AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le froid les emporte comme les feuilles mortes

Envoyer

 Pour seule amie Dame détresse
 Et pour oublié ses ivresses
 Il fait froid l'hivers ne le fait pas à moitié
 Juste pour chauffage un vieux pardessus et des godasses trouées
 Pour un morceau de pain
 Il a appris à tendre la main
 Lui qui hier avait un toit, une femme, une mère
 Aujourd'hui il ne lui reste plus rien
 Son coeur c'est aigri devant l 'indifférence
 Il croyait encore en son pays
 Qui lui inflige cette pénitence
 L'hiver les rues sont froides c'est la plus terrible des sentences
 Mais nous vivons dans un monde de saisons
 Ou les lois ont leurs uniques raisons
 Sans domicile, fébrile la vie n'est plus facile
 D'événements imprévus la misère a son emprise
 Dans leur malheur et dans le froid de l 'hiver, peur d'un soir
 Oubliés des ponts et des rues mais pas de l'enfer ni d'un mort sur un trottoir
 Ils sont des SDF des soirs sans abri
 Ou pour seule maitresse la mort les quitte pas elle est leur seule amie


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui2842
mod_vvisit_counterHier6448
mod_vvisit_counterCette semaine34183
mod_vvisit_counterSemaine dernière50109
mod_vvisit_counterCe mois117675
mod_vvisit_counterMois dernier270885
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098819153

Qui est en ligne ?

Nous avons 738 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13491
Affiche le nombre de clics des articles : 18867095
You are here POEMES Marie Quilichini Le froid les emporte comme les feuilles mortes