AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Mot du rédac'chef KB


Mot du rédac'chef KB N° 786

Envoyer

“Qui habet aures audiendi, audiat”Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende.

L’usage à la rédaction est de profi ter de cette tribune pour mettre en valeur telles ou telles activités en lien avec l’actualité de nos unités. Permettez, ce mois-ci, que je déroge à cette règle et que ce mot poursuive aujourd’hui un but différent.

En effet, le mois qui arrive revêt pour nous tous, une signification autre et particulière. S’il est vrai que nous préparons la commémoration de Camerone et les festivités qui s’ensuivent, d’illustres auteurs ont déjà écrit sur le sujet et ça n’est pas où je veux en venir. C’est entendu, le 30 avril est un jour où nous nous souvenons et un jour où nous exaltons nos valeurs guerrières et familiales.

S’agissant de Képi blanc, il en va de même mais nous nous apprêtons également à le vivre à l’aune du changement de directeur de publication et de la bataille des abonnements… là aussi se mêlent mémoire et exaltation de valeurs guerrières et familiale.

Ainsi donc, le lieutenant-colonel Thierry Jullien, chef de la Division entraide solidarité, directeur du Foyer d’entraide Légion étrangère et directeur de publication de Képi blanc quittera ses fonctions au lendemain de Camerone et fera ses adieux aux armes. Mon colonel, nous n’oublierons pas votre combat pour la Solidarité Légion, en particulier à la tête de “sa lettre de famille”. Vous avez œuvré sans relâche pour cette éthique, nous vous en remercions et vous offrons un hommage appuyé.

Alors même que vous “raccrochez le képi” et en dépit de nos efforts tenaces sous votre direction, KB est en passe de descendre sous la barre des 10 000 abonnés au terme d’une baisse continue depuis un peu plus de 2 ans. J’en appelle
donc aujourd’hui au sens aigu de l’engagement de chacun pour promouvoir et adhérer à notre outil de rayonnement et d’information, mais aussi de solidarité de la Communauté légionnaire, car il contribue à l’équilibre financier des comptes du FELE, symbole d’honneur et signe de fidélité.

Bonne lecture à tous !


Mot du rédac'chef KB N° 785

Envoyer

“Labor omnia vincit improbus”“Un travail opiniâtre vient à bout de tout” (Virgile)

 

Au-delà des missions opérationnelles et des activités d’entrainement des régiments de combat, outre le dossier du mois sur le sport au 2e REP, le “785” de KB vous propose en filigrane la mise à l’honneur des régiments du Socle.

Mise en condition et projection Sentinelle pour la MLE, exercice “Semper fidelis” des fortes têtes du 4e RE au CENTAC, rénovation du CHALE ou encore challenge sportif du 1er RE ont animé les forces vives et combattantes des régiments du COMLE ce mois-ci.

Leur détermination et leur allant doublés d’un labeur obstiné leur ont permis de se hisser au meilleur niveau que ce soit en faveur de la formation ou de l’entrainement, que ce soit au profit des opérations ou encore pour le bien-être de leurs frères d’arme.

Loin de nous gargariser de ces résultats élogieux, il s’agit simplement de faire justice à ceux qui œuvrent inlassablement et souvent dans l’ombre, pour un fonctionnement efficace et toujours plus rayonnant de notre institution. Il s’agit encore de mettre en avant les qualités de combattant de chacun quel que soit son domaine d’expertise. C’est enfin l’occasion de vous inviter tous à profiter des infrastructures d’accueil de l’institution.

Bonne lecture à tous !


Mot du rédac'chef KB N° 784

Envoyer

Le mot de la rédaction

 

Aujourd’hui la mémoire sonne le rappel.
Nous, légionnaires du 2 répondons à l’appel.
Ouvrir, tracer la route c’est pour le régiment
Passer coûte que coûte, voilà notre serment
Foi, vaillance et courage comme seul héritage
Nul obstacle et nul homme pour nous faire barrage.

Sur les cimes de l’Alpe quand le combat résonne
Du fracas de la foudre et que l’orage tonne
En avant képis blancs, à nous les grands espaces.
En tout lieu en tout temps, il nous faut faire face.
Relever les dé s, voilà notre ambition.
Ne jamais faire défaut, c’est notre tradition”.

Extrait du chant du 2e REG

Comme vos anciens, vous marchiez ouvrant la route ; vous aviez fait le serment de passer coûte que coûte. Nul obstacle et nul homme pour vous faire barrage…
Vous l’avez chanté tant de fois à pleins poumons. À notre tour de vous le dire, hommage modeste mais véritable :
“En avant képis blanc, à vous les grands espaces”.

 

Toute l’équipe de KB s’associe à la douleur de leurs camarades du 2e REG ainsi qu’aux familles et amis des légionnaires décédés et blessés le 18 et le 25 janvier.


Mot du rédac'chef KB N° 783

Envoyer

Noël est là, votre magazine aussi.

Signifiant littéralement “jour de naissance”, cette fête a marqué, voici 2000 ans, le début d’une ère nouvelle. Noël à la Légion, en particulier pour les plus jeunes, ceux qui le vivent pour la toute première fois, c’est aussi le jour d’une naissance nouvelle, celle d’une vie exigeante mais aussi et surtout celle d’une solidarité sans égale, animant une institution, elle aussi unique en son genre.

Les évènements récents et douloureux qui ont ébranlé la communauté nationale ont engendré de nombreuses marques de soutien, d’aide, d’assistance, d’écoute… C’est un élan spontané de solidarité qui s’est emparé de nos concitoyens au cœur du territoire français. Il est né d’une journée noire, à jamais gravée dans la mémoire des hommes.

Riche de son histoire et de ses traditions, et elle aussi de ses “coups durs”, la Légion étrangère a compris très tôt que la promotion de la solidarité entre ses membres serait un gage d’exception et d’union. En l’érigeant en devoir quasi sacré, universel et permanent, elle offre à chacun l’opportunité de faire sa place dans ses rangs, de s’y maintenir avec dignité. Elle nous invite à considérer chacun, sa famille et ses proches, comme une “pièce unique”, méritant a priori le soutien et l’estime de tous.

Cette solidarité exceptionnelle débute discrètement dès l’engagement, par l’accueil des engagés volontaires dans leur section à l’instruction. Elle se poursuit à leur arrivée en régiment, famille qui ne les connaît pas mais qui les reçoit à bras ouverts. Parfois elle se manifeste bien après qu’ils aient déposé leur képi, notamment à Puyloubier ou à Auriol.
C’est encore en son nom que nous accompagnons quelquefois nos anciens pour le dernier voyage.

Dans notre patrie, notre honneur est fidélité. Il suppose cette fraternité sans égale, ce ciment qui unit jeunes et anciens, humbles et glorieux des quatre coins du monde. Le N°783 de Képi blanc se propose de vous en rappeler les tenants et les aboutissants, en particulier pour Noël, notre fête de famille.

Joyeux Noël légionnaire à tous et à chacun !

Mot du rédac'chef KB N° 782

Envoyer

Noël arrive...

En dépit de toutes les opérations en cours, de toutes les missions qui nous attendent, ici ou là, près des nôtres ou entourés de nos seuls camarades, dans quelques jours nous fêterons Noël à notre façon ! Véritable fête de la famille Légion, Noël nous rassemblera physiquement pour la plupart mais elle nous unira surtout en esprit. Où qu’il soit, chaque légionnaire saura qu’il n’est pas seul ce soir du 24 décembre.

Ce sera encore l’occasion de mettre en scène dans nos crèches, les faits marquants de la vie de nos unités et surtout de rire de bon coeur et avec élégance des situations les plus comiques de l’année. Si modestes soient parfois nos veillées, elles n’en restent pas moins chaleureuses et solennelles. Elles nous offrent une trêve salutaire dans cette vie si tumultueuse où l’actualité douloureuse en ajoute encore aux servitudes militaires. Qu’elles soient pour chacun, ce moment paisible, riche, fraternel et l’occasion de réaffirmer singulièrement notre attachement à notre institution et aux valeurs qui l’animent mais aussi à nos compagnons de route.

Dans l’attente de ces réjouissances, nous vous proposons de revenir sur les opérations conduites récemment en Centre-Afrique par nos régiments. Là aussi, ce sont les légionnaires de quatre formations différentes mais animés d’un même idéal qui ont concouru au succès de la mission.

Au quartier comme en opération, c’est l’esprit légionnaire qui nous guide et c’est également ce que vous retrouverez ce mois-ci dans le calendrier 2016 que KB magazine a préparé pour ses abonnés.

Bonne préparation de Noël et excellente lecture à tous.


Mot du rédac'chef KB N° 781

Envoyer

Novembre arrive, synonyme du souvenir de la fin de la Grande Guerre, de ces soldats tombés aux champs d’honneur et de ses blessés de l’âme et du corps. Prenant part à toutes les campagnes militaires françaises, la Légion se fait alors remarquer par son héroïsme et il n’est pas rare d’entendre dire: “Quand un Français rentre à l’hôpital, c’est pour être rapatrié, un tirailleur, c’est pour être soigné, un légionnaire, c’est pour mourir”. Novembre est donc le temps de la mémoire et c’est aussi le temps d’une solidarité qui dépasse même la mort, la diminution physique ou psychologique.

Engagée “aux quatre coins du monde”, la Légion d’aujourd’hui n’a rien perdu de son héroïsme comme l’atteste le sacrifi ce récent et absolu de certains de ses képis blancs. Et puis il y a les autres, ceux qui nous reviennent parfois diminués dans leur chair, brisés, meurtris.

Comme nous avons coutume de le dire : “la légion ne pleure pas ses morts, elle les honore” ; mais qu’en est-il vraiment de nos blessés ?

Comme le dit le code d’honneur : chaque légionnaire est notre frère d’armes, et nous lui manifestons toujours la solidarité familiale. Au combat nous n’abandonnons jamais ni nos morts, ni nos blessés. Ainsi donc la Légion ne plaint pas ses blessés, elle s’en occupe ! C’est ce que KB vous propose de redécouvrir ce mois-ci dans un dossier spécial “Blessé au combat et après ?”

Bonne lecture à tous.


Mot du rédac'chef KB N° 780

Envoyer

Il y a près d’un an, le Royal étranger s’installait sur le camp de Carpiagne…

Passée l’émotion suscitée par l’annonce de ce transfert, du plus jeune des légionnaires, au chef de corps, tous se mettent en ordre de marche, c’est le début de l’opération Mistral.

Conçue comme une véritable relève sur position, la mission du 1er REC est un succès sur lequel nous vous proposons de revenir ce mois-ci. Hormis les savoir-faire militaires développés pour l’occasion et l’organisation rigoureuse de cette manœuvre par le centre opération sous l’impulsion du colonel Rémi Bouzereau, c’est bien aux légionnaires cavaliers que revient au premier chef la réussite de cette opération.

Déterminés dans l’action et cultivant un sens aigu de la mission, les légionnaires du 1er REC ont su tirer parti de toutes les opportunités et réaliser en quelques mois ce que d’autres ont fait en plusieurs années. Au-delà du succès d’un régiment, fut-ce-t-il : “à nul autre pareil”, c’est la Légion toute entière qui affi rme son caractère, montre sa capacité d’adaptation et son grand professionnalisme.

Désormais installé, le Royal étranger a repris son cycle de projection sur les théâtres d’opération africains au côté des autres unités de la 6e Brigade légère blindée, écrivant de nouvelles pages d’une histoire que nous lui souhaitons aussi élogieuse à Carpiagne qu’à Orange.

Enfin, dans ce numéro, KB fait de nouveau la part belle des unités engagées sur le continent africain : Togo, Mali, RCA, Côte d’Ivoire, Mauritanie...

Bonne lecture à tous.


Mot du rédac'chef KB N° 779

Envoyer

"Un journal qui serait la lettre de famille”  Capitaine Yves Gheysens 30 avril 1947

Juillet nous apporte son lot de changements au gré des mutations des uns et des autres et votre magazine n’échappe pas à cette règle. Prenant la rédaction de Képi blanc, je me place d’emblée à votre service pour que rayonne la Légion étrangère et que la solidarité qu’elle requière soit vivace et fructueuse. Merci au commandant Alexandre Montagna pour l’oeuvre réalisée, pour la qualité de ses consignes et le bel outil qu’il transmet.

Juillet c’est aussi et surtout le rendez-vous de la France et de son Armée ; ses régiments qui passent et la Légion qui défile, imperturbable et solennelle. C’est aussi l’émotion, de voir réunis nos frères d’armes, blessés au combat cette année, dans les jardins du Sénat pour un hommage appuyé du “conseil des anciens”.

Juillet c’est enfin la chaleur estivale et les accents étrangers, qui des Champs-Élysées à Gao en passant par Bagdad ou Mexico laissent à penser que mon illustre ancien et premier “Rédacchef” disait vrai : “la terre tourne bien à l’ombre du Képi blanc !

Bonne lecture à tous.


Mot du rédac'chef KB N° 778

Envoyer

Là où personne ne va…

Plus de 300 km à pied dans la Selva amazonienne, sur la frontière entre la Guyane et le nord du Brésil, le 3e REI encadre le Raid des 7 bornes, une expédition menée par des cadres et légionnaires avec des chercheurs du CNRS, partis à l’aventure le 1er juin dernier pour plusieurs semaines, dans l’une des régions les plus inhospitalières au monde. Cette mission profonde constitue un défi logistique, scientifique et humain inédit en forêt tropicale. Le 3 n’avait pas réalisé ce type d’opération conjointe depuis des années.

L’objectif consiste, d’une part, à réaliser des relevés géographiques et des inventaires botaniques, d’autre part, sur le plan militaire, il s’agit d’une mission de souveraineté dans la recherche de renseignements sur les activités humaines dans la zone frontalière, notamment sur l’orpaillage illégal. Il s’agit aussi de perfectionner les techniques de progression dans ce milieu sauvage, chaud et humide bien connu des cadres et légionnaires du 3e REI.

Le Raid des 7 bornes fait référence aux 7 bornes en béton plantées au début des années 1960 tout au long de cette ligne de frontière franco-brésilienne, au tracé en certains endroits hasardeux et qu’il convient de remettre à jour, lors de cette expédition d’Est en Ouest, relevés GPS à l’appui. KB suivra cette mission emblématique tout au long de l’été pour relater son évolution. Selva !

Après quatre années passionnantes à Képi blanc, je passe les brides à mon successeur, le capitaine Ghislain Vaganay et lui confie à mon tour le “fauteuil de Clémenceau”, ainsi que l’attachante équipe du magazine à qui je tire mon chapeau pour le travail accompli ensemble. Je tiens à remercier tout particulièrement mon directeur de publication, le lieutenant-colonel Jullien pour sa confiance et son soutien. Merci à nos lecteurs pour leur fidélité, aux anciens pour leurs conseils et enfi n à nos correspondants dans les régiments pour leurs contributions nombreuses et vitales. Longue vie à Képi blanc !

Mot du rédac'chef KB N° 777

Envoyer

La Légion honore ses héros...

Depuis sa création en 1831, la Légion étrangère a été engagée dans la plupart des conflits auxquels a participé la France. De la Kabylie au Mexique, du Tonkin à Verdun, en passant par les campagnes de la Seconde Guerre mondiale, puis en Indochine et en Algérie. La Légion s’est illustrée partout. Plus récemment, elle a été engagée en Côte d’Ivoire, en Afghanistan, au Mali, en Centrafrique et à présent au Sahel. Les commémorations du combat de Camerone chaque 30 avril sont ainsi l’occasion de rendre hommage à tous ces légionnaires morts pour la France, des héros souvent anonymes qui ont combattu pour une patrie qui n’était pas la leur.

À Aubagne, à la Maison mère, Camerone était placé cette année sous le signe du 70e anniversaire de la Libération sous la présidence du général de Villiers, chef d’État-major des Armées. Plus de 300 képis blancs étaient sur les rangs, avec une participation de cadres et légionnaires du 2e REI et du 4e RE. Rituellement, le temps fort fut la présentation de la main en bois du capitaine Danjou qui était portée par l’adjudant-chef (er) François Monarcha, ancien du RMLE qui fut l’un des premiers à entrer dans la ville de Colmar en février 1945 à la tête de sa section. Il était encadré de l’adjudant-chef Alexander Rowe du 2e REI, ancien la 13e DBLE, et du brigadier-chef (er) Mohamed Termellil, ancien du 1er REC. Tous trois représentaient ainsi les unités de Légion qui ont combattu pour la libération de la France en 1945.

Bien évidemment, dans les autres régiments de Légion, a été célébrait le combat de Camerone, comme le veut la tradition, ainsi qu’en opération extérieure, en outre-mer et à l’étranger. Soulignons cette année, la première prise d’armes de Camerone du 1er Régiment étranger de cavalerie depuis son installation à Carpiagne qui s’est déroulée sur la plage de la ville de Cassis à la tombée du jour.

Soldats d’hier à Camerone, ils sont les héros d’aujourd’hui qui inspirent notre jeunesse et les générations de légionnaires à venir.

Page 5 sur 13

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui9809
mod_vvisit_counterHier7385
mod_vvisit_counterCette semaine17194
mod_vvisit_counterSemaine dernière47757
mod_vvisit_counterCe mois72245
mod_vvisit_counterMois dernier229860
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098502838

Qui est en ligne ?

Nous avons 2199 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13482
Affiche le nombre de clics des articles : 18325720
You are here LEGION ETRANGERE COMLE Mot du rédac'chef KB