AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

L'enquête

Envoyer

Le Messager de l'Ouest. Journal de l'arrondissement de Sidi-Bel-Abbès. 031295

 

De Majunga, jardin des Oliviers àTananarive, Golgolha ! en passant par Suberbieville, 3000 de nos soldats dallent la route, et dorment dans les champs malgaches, leur dernier sommeil !

Pendant des mois entiers, l'angoisse au cœur, et le doute dans l"esprit non par la crainte de voir faiblir la vaillance et l'intrépidité de nos troupes ; mais devant les obstacles presque insurmontables, qui s’accumulaient comme à plaisir, nous avons tremblé un instant, non devant la possibilité d'une défaite, mais, sur la nécessité de l'envoi de nouveaux renforts.

Nos soldais partis pour se battre dans la grande île malgache, ont été transformés en terrassiers, et c'est la pelle ou la pioche à la main,qu'ils sont tombés, à de rares exceptions près, sur ce nouveau chemin de la croix.

Aussi est-ce avec un véritable soulagement pour la conscience nationale, que l'on a appris la prise de Tananarive et la fin des hostilités, mais hélas, non pas la fin des perles.

Aux 3000 restés là-bas (chiffre officiel) il faut ajouter cinq cents au moins, à qui la mer sert de mouvante tombe.

L'opinion publique réclama une enquête, quand on voulu savoir pourquoi 3 000 voitures Lelèbvre, avaient été envoyées dans un pays où il n'y a pas de route. Pourquoi un pont de 160 mètres- fut dirigé sur Majunga et qu'on ne put en utiliser que la moitié. Pourquoi 6.000 porteurs recrutés à grands frais, parmi la lie de la population kabyle, et qui pendant la colonne dévalisèrent nos troupiers, quand ils ne les abandonnèrent pas, morts ou mourants, à la dent des chiens voraces qui pullulent dans ce pays, au lieu de 100.000 noirs comme font les Anglais, pour leur expédition contre les Acbantis. Pourquoi les hôpitaux manquaient et les médicaments aussi, enfin pourquoi cette effroyable mortalité pendant les rapatriements ?

Un député se faisant le porte-parole de la nation toute entière, vint demander à la tribune les raisons que pourrait fournir le nouveau Ministère au nom de l'ancien, sur l'imprévoyance coupable (je n'ose dire plus) qui avait présidé aux préparatifs de l'expédition.

Eh bien, il s'est trouvé un Ministre de la Guerre et une majorité assez servile pour repousser l'enquête, de sorte que le seul Monsieur Gavaignac pourra connaître des fautes commises et peut-être ainsi certains coupables échapperont-ils à la vindicte publique, ce qui n'aurait pas eu lieu, si l'enquête avait été ordonnée.

MM.Ribot et Dupuy ex ministres, traités d'assassins en pleine Chambre, n'ont protesté que faiblement, alors qu'une telle injure eut dû leur faire escalader la tribune, et demander eux-mêmes l'enquête.

De deux choses l'une, où les députés qui ont traité Dupuy et Ribol de cette façon, sont des calomniateurs, et les incriminés devraient les traduire en cour d'assises ; où l’épithète qui leur a été jetée à la face a sa raison d’être, et alors nous ne comprenons, pas pourquoi la majorité appris fait et cause pour ceux qu'elle aurait dû chasser de son sein, en attendant qu'un verdict impitoyable en fasse justice.

A. BOURDON


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui3121
mod_vvisit_counterHier9353
mod_vvisit_counterCette semaine3121
mod_vvisit_counterSemaine dernière58095
mod_vvisit_counterCe mois85762
mod_vvisit_counterMois dernier294058
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0910371842

Qui est en ligne ?

Nous avons 1777 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13629
Affiche le nombre de clics des articles : 21795096
You are here PRESSE XIX° 1895 L'enquête