AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Chef d’État-major de l’AT

Éditorial du général d’armée Jean-Pierre BOSSER, chef d’État-major de l’armée de Terre

C’est avec une immense fierté que je m’adresse aujourd’hui à l’ensemble de la Légion étrangère.

Mes premières pensées vont vers ceux d’entre vous qui sont en ce moment déployés aux quatre coins du globe pour remplir les missions que le chef d’état-major des armées et moi-même leur avons confiées. Avec leurs frères d’armes des autres régiments de l’armée de Terre, je sais qu’ensemble, ils s’engagent dans des opérations exigeantes, souvent au cœur de situations extrêmes et parfois au péril de leur vie, que ce soit dans la bande sahélo-saharienne ou en République de Centrafrique. Je tiens à les assurer de toute ma confiance.

Le mois de novembre est l’occasion d’honorer nos morts. Je sais combien cette tradition vous est chère. Je souhaite donc rendre hommage à vos côtés à tous ceux qui sont tombés au combat, qui ont perdu la vie à l’entraînement ou à l’instruction ainsi qu’aux Anciens qui nous ont quittés.

Comme depuis toujours, fidèle à sa renommée, la Légion étrangère fait la fierté de l’armée de Terre. Troupe combattante d’exception, son excellence opérationnelle, encore illustrée récemment pas son comportement au feu, a d’ailleurs été récompensée à juste titre par la citation attribuée cette année au 2e Régiment étranger de parachutistes.

Partout où elle est engagée, la Légion étrangère imprime traditionnellement sa marque et signe son passage de son empreinte si singulière. Sa réputation et la fascination qu’elle exerce donnent à tout événement qui la concerne un retentissement particulier. Les chefs d’état-major des armées de Terre européennes ont pu en juger à l’occasion de la commémoration de Camerone. Une fois encore, sur les Champs-Élysées, la Nation a quant à elle manifesté le 14 juillet, par ses acclamations, son attachement aux légionnaires et son admiration envers ces étrangers venus du monde entier pour servir la France avec honneur et fidélité.

Comme le reste de l’armée de Terre, la Légion étrangère a participé et participera encore aux restructurations et aux réductions imposées par les économies budgétaires. Je mesure les effets que ces diminutions produisent sur votre capacité opérationnelle. Mais je sais aussi pouvoir compter sur votre esprit pionnier pour rebâtir et pour réédifier ce qui aura été momentanément ébranlé par les mesures d’ajustement capacitaire prises dans l’infanterie, la cavalerie et le génie.

Sous l’impulsion de chefs énergiques, dont je salue ici le primus inter pares en la personne du général de division Jean Maurin, la Légion a toujours su vivre avec son époque et suivre la marche rapide d’un monde en évolution constante. Au rythme imperturbable qui est le sien, elle a su adapter son outil de combat pour le tailler avec pragmatisme aux besoins opérationnels. Le temps est à nouveau venu où, une fois encore, elle va devoir évoluer pour faire face à la pression croissante d’une menace terroriste transnationale, puissante hors de nos frontières et qui manifeste sa volonté de nuire à l’intérieur de notre pays. Pour être mieux préparés à nos engagements futurs et pour être capables de frapper l’ennemi plus efficacement, nous devons adapter nos capacités de combats. Leur organisation doit donc être repensée pour occuper avec la place qui leur revient l’espace des opérations spéciales, l’espace des opérations aéroterrestres et l’espace des opérations sur le territoire national.







Biographie du général Jean-Pierre Bosser, CEMAT

Le général d’armée Jean-Pierre Bosser est né le 14 novembre 1959 à Versailles. Son parcours militaire commence en 1970 au collège militaire de Saint-Cyr l’École où il effectue l’intégralité de sa scolarité. Saint-cyrien de la promotion “Général Lasalle” (1979-1981), il choisit l’infanterie de marine et poursuit sa formation à l’École d’application de l’infanterie à Montpellier. Il sert au 8e Régiment de parachutistes d’infanterie de marine à Castres à trois reprises, comme chef de section de 1982 à 1985, officier adjoint puis commandant de compagnie entre 1986 et 1990, et enfin, après avoir été nommé colonel le 1er octobre 2000, en qualité de chef de corps de 2001 à 2003.

Entre 1982 et 1992, il est projeté au Liban au sein de la force multinationale de sécurité à Beyrouth à sa création en septembre 1982, au Tchad pour le déclenchement de l’opération Manta en 1983 puis dans le cadre de l’opération Épervier en 1989, en République de Centrafrique en 1984 et en 1986, enfin au Gabon en 1990 pour l’évacuation des ressortissants de Port-Gentil. Il effectue également une mission d’assistance militaire technique d’un an comme conseiller du bataillon para-commando de la République islamique de Mauritanie en 1985. De 1990 à 1992, il occupe le poste de chef du centre opérationnel de l’État-major interarmées du commandement supérieur des forces armées en Nouvelle-Calédonie. Enfin, il est engagé à la tête de son régiment au Kosovo dans le cadre de l’opération Trident en 2002, puis en République de Centrafrique pour ouvrir l’opération Boali en 2003. Breveté de l’École de guerre en 1996, il sert durant cinq ans au bureau études générales de la direction du personnel militaire de l’armée de Terre (DPMAT) avant de prendre le commandement du 8e RPIMa. Il est ensuite nommé directeur des formations d’élèves des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan de 2003 à 2005, avant de retrouver la DPMAT en qualité de chef du bureau mêlée, puis chef du bureau études générales. Nommé général de brigade le 1er août 2007, il devient adjoint au sous-chef d’état-major ressources humaine à l’État-major de l’armée de Terre à Paris. Le 1er août 2008, le général Bosser prend pour deux ans la tête de la 11e Brigade parachutiste à Toulouse. Le 1er août 2010, promu général de division, il retrouve l’État-major de l’armée de Terre où il se voit confier les fonctions de sous-chef d’état-major performance synthèse. Élevé au rang et appellation de général de corps d’armée le 29 novembre 2012, il occupe à cette date le poste de directeur de la protection et de la sécurité de la Défense à Paris. Le 15 juillet 2014, en conseil des ministres, le général de corps d’armée Bosser est élevé au rang et appellation de général d’armée et nommé chef d’État-major de l’armée de Terre à compter du 1er septembre 2014. Titulaire d’une citation, le général d’armée Jean-Pierre Bosser est commandeur de la Légion d’honneur, commandeur de l’ordre national du Mérite et chevalier du mérite national Mauritanien. Marié, il est père de deux grands enfants.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui2140
mod_vvisit_counterHier7206
mod_vvisit_counterCette semaine9346
mod_vvisit_counterSemaine dernière50736
mod_vvisit_counterCe mois143574
mod_vvisit_counterMois dernier270885
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098845052

Qui est en ligne ?

Nous avons 1351 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13502
Affiche le nombre de clics des articles : 18897663
You are here LEGION ETRANGERE COMLE Comle Chef d’État-major de l’AT