AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

LETTRE D'UN SOLDAT

Envoyer

L'Actualité militaire illustrée. 24/02/1884.

 

Les récits des témoins sur la prise do Son-Tay arrivent depuis quelques jours. Quelques-uns sont très typiques. Voici quelques passages d'une lettre d'un soldai, dos corps détachés de l'armée d'Afrique, qui nous a paru infiniment curieuse et vivante.

Cette nuit fut pour nous encore passée sous les armes.

Mais que nous importe ces petites misères ; ou le bruit des balles, auquel se joint le cancan du canard que l'on décapite ou le grognement de la truie, qui sans grands préparatifs culinaires, frétillent bientôt dans la marmite de l'escouade.

Comme le dit le chant de la légion :

Nous avons pour chasser la famine
Certains moyens qu'en Afrique on a. pris.

Ceci n'est nullement du maraudage, vu que ces villages se trouvent complètement abandonnés parles Annamites. Je crois que les Pavillons ont voulu nous obliger à faire des festins sur tous nos parcours, car. jamais ni porcs, ni volailles ne nous ont manqué.

C'est très gentil de leur pari. Nous aimons beaucoup celte politesse. A vrai dire, elle nous est due, car, combien de fois grâce à eux, nous nous sommes vus dans l'obligation de serrer la courroie !

.... Enfin, le 16, le grand joui1, le jour de l'action décisive luit à nos yeux.

... Il est 5 heures, l'amiral est à notre gauche, derrière la 3e compagnie.

L'ordre est donné au commandant Damier de faire mettre la baïonnette au canon.

Bientôt le cri de : « En avant » se fait entendre; les clairons sonnent la charge et la légion étrangère, baïonnette menaçante, s'élance à la mort ou à la victoire, au cri de: Vive la France :

La charge est conduite par le capitaine adjudant-major Mehl.

Des remparts de la ville on nous crible de mitraille.

Officiers et soldats 'tombent»,mais tombent en héros.

Enfin, on arrive aux pieds du rempart après avoir traversé un fossé dans lequel l'eau nous monte jusqu'à la ceinture, Ici tombé le capitaine Mehl blessé dans la région du cœur, que la mort devait enlever quelques heures après.

Nos hommes prennent leurs outils de campagne, sapent tout en tiraillant et bientôt une brèche est faite.

Du côté de la digue se trouve la masse. Aussi l'on ne peut faire un pas sans rencontrer des morts ou des blessés. D'autres sont étendus dans les rizières. On emporte ceux qui gênent le passage, les autres seront enlevés par l'ambulance. Enfin la légion pénètre:dans la première enceinte; on profite de tout pour entrer; même des embrasures de canon.

Plusieurs explosions se font entendre. Ce sont des bambous remplis de poudre et qui doivent faire de nouvelles victimes au moment de l'assaut. De la porte également, part une formidable explosion.

Mais,; peu après, un légionnaire est debout sur les murs de Son-Tay, agitant un pavillon en signe de victoire.

Son-Tay est à nous : Vive la France !

Si de.ee côté nous avons à nous réjouir, nous avons à regretter des braves, morts glorieusement et de nombreux blessés, parmi lesquels se trouvent M. Conte et. M. Bergougnioux., tous deux capitaines.

Je n'ose pas te dire le nombre d'hommes que nous avons perdus pendant ces trois jours et deux nuits de combat. C'est trop douloureux.

Contente-toi d'apprendre que c'est la légion étrangère qui a eu le plus de pertes.

Aussi nous avons reçu de chaleureuses félicitations de l'amiral: « Vous êtes des braves, a dit notre, chef, vous pouvez être fiers de vos succès la légion est un corps d'élite.» De toutes parts, soldats et marins nous félicitaient et nous passaient leurs petits bidons afin de nous offrir la goutte.

Tu vois mon cher, que l'armée d'Afrique se distingue et que là-France, peut compter sur nous. L'Algérie doit eu être fière.

Bientôt nous irons à Baknime. Là encore nous serons dignes d'être estimés de la France.

A toi de cœur.

E.S.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui3267
mod_vvisit_counterHier7291
mod_vvisit_counterCette semaine17027
mod_vvisit_counterSemaine dernière54503
mod_vvisit_counterCe mois116887
mod_vvisit_counterMois dernier233323
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098093010

Qui est en ligne ?

Nous avons 1247 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13430
Affiche le nombre de clics des articles : 17680867
You are here PRESSE XIX° 1884 LETTRE D'UN SOLDAT