AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le combat de Camerone raconté en rimes...

Envoyer

Nouvelle version

En 1863, dans une auberge au Mexique,
Se déroula un combat historique !
C'était le 30 avril exactement,
De 7 à 18 heures très précisément !

3 officiers et 62 hommes à 1 heure du matin
S'acheminent vers leur destin.
A Palo Verde pour faire le café se sont arrêtés
A ce moment les mexicains se sont manifestés.

Le capitaine Danjou, le carré fait former,
Pour la défense du détachement assurer.
Les charges de cavalerie sont repoussées
Et des pertes sévères à l'ennemi infligées.

Dans l'auberge de Camerone retranchés,
A 2000 mexicains les légionnaires se sont opposés
Pour les fixer, et l'attaque retarder,
Du convoi qu'ils voulaient appréhender.

Déterminé Danjou, capitaine légionnaire,
De Chalabre originaire,
A Milan, le mexicain, refusa sans hésitation,
Des légionnaires la reddition !

Vaillants, les légionnaires du détachement,
Avec leur chef firent le serment !
Jusqu'à la mort combattre pour sauver
Le convoi qu'à Puebla devait arriver.

Par la faim et la soif tiraillés,
Onze heures durant ils ont bataillés.
A la poitrine, Danjou à midi fut touché,
En combattant à la vie il fut arraché.

A quatorze heures , au cours de l'affrontement,
Vilain au front est frappé mortellement.
La souffrance, dans l'auberge en feu augmente,
Les légionnaires sont dans la tourmente.

A dix-sept heures, douze sont les résistants
Avec Maudet toujours vivants.
Le colonel Milan demanda alors la reddition,
Mais Maudet la repoussa avec indignation.

Plus tard, Maudet et cinq autres survivants,
Dont les noms sont les suivants :
Maine, Catteau, Wandel, Léonard et Constantin,
Firent face à l'ennemi dans cette espèce de fortin.

Leurs fusils sur l'ennemi déchargèrent
Et leur détermination démontrèrent,
A la baïonnette pour prouver
Que leur intégrité voulaient préserver.

Avec deux camarades Maudet fut éliminé
Et Maine sur le point d'être exterminé.
Mais un officier mexicain s'interposa
Et la soumission à Maine proposa.

Pour l'acceptation de la reddition,
Maine accepta à la condition,
Que les blessés soient relevés
Et leurs fusils conservés.

Trois cents morts et autant blessés,
Furent les pertes des mexicains surclassés.
Jusqu'au bout le serment fut tenu
Et le convoi à bon terme est parvenu.

Le nom de Camerone est inscrit désormais
Sur le drapeau du Régiment Étranger à tout jamais.
Et en lettres d'or sur les murs des Invalides
Les noms des trois officier intrépides.

Un monument sur les lieux du combat fut érigé,
Il porte un texte ainsi rédigé :

ILS FURENT ICI MOINS DE SOIXANTE
OPPOSES A TOUTE UNE ARMÉE
SA MASSE LES ÉCRASA
LA VIE PLUTÔT QUE LE COURAGE
ABANDONNA CES SOLDATS FRANÇAIS
LE 30 AVRIL 1863
A LEUR MÉMOIRE LA PATRIE ÉLEVA CE MONUMENT.

Ancien légionnaire Antoine GIARMOLEO dit le calabrais.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui368
mod_vvisit_counterHier8245
mod_vvisit_counterCette semaine55915
mod_vvisit_counterSemaine dernière60825
mod_vvisit_counterCe mois129203
mod_vvisit_counterMois dernier294058
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0910415283

Qui est en ligne ?

Nous avons 1994 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13629
Affiche le nombre de clics des articles : 21865333
You are here POEMES Poèmes Le combat de Camerone raconté en rimes...