementaire. L'homme qui se tient debout, une bière à la main, est sans doute un gradé. Nous recueillons des témoignages de recrues qui, après une soirée comme celle-là, décident de mettre un terme à leur engagement. Mais je ne dis pas que ces brimades présentent un caractère systématique ».

Un ancien sous-officier de la Légion, vingt-cinq ans de service, contacté hier, confirme ne « jamais avoir connu de brimades. Mais des exercices physiques un peu dur, oui ». Un second, 15 ans de service, donne une version inverse : « J'ai connu bien pire que ça. Des gens attachés par une chaîne, à une niche, pour monter la garde, par de petits gradés qui se croient tout permis. Mais c'était du cas par cas. Et, quand l'affaire était connue, les sanctions tombaient automatiquement ».

« Le chef de section sera sanctionné »

Une enquête express a été mise en œuvre au sein du 4e Régiment Étranger (Castelnaudary), dès que les photos de cet entraînement très particulier ont été mises en ligne, sous l'autorité de son chef de corps, le colonel Pau, et du général Pichot de Champfleury, commandant de la Légion Étrangère. La scène a été rapidement identifiée, comme la compagnie incriminée : la 3e compagnie, qui effectue son instruction à la ferme de Raissac, près de Castelnaudary. Les photos ont alors circulé entre de nombreuses mains, et l'homme en jaune a été rapidement identifié, comme le chef de section, un tout jeune lieutenant à l'époque, et son adjoint. Interrogé, l'officier, aujourd'hui capitaine et affecté dans un autre régiment, a expliqué avoir voulu réaliser un exercice sur les « droits et les devoirs du soldat », faisant jouer aux recrues de sa section le rôle de prisonniers de guerre. « Bien entendu, il n'aurait jamais dû faire cela, commente le colonel Pau, chef de corps du 4e Régiment Étranger. Mais ce n'est pas un sadique. Il a juste fait un excès de zèle, en sortant du manuel d'instruction. Il y aura donc certainement une sanction, même si les faits sont anciens ». Une sanction qui pourrait d'ailleurs être exemplaire, au regard de l'impact médiatique de ces photos.

Les photos, justement, auraient été prises, « sur ordre », afin de servir à un débriefing, à la fin de l'exercice, sur les leçons à en tirer, selon le colonel Pau. Leur diffusion, selon lui, ressemblerait fort à un acte de malveillance.

« Pour nous, les brimades sont parfaitement insupportables, reprend le chef de corps du 4e Régiment Étranger. Notre objectif n'est pas d'humilier les futurs légionnaires, mais de les former et de créer une fraternité d'armes. On ne peut pas retenir les gens contre leur gré ». Selon l'officier, le nombre de recrues ayant mis fin à leur engagement à la fin de l'instruction, lors de la période concernée, est conforme à la moyenne. « Il n'y a pas eu de scandale », conclut-il.

L.G.

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui2062
mod_vvisit_counterHier7558
mod_vvisit_counterCette semaine45250
mod_vvisit_counterSemaine dernière41039
mod_vvisit_counterCe mois111934
mod_vvisit_counterMois dernier235513
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/097639449

Qui est en ligne ?

Nous avons 1887 invités en ligne

aaleme.fr

aaleme.fr les News en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13386
Affiche le nombre de clics des articles : 17063611
You are here PRESSE XXI° 2009 Castelnaudary. Photos choc d'un entrainement très «spécial» à la Légion