AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Lettre de Madagascar... (suite)

Envoyer

Le Messager de l'Ouest. Journal de l'arrondissement de Sidi-Bel-Abbès. 101295

Kinâdjy, le 18 Septembre 95.

Le 15 à 5 heures du matin, le mouvement commence en trois colonnes, pour l'attaque des positions de Tsaimnardry. Un large couloir mamelonné entre deux chaînes de montagne de hauteur immense. Le bataillon de la Légion au centre sur le sentier de la gorge ou sur le Thalweg. Le bataillon malgache sur les hauteurs de droite, les Tirailleurs Algériens à gauche. A 8 heures du matin la fusillade éclate partout. Nous sommes devant de formidables retranchements. L'Artillerie Hovas commence à tirer de tous côtés. Ma compagnie accélère l'allure pour couper la retraite à l'ennemi fuyant devant les Tirailleurs malgaches et haoussas qui chargent à la baïonnette. Une large crevasse nous arrête.
Nous ne pouvons faire que des feux de salve qui dispersent les chemises blanches (Hovas ; il ont pour tout uniforme une chemise blanche) comme une volée de moineaux.
Par contre un canon à une hauteur de plus de 200 mètres, nous; envoie des projectiles.

Deux obus passent avec un bruit sinistre au-dessus de nos tètes et vont frapper dans un village en flammes à 20 pas derrière nous.
Un troisième fait voltiger la poussière à dix pas devant

Pendant ce temps le mouvement des malgaches continue et l'Artillerie de ce mamelon bat en retraite.

Nous reprenons notre itinéraire et peu après nous apercevons trois camps retranchés.

De tous côtés surgissent des Hovas et dirigent les feux sur nous. Deux hommes tombent ! un de la 1re et un de la 4e.

Nous avançons sans riposter prendre position permettant de tirer sur les camps.

De trois côtés les canons tirent sur nous !

Le bataillon est en ligne et on fait des feux de salve par section. A toute minute on aperçoit une fumée blanche, quelques secondes après la détonation, et en même temps le froissement du projectile qui se visse dans les couches d'air nous prévient que l'acier va passer.

Instantanément la poussière voltige devant ou derrière !

Sans émotion les feux continuent. En 10 minutes plus de 30 obus arrivent et c'est miracle que pas un ne touche.

Les Hovas tirent avec une admirable précision.

Ma compagnie lient la gauche de la ligne ; les hommes sont à genou, les chefs de section debout.

Le capitaine est à côté de moi et avec les deux sergents nous formons un petit groupe qui paraît être le point de mire de la pièce du camp gauche.

Trois projectiles arrivent successivement, le premier à vingt pas devant le rang du peloton ; la 2e à dix pas environ, et le 3e à moins de quatre pas.

Nous sommes éclaboussé de sable.

Je puis vous assurer qu'il n'est pas toujours aisé de commander : Joue ! Feu ! malgré tout, les hommes se comportent très bien.

Le général Melzinger arrive, et le général en chef aussi. Deux obus s'enfoncent à côté d'eux.... La place n'est plus tenable sans risquer de grosses pertes....

Par bonheur très peu d'obus éclatent.

Deux seulement tombent sur un rocher, se dispersent et blessent un cheval.

(A Suivre)


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1780
mod_vvisit_counterHier8891
mod_vvisit_counterCette semaine14779
mod_vvisit_counterSemaine dernière49099
mod_vvisit_counterCe mois193095
mod_vvisit_counterMois dernier253753
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/099787052

Qui est en ligne ?

Nous avons 1679 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13605
Affiche le nombre de clics des articles : 20557319
You are here PRESSE XIX° 1895 Lettre de Madagascar... (suite)