AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Bus, camion de pompier, taxis... tout se vole

Envoyer

Publié le 03/06/2008

Insolite. Un bus de ville s'ajoute désormais à l'incroyable liste de véhicules dérobés aux pompiers, aux gendarmes ou encore aux policiers.

Bus, camoin de pompier, taxis... tout se vole - DDM
Bus, camoin de pompier, taxis... tout se vole DDM

« Un bus de ville a disparu à Toulouse. Soyez attentifs, il pourrait se trouver dans le secteur… »

Ce message transmis dimanche après-midi par la gendarmerie du Tarn-et-Garonne à ses hommes en surveillance sur l'autoroute Toulouse-Bordeaux n'est pas resté longtemps sans réponse.

« Chef, je l'ai aux jumelles ! »

Et cet équipage de la brigade motorisée de Montauban, en surveillance sur les bords de l'autoroute, a vu arriver le Renault GX 327 appartenant à Tisséo, le réseau de bus urbain de Toulouse. Ce véhicule de 2006 filait bon train vers Bordeaux. Au volant, Adrian, solide Polonais de 22 ans. Un garçon, ancien de la Légion étrangère, qui n'a posé aucune difficulté pour stationner son véhicule sur l'aire de repos de Campsas quand les motards lui ont fait signe. Et il a répondu très simplement aux interrogations des gendarmes. « Il a été très poli, sans souci », indique un militaire.

Aucun souci sauf que jamais Adrian n'aurait dû quitter le garage de Langlade au volant du véhicule n°627. « Une enquête interne est en cours. D'abord pour savoir comment cet individu a pu pénétrer sur le site et comment il a pu quitter les lieux au volant d'un bus », prévient Stéphane Coppey, le président de Tisséo. Et deux plaintes ont été déposées : une pour vol et l'autre pour utilisation frauduleuse d'un véhicule public…

Interrogé par les policiers de la sûreté départementale, Adrian a d'abord semblé très confus dimanche soir quand il est arrivé au commissariat. Finalement, après une nuit de repos, ses explications ont semblé très cohérentes. En fin de contrat dans la Légion, ce costaud couvert de tatouages cherche du travail. C'est ce qu'il l'a amené à Toulouse où il ne connaît personne. Dimanche, près de Langlade, il a croisé un homme à qui il a confié ses soucis.

« Tu sais conduire un bus ? Si tu vas à Bordeaux et que tu reviens, tu es embauché », aurait alors répondu cet homme.

Blague ? Adrian ne s'est pas fait prier. Il est monté dans le bus, a su le faire démarrer (c'est technique et pas accessible à n'importe quel conducteur selon la communication de Tisséo) et il a pris la route !

La sécurité ? Inefficace pour ne pas dire absente. Et très à l'aise, notre chauffeur polonais a tracé, sans se poser de question. A-t-il pris des passagers ? Une femme aurait refusé de monter. D'autres usagers n'ont pas compris que ce chauffeur au français « particulier » n'arrive pas à ouvrir les portes… Des témoignages à prendre quand même avec prudence. Quand il a passé le péage de Lalande, des agents d'ASF ont trouvé cela curieux. Et l'alerte a été vite diffusée.

Quant au chauffeur, il a été laissé libre hier. Il est désormais attendu par le tribunal dans quelques mois. Et Tisséo, très ennuyé par ce périple qui aurait pu mal tourner, cherche à comprendre…


Livreurs de pizza : attention aux scooters

Pas facile de livrer des pizzas le soir dans l'agglomération toulousaine. Les jeunes garçons tout de rouge vêtus sont parfois victimes d'agressions. Ce n'est pas la quatre fromages pâte moelleuse qui attire les délinquants mais plutôt le porte-monnaie du livreur et sa mobylette : « ça arrive rarement mais ça arrive », affirme le directeur du marketing de la Boîte à Pizza, Benoît Ravard. Selon la marque toulousaine de livraison à domicile, deux scooters ont déjà été dérobés sur un parc de 80 mobylettes. « Il y a des zones à risque que l'on ne livre plus et la sécurité entre dans la formation de nos livreurs. Ils savent qu'ils doivent éviter les zones à risque et en cas de problème, demander au client de descendre chercher sa pizza. On leur demande également de ne jamais avoir sur eux plus de 20 €. S'ils avaient 200 ou 300 €, ce serait une aubaine pour les délinquants, ils se donneraient le mot. »

Les scooters ne sont pas laissés sans surveillance devant les points de vente : la direction est verrouillée et la roue arrière munie d'un antivol.


Taxis : 43 vols et agressions en 2007

Les chauffeurs de taxi, qui vivent toute la journée dans leur véhicule, ne laissent jamais leur voiture sans surveillance. Aussi, quand ils se font agresser, c'est violent : 43 cas de car-jacking en 2007 selon le président des artisans taxis toulousains, Jean-Marc Chambon. « Quand ça se produit, c'est plutôt en début de soirée, dans des stations-service, des stations de lavage ou des feux, dans des zones bien identifiées, surtout entre Montaudran et Croix-Daurade. » Les taxis redoutent par ailleurs les agressions à domicile pour faire main basse sur leur stock d'essence : certains se font livrer chez eux jusqu'à 3 000 litres de carburant.


Main basse sur les VTT des policiers

C'est beau un vélo tout-terrain, surtout lorsque la marque « Police » est inscrite sur le cadre. Il ne roule pas plus vite que les autres mais c'est quand même la grande classe. C'est ce qui avait dû traverser l'esprit de deux téméraires voleurs, au début du mois de mars dernier, au centre-ville de Toulouse. Ils avaient fauché les VTT de deux policiers du commissariat de la rue des Remparts-Saint-Etienne, qui arpentaient les rues du centre-ville. Ce jour-là, la patrouille était intervenue rue Alsace, dans le magasin Zara, pour interpeller deux voleuses à l'étalage.

De retour dans la rue, plus de vélo. Pourtant, ils avaient été correctement attachés. Mais ni l'antivol ni l'emblème « Police » n'ont fait reculer les voleurs. Les VTT ont été retrouvés une semaine plus tard, abandonnés mais en bon état de marche, dans la cour intérieure d'un immeuble du centre-ville, rue Genty-Magre.


500 mètres à bord d'un camion de pompiers

Conduire un camion de pompiers, le rêve de tous les gamins ! C'est peut-être pour assouvir un doux fantasme qu'un jeune garçon a pris le risque de conduire un camion rouge rutilant en plein centre-ville avant d'abandonner le véhicule, contraint et forcé.

L'année dernière, un Toulousain s'est mis dans la peau d'un soldat du feu et a tout simplement pris le volant d'un véhicule de secours aux asphyxiés et blessés (VSAB) en intervention place Esquirol. Selon un témoin, ce faux pompier aurait parcouru environ 500 mètres avant de caler et d'abandonner le véhicule, un peu plus loin, rue de Metz. Il faute dire que le VSAB n'est pas une voiture ordinaire. Il est utilisé par les pompiers pour venir en aide aux victimes de malaises, aux blessés et aux accidentés sur la voie publique. Un engin qui ne passe pas inaperçu.


Il tente de s'enfuir au volant du fourgon des gendarmes

Quand dans la nuit du 17 décembre, Sofian, 24 ans, croise un fourgon de gendarmes, il s'arrête.

Au volant d'une voiture volée, de la résine de cannabis plein les poches, ce multirécidiviste s'inquiète. Et il accélère dès que les gendarmes s'approchent. La poursuite ne dure pas, les militaires préfèrent perdre le suspect que risquer l'accident.

Seulement quelques minutes plus tard, ils découvrent une voiture dans le fossé à hauteur de l'hypermarché de Gramont, à Toulouse. Le conducteur paraît un peu sonné.

Les gendarmes mettent leur fourgon en travers, tous feux allumés pour signaler l'accident. Ils ne reconnaissent pas de suite l'homme qui leur a fossé compagnie un peu plus tôt. Et ce dernier, gonflé comme un récidiviste, tente l'impossible : il monte dans le fourgon des gendarmes, passe la première et commence la plus belle... belle de l'année… Il n'est pas allé bien loin.

Un gendarme a eu la présence d'esprit de passer par l'autre côté et de bloquer le frein à main. Placé en détention, jugé en comparution immédiate, cet homme a pris deux ans de prison.

Une condamnation supplémentaire, la vingtième sur son imposant casier judiciaire !

J.C.

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui965
mod_vvisit_counterHier8355
mod_vvisit_counterCette semaine9320
mod_vvisit_counterSemaine dernière53376
mod_vvisit_counterCe mois129380
mod_vvisit_counterMois dernier235513
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/097656895

Qui est en ligne ?

Nous avons 1358 invités en ligne

aaleme.fr

aaleme.fr les News en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13386
Affiche le nombre de clics des articles : 17086856
You are here PRESSE XXI° 2008 Bus, camion de pompier, taxis... tout se vole