AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

2018




Le concert de la Légion étrangère fait le plein à Pont-Saint-Esprit

Envoyer

http://www.objectifgard.com/

Thierry Allard 13 octobre 2018


Vendredi soir, dans la cour de la cazerne Pépin de Pont-Saint-Esprit (Photo : Mairie de Pont-Saint-Esprit / S. Marmain)

La Musique de la Légion étrangère était en concert vendredi soir dans un lieu symbolique, la cour de la Cazerne Pépin de Pont-Saint-Esprit.

Les musiciens de la Légion ont joué des musiques militaires, mais pas que : de nombreuses musiques de films, des standards de la chanson française comme Edith Piaf ou encore des titres bien plus pop et récents, comme « Happy » de Pharrell Williams étaient également au programme.

Le tout devant une cour garnie de 450 spectateurs qui ont assisté à un des temps forts de la Mission centenaire, qui s’achèvera le 11 novembre.

Th.A


Brexit oblige, le commandement de l’opération EUFOR Althea va passer à un Français

Envoyer

https://club.bruxelles2.eu/

11 Oct 2018

 

(B2 - exclusif) C'est bien un Français qui devrait récupérer dès 2019 le commandement de l'opération EUFOR Althea, au plan stratégique, confirmant ainsi certaines informations publiées sur B2.

L'opération européenne de stabilisation en Bosnie-Herzégovine entamée en 2004, à la suite de l'opération similaire de l'OTAN va aussi être prolongée d'une année supplémentaire. Du moins, c'est ce que comptent demander les Européens au Conseil de sécurité des Nations unies (1).

Un commandement qui reste basé au Shape

La chaîne de commandement de l'opération de stabilisation en Bosnie-Herzégovine continuera de passer par l'OTAN, dans le cadre des accords de Berlin Plus, contrairement à certaines idées qui ont circulé un moment. Simplement on change de tête. Au lieu du Saceur (commandement suprême adjoint des forces alliés en Europe) comme aujourd'hui, poste exercé par un Britannique, le commandement de l'opération va échoir au chef adjoint de l'état-major, un Français, le général de division Olivier Rittimann, venant de la légion étrangère.

Un effet du Brexit à venir

Un effet induit du Brexit : le commandement d'une opération de l'Union européenne ne pouvant être assuré après le 19 mars 2019 par un Britannique. Les ambassadeurs des États membres de l'UE (COPS) ont approuvé le principe de ce passage de témoin. Restera à l'OTAN de finaliser le processus de manière interne. NB : le commandement sur le terrain reste en revanche assuré par les Autrichiens qui fournissent avec les Hongrois l'essentiel des forces.

Un simple changement de tête

Peu de pays membres semblaient disposés à engager un bras de fer avec l'OTAN pour récupérer l'autonomie de commandement au niveau européen (Carnet 23.04.2018). La solution de désigner un nouveau commandant d'opération au sein même du SHAPE, apparait comme la meilleure garantie de la continuité. Le commandement suprême des forces alliés en Europe a l'avantage d'avoir géré, depuis le début, cette opération au plan stratégique, de disposer d'une cellule de liaison avec l'Union européenne, et d'avoir une proximité géographique avec Bruxelles et les structures politiques et de commandement de l'UE. Ce qui facilite les contacts au quotidien.

Un homme de la légion

Né le 17 juillet 1961, diplômé de Coetquidan, Olivier Rittimann est affecté en 1984 au 4ème régiment de légion étrangère en tant que chef de peloton chargé de l'instruction de base des nouveaux légionnaires. En 1986, il rejoint le 6e régiment du génie de la Légion étrangère, comme chef de peloton puis commandant de compagnie, avec des déploiements opérationnels au Tchad (opération Epervier), à Mayotte, au Pakistan (opération Salam) et en Arabie saoudite (opération Daguet).

En 1992, il est sélectionné comme instructeur à l'Académie militaire et, en 1994, est envoyé au US General Army Staff College à Fort Leavenworth (Kansas) et Armed Forces Staff College à Norfolk (Virginie). De retour en France, après l'école de guerre (alors le Collège interarmées de Défense), il retourne au 6e régiment étranger de génie de Laudun cette fois en charge des opérations et de la formation (août 1996 - juillet 1998), puis chef de corps du 1er régiment de génie de Laudun de la Légion étrangère (juillet 2001 - juillet 2003). Entre les deux, il fait un déploiement opérationnel dans la Force de stabilisation de l'OTAN en Bosnie-Herzégovine (SFOR), puis est affecté en 1998 au QG des forces alliées du Nord à Brunssum (Pays-Bas) où il participe aux activités "Training and Exercises" et "Policy and Concepts". Il sert ensuite au Pakistan comme attaché de défense (août 2003-août 2007).

Parfait connaisseur des rouages de l'OTAN

Olivier Rittimann a fait une bonne partie de sa carrière à suivre les dossiers l'OTAN. Il a ainsi été successivement responsable de la branche OTAN à l'état-major général des armées françaises à Paris (août 2007 - août 2010), où il suit notamment la réintégration par la France des structures de commandement de l'OTAN décidée par Nicolas Sarkozy. Il devient ensuite directeur des opérations au commandement de la force alliée à Heidelberg en Allemagne (août 2010 - août 2012), représentant militaire adjoint au comité militaire (août 2012 - août 2015), représentant militaire national français au Shape (août 2015 - août 2017), un poste clé puisqu'il a capacité de représenter et évaluer les quelque 600 personnels en poste au sein du QG de l'OTAN, avant d'être nommé en juillet 2018 au poste de chef d'état-major du Shape.

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) L'opération qui se déroule sous l'égide du chapitre VII de la Charte des Nations unies a vu régulièrement son autorisation d'action renouvelée par le Conseil de sécurité des Nations unies, en dernier lieu par la résolution 2384 du 7 novembre 2017.


Cocktail de rentrée à la Caserne Sampiero pour le 2e REP de Calvi

Envoyer

https://www.corsenetinfos.corsica/

Rédigé par (Jean-Paul-Lottier) le Samedi 6 Octobre 2018

C'est dans la salle capitulaire de la Caserne Sampiero, dans la Haute-Ville de Calvi qu'a eu lieu vendredi soir le traditionnel cocktail de rentrée du 2e Régiment Etranger de Parachutistes. Au cours de celui-ci, en présence de nombreuses autorités, le régiment a fêté le 90e anniversaire de Virginie Luciani, première classe d'honneur

 

Cocktail de rentrée à la Caserne Sampiero pour le 2e REP de Calvi

 

Ambiance très détendue vendredi soir au Mess officiers de la Caserne Sampiero, dans la citadelle de Calvi où le 2e Régiment Etranger de Parachutistes conviait de nombreux invités pour son traditionnel cocktail de rentrée.
Tous étaient accueillis par le chef de corps du régiment, le colonel  Christophe Passerat de la Chapelle et son épouse.
Parmi eux, le Maire de Calvi, Ange Santini et plusieurs membres de son conseil municipal, le sous-préfet de Calvi, Jérôme Seguy, le sous-préfet de Corte,  Jean-Martin Mondoloni, conseiller territorial, Ronan Leaustic, le Général de Gendarmerie Jacques Plays, commandant le Région de Gendarmerie de Corse, le chef d'escadron Paulo de Carvalho, commandant la Compagnie de Gendarmerie Calvi-Balagne et son adjoint le capitaine Pascal Hervé, le général  de corps d'armée (er) André Soubirou, Pierre Guidoni, maire de Calenzana, Joseph Emmanuelli, maire de Montegrosso, Josée Martelli, maire de Pigna et de nombreux autres maires et élus de Balagne, l'abbé Ange-Michel Valery, archiprêtre du secteur Calvi-Balagne....


Le Régiment de retour de mission au Mali d'ici la fin du mois
Le Colonel Christophe Passerat de la Chapelle prenait la parole pour souhaiter à tous la bienvenue:
"Votre présence très nombreuse témoigne de l'attachement au Régiment. Sachez que nous y sommes particulièrement sensibles.
Cela fait maintenant deux mois que j'ai pris le commandement du 2e REP et j'ai eu l'occasion de rencontrer les élus et de retrouver des anciens. J'ai également eu l'occasion de retrouver le GR20 à l'occasion de la Saint-Michel.
Depuis mon retour à Calvi et ma prise de fonction, il y a trois choses qui m'ont particulièrement marqué:
- Le temps passe vite, beaucoup trop vite
- l'ancrage du Régiment dans sa Ville Calvi  et ses ses villages de Balagne. C'est quelque chose d'assez impressionnant .Je salue ici le colonel (er) Pierre Neuville qui a installé le Régiment à Calvi
- L'attachement de la population au Régiment. Ma pensée va vers la 3e génération symbolisée par le brevet de parachutiste et la fourragère  remis tout récemment à une trentaine de légionnaires. C'est eux qui dans 25 ans commémoreront les 75 ans de présence du 2e REP à Calvi.
Je terminerai en donnant quelques nouvelles du Régiment qui est en mission au Mali.
Les premiers sont rentrés à Calvi et ces retours vont s'échelonner jusqu'à la fin du mois d'octobre, début Novembre. avec le  colonel Jean de Monicault.
Profitons de cette soirée, du temps de l'amitié entre la Légion, le Régiment et la population de Balagne".


Les missions extérieures de maintien de l'ordre ne sont pas inutiles
Ange Santini, Maire de Calvi, 1re Classe d'honneur du Régiment prenait à son tour la parole:
"Naturellement c'est toujours un plaisir pour le Maire de Calvi que je suis d'honorer, avec bon nombre de mes collèges de Balagne, cette invitation qui nous ai faite à la fin de la saison estivale.
Il y a peu, nous avons fêté les 50 ans de présence du 2e REP à Calvi. De cette présence dans sa ville et sa région, des liens étroits se sont tissés et ils sont indéfectibles. Et, soyez persuadés qu'il y aura encore bon nombre de dizaines et de dizaines d'années à fêter, pourquoi pas le  centenaire. En tout cas, nous, nous le souhaitons.
Pour celles et ceux de ces nouvelles générations qui viendront à la fois porter loin les couleurs de la France et les couleurs du Régiment comme pour les élus qui nous succèderont aux postes que nous occupons  - parce que naturellement, pour fêter les 100 ans, il y a fort à parier que nous ne serons pas les mêmes qui seront présents dans cette salle, en tout cas moi je ne serais plus Maire- ce que je veux dire, c'est qu'au delà de ce cocktail de rentrée, c'est aussi l'occasion de rappeler que notre Régiment est une fois de plus en déplacement pour faire en sorte que le maintien de l'ordre qui se passe loin de nos frontières ne se soit pas inutile et qu'il serve justement à ce que tout se passe bien chez nous. C'est important de le souligner. Souvent en effet on se pose la question de pourquoi aller si loin porter la parole de la France. C'est tout simplement pour protéger le territoire national.
Et, je crois à la fois qu'il faut avoir une pensée pour ceux qui se sont projetés en opération extérieure mais aussi les assurer de toute notre amitié et de notre solidarité, tout en ayant une pensée pour les familles qui pendant quelques mois restent à Calvi, en Balagne. Ces familles vous le savez font partie intégrante des familles des Calvais, des Balanins , des Corse".


L'attachement de la Corse à la République, à la Nation
Et de poursuivre
"  C'est aussi l'occasion de rappeler qu'en Corse il y a 3 Régiments, la BA 126 de Ventiseri-Solenzara à laquelle nous sommes très attachés, le 2e REP, qui est chez lui ici et que nous souhaitons de tout coeur voir prospérer, et enfin l'UIISC5 de Corte au secours des populations ici et ailleurs.
La Corse fait partie intégrante du territoire national, que l'unité de la Nation n'est pas forcément l'uniformité et que par la présence d'une sous-préfecture à Calvi, d'une sous-préfecture à Corte, d'un Régiment à Calvi prouve bien de l'attachement de notre République à notre terre.
Cela montre aussi les liens que nous avons de l'attachement de la Corse à la République, à la Nation, à notre République française. Par les temps qui courent, il n'est pas forcément inutile de le rappeler et de le souligner."

Les 90 bougies du 1ere classe d'honneur « Nini » Luciani

Avant d'inviter les convives à lever le verre de l'amitié et partager le buffet, le Colonel Christophe Passerat de la Chapelle souhaitait honorer une des leurs, Virginie Luciani, familièrement surnommée "Nini".
"C'est avec quelques jours d'avance sur le calendrier que nous avons souhaité demander à "Nini" de venir souffler ses 90 bougies. "Nini" est pour nous le symbole, l'âme de ce notre Régiment, tout comme l'est Théo Luciani qui lui fête aujourd'hui ses 48 ans et que nous invitons également à nous rejoindre".
Visiblement très émue et surprise de ce geste d'amitié et de reconnaissance du Régiment, "Nini" Luciani avait beaucoup de mal à retenir ses larmes.
" Nini" Luciani, à l'époque du "Calypso" mais aussi tout au long de sa vie a toujours été là pour nous, dans les bons comme dans les mauvais moments. Nous lui seront toujours reconnaissants de tout ce qu'elle a fait et qu'elle fait pour nous. C'est bien qu'à ce moment de partage et d'amitié, le chef de corps ait également associé Théo Luciani qui a pris la succession de son regretté papa, Emile à la tête des "Palmiers". Pour nous  légionnaires ils font partie de notre famille" soulignait un ancien du Régiment.


LAUDUN-L’ARDOISE La Légion étrangère ouvre ses portes aux élus, entreprises et enseignants

Envoyer

http://www.objectifgard.com/

5 octobre 2018

 

Élus, entreprises et enseignants ont été invités à découvrir le 1er REG de la Légion étrangère ce vendredi (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Les propos sont signés du colonel Olivier Pinard-Legry, chef de corps du 1er Régiment étranger de génie (1er REG) de la Légion étrangère, basé à Laudun-l’Ardoise, ce vendredi à l’occasion d’une journée particulière.

Particulière parce que le régiment a ouvert grand ses portes aux élus, entreprises et enseignants du territoire. Un territoire où le 1er REG est implanté depuis des décennies, mais reste pour beaucoup encore mystérieux. « Nous vous recevons régulièrement pour des cérémonies de prises d’armes, mais ces cérémonies ne vous laissent pas forcément l’opportunité de nous découvrir », note le colonel Pinard-Legry. Un colonel à la tête d’un régiment de mille hommes répartis dans quatre compagnies de combat, une compagnie d’appui, une autre de soutien et enfin une compagnie de réservistes, qui compte 112 personnes.

Un « couteau suisse » de mille hommes

Autant d’hommes (la Légion est exclusivement masculine) dont les missions, variées, vont du déminage au débarquement, en passant par la production d’électricité ou d’eau sur les théâtres d’opérations, bref, « un couteau suisse », résume le chef de corps.

Des missions conduites par des légionnaires de 89 nationalités, majoritairement venus des pays de l’ancien bloc soviétique, dont une quinzaine sont naturalisés tous les ans, certains par le sang versé. Notez que les légionnaires du 1er REG opèrent aussi sur le territoire national, dans le cadre de l’opération Sentinelle. D’ailleurs, il y a un an, ce sont des hommes du régiment qui ont neutralisé l’assaillant de la gare Saint-Charles de Marseille, dans l’attentat qui a fait deux morts.

Lors de l'atelier corps à corps (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le régiment se veut ouvert sur son territoire, comme le souligne le colonel Pinard-Legry : « nous avons des interactions de plus en plus importantes avec le monde économique. Nous faisons des investissements et avons vocation à faire travailler les entreprises locales. Nous avons aussi des interactions avec le monde de l’éducation, avec le lycée Sainte-Marie de Bagnols, et le lycée de la Grand’Combe. Des interactions qui sont amenées à se multiplier, avec le projet de service national universel. »

Le déminage, coeur de métier du régiment

Pour faire découvrir le régiment, les invités du jour ont eu droit à une journée « volontairement immersive », dixit le colonel. Ainsi, tout ce beau monde a pu découvrir le parcours d’un légionnaire, qui passe par Aubagne, puis Castelnaudary avant le régiment, avant de faire escale par un cours de français, « une nécessité opérationnelle et un formidable vecteur d’intégration », selon les mots du le colonel Pinard-Legry.

L’aréopage s’est ensuite dirigé vers une séquence de sport de combat, avec un atelier de corps à corps. « C’est fondamental, les légionnaires emportent avec eux de plus en plus de charges, jusqu’à 40 kilos, et les théâtres dans lesquels nous sommes amenés à intervenir sont de plus en plus exigeants, comme le Mali ou l’Irak, note le capitaine G. (*). Il est donc important que le légionnaire ait une forme physique irréprochable. »

Une partie de la "collection de travail" d'explosifs et de munitions du 1er REG (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Direction ensuite des salles dans lesquelles sont exposées des mines et des munitions conventionnelles et non conventionnelles, le déminage étant le coeur de métier du 1er REG. Ici, c’est l’adjudant-chef Z. (*) qui, du haut de ses plus de quinze ans d’expérience qui l’ont notamment vu participer à la bataille de Mossoul (Irak), fait le tour du propriétaire.

Si la collection est impressionnante (on y retrouve des mines et des munitions de toutes tailles, de toutes époques et de toutes provenances, jusqu’à des mines de l’État islamique), il ne s’agit pas d’un musée, mais d’une « collection de travail », précise le légionnaire. Un légionnaire qui, après être passé par une salle où des roquettes plus grandes que lui crèvent littéralement le plafond, précise que « les munitions non-conventionnelles restent les plus dangereuses. »

Effectivement, les explosifs artisanaux, notamment ceux utilisés par l’État islamique, rivalisent d’ingéniosité et de dangerosité, et peuvent prendre la forme d’une simple perfusion ou d’un câble quasi invisible jonché de petits contacteurs. En bref, « tout objet du quotidien peut être piégé », résume l’adjudant-chef Z. L’après-midi a été consacrée à des démonstrations dynamiques d’opérations de combat, pour compléter le panorama.

Thierry ALLARD


Le 2e REP de Calvi fête Saint-Michel au Lac de Nino

Envoyer

https://www.corsenetinfos.corsica/

Rédigé par Jean-Paul-Lottier le Samedi 29 Septembre 2018

Le 2e Régiment étranger de parachutistes de Calvi a décidé de renouer avec une tradition en fêtant la Saint-Michel, patron de tous les parachutistes au chalet de Vergio et au Lac de Nino. C'est à pied que les képis blancs ont effectué ce déplacement en terre Niulinca

Photos cellule audio 2e REP

Photos cellule audio 2e REP

En avance de quelques jours sur le calendrier, le 2e Régiment Etranger de Parachutistes de Calvi, aux ordre du Colonel  Christophe Passerat de la Chapelle a fêté Saint-Michel, patron de tous les parachutistes  dans son chalet de Vergio et au Lac de Nino.
A l'exception de deux compagnies, actuellement  en mission extérieure au Mali, c'est tout le régiment qui a quitté le Camp Raffalli de Calvi pour rejoindre à pied le Centre de la Corse et plus précisément le chalet de Vergio.
C'est la qu'en présence d'autres militaires et d'anciens qu'a été célébrée une messe présidée par l'abbé Ange-Michel Valery, archiprêtre de Calvi-Balagne venu suppléer l'aumônier militaire actuellement à la frontière Sahélo-Saharienne.
Cette cérémonie était aussi l'occasion de  fêter le 70e anniversaire de la consécration à Hanoï, de Saint-Michel en qualité de Saint Patron des parachutistes et également de la création de la 1re Compagnie des légionnaires parachutistes en Indochine.
Un devoir de mémoire que le chef de corps du 2e REP a salué.
Au terme d'une veillée, les troupes ont pris la direction du lac de Nino où une prise d'armes a eu lieu.
Au cours de celle-ci, le chef de corps a procédé à une remise de décorations ainsi qu'a une remise de grades aux nouveaux caporaux-chefs.


L’entrevue historique d’un ex-légionnaire lors de son voyage d’hommage au Normandie-Niemen

Envoyer

https://fr.sputniknews.com/

16.09.2018

L’entrevue historique d’un ex-légionnaire lors de son voyage d’hommage au Normandie-Niemen

Le périple réalisé en hommage au régiment Normandie-Niemen, qui «rentre très bien dans le cadre d’un pèlerinage», entrepris par l’ancien légionnaire Jonas Berteau, arrive à son étape finale. À l’approche de Moscou, il s’est arrêté à Iaroslavl où il a rencontré un mécanicien soviétique qui a fait partie du Normandie-Niemen.

Lors de son voyage de 5.000 km pour rendre hommage au régiment Normandie-Niemen, Jonas Berteau, ancien légionnaire, a eu une rencontre historique, une rencontre de deux époques, entre le Français qui voyage et un mécanicien soviétique qui a fait partie de cet escadron et s'est battu avec des héros français pendant la Seconde Guerre mondiale.

«C'est au cours de l'expédition, je crois que j'étais en Allemagne, et on m'a proposé de rencontre un vétéran mécanicien ici à Iaroslavl, monsieur Valentin Ogourtsov […], et naturellement je ne pouvais pas refuser, puisque ça prenait tout le sens de mon expédition, mais dès le départ pour moi les hommes du Normandie-Niemen c'était les pilotes et les mécaniciens, pas uniquement les pilotes. Donc, naturellement, je ne pouvais pas refuser et j'ai accepté avec joie de venir jusqu'à Iaroslavl. Et, depuis l'Allemagne, j'ai accéléré la cadence, donc j'ai roulé plus longtemps et plus vite», a confié Jonas Berteau dans son interview à Sputnik.

1 / 3
© Photo. Irina Shtolba
Jonas Berteau, ex-légionnaire réalise un périple de 5.000 km à vélo en hommage au Normandie-Niemen

Le vétéran Valentin Ogourtsov est l'un des derniers mécaniciens russes de l'escadron encore en vie.

«Surtout chez ce genre de personnes qui ont vécu la guerre, on peut lire dans leurs yeux des sentiments qu'ils ne disent pas mais qu'ils ressentent très profondément. Il y a des moments en fait où même on n'a pas besoin de parler, on se regarde et on comprend beaucoup de choses», se rappelle Jonas en parlant de sa rencontre avec Valentin Ogourtsov.

Pour lui, le mécanicien est «une mémoire vivante», un lien qui l'a probablement rapproché du régiment Normandie-Niemen et fait sentir l'esprit de ces héros du ciel.

«C'était important pour moi et il le savait, parce que cet homme-là est une des dernières mémoires vivantes de cette épopée et de sa génération, et une mémoire vivante a toujours des choses à raconter, des anecdotes, et aussi à partager un souvenir qui est un vécu, donc c'est une richesse qui est incroyable, et j'ai la joie d'avoir été le témoin de cette mémoire vivante et que je vais pouvoir partager à mon retour en France».

Interrogé sur les réactions sur cette initiative de voyage de ses amis et sa famille, Jonas a admis qu'il n'avait prévenu sa famille qu'une semaine avant son départ.

«Ensuite, mes amis, il y en a beaucoup qui ont pensé que j'annulerais mon voyage, parce que je n'ai pas vraiment eu le temps pour me préparer physiquement pour ça, mais d'autres amis qui me connaissent encore mieux, savaient que je le ferais quand-même. Donc j'étais très motivé pour le faire. D'autres amis étaient inquiets également. Mais, moi, je n'étais pas du tout inquiet, et le jour de partir j'étais prêt et je l'ai fait».

L'interlocuteur de Sputnik a confié qu'en traversant des villes russes avec les drapeaux russes et biélorusses attachés à son vélo, cela le faisait passer pour un Biélorusse qui voyage entre son pays d'origine et la Russie.

«Quand les habitants voient les drapeaux russes et biélorusses sur mon vélo, instinctivement, ils me parlent en russe et pensent que je suis Biélorusse et que je fais ça entre la Biélorussie et la Russie. Et, puis, quand je leur dit "frantsouzskiï" [français, ndlr] ou "Frantsiya" [la France, ndlr], ils comprennent que je viens de la France, ils ne peuvent pas me répondre, parce qu'il y a la barrière de la langue, mais ils me témoignent leur respect vis-à-vis de ça, et, puis, ils veulent tout de suite savoir combien de kilomètres en tout j'ai pu faire, je leur montre le relevé kilométrique, et, puis, c'est toujours un témoignage de respect et de sympathie vis-à-vis des gens que je rencontre».

Jonas Berteau, ex-légionnaire réalise un périple de 5.000 km à vélo en hommage au Normandie-Niemen
© Photo. Jonas Berteau
Jonas Berteau, ex-légionnaire réalise un périple de 5.000 km à vélo en hommage au Normandie-Niemen

Le plus gros des 5.000 km est derrière lui, il ne lui reste qu'à parcourir environ 260 km entre Iaroslavl et Moscou afin de terminer son périple. Par contre, Jonas a souligné que cette dernière étape jusqu'à Moscou n'était pas si facile.

«Pour Moscou, ça va être une étape qui va être très douloureuse, parce que je prévois de faire, je crois que c'est 260 km ou un peu plus en deux jours sur des routes qui sont dangereuses. Donc ça va être très pénible, dangereux, fatiguant et épuisant».

Cependant, l'ancien soldat de la Légion étrangère est guidé par son esprit et sa motivation forte d'achever ce périple d'hommage démesuré.

«Mais je suis motivé évidemment pour terminer la mission, terminer cette expédition et j'ai bien l'intention d'arriver à l'heure sur la place Rouge pour rencontrer tous les gens qui m'attendent et pour ensuite aller sur les tombes de nos pilotes au cimetière à Moscou. Là, en fait la fatigue n'a plus aucune importance comme avant d'ailleurs, mais là, j'ai vraiment un sursaut de motivation qui va faire que le jour J je serai à l'heure à Moscou. Je prends vraiment beaucoup de plaisir pour finir cette expédition», conclut Jonas Berteau.

Jonas Berteau, ex-légionnaire réalise un périple de 5.000 km à vélo en hommage au Normandie-Niemen
© Photo. Jonas Berteau
Jonas Berteau, ex-légionnaire réalise un périple de 5.000 km à vélo en hommage au Normandie-Niemen

Au moment de la publication de l'article, le Français se trouvait en Russie, sur la route vers la capitale russe.


Le 75e anniversaire de la Libération du département célèbré à Calvi jeudi matin

Envoyer

https://www.corsenetinfos.corsica/

Rédigé par Maria-Serena Volpei-Aliotti le Jeudi 13 Septembre 2018

 

Le 75 anniversaire de la libération du département par le débarquement du 1er Bataillon de Choc en Corse, a été commémoré ce jeudi matin, au pied de la citadelle de Calvi devant de la stèle du 1er Choc.

En présence de nombreux civils, calvais et touristes, la cérémonie était présidée par le lieutenant-colonel Hubert Favrot, commandant en second le 2e REP. En présence des autorités civiles et militaires c'est Marc Cadot, président de l'amicale du 1er bataillon de choc, rappelait lors de son élocution, cet épisode de l'histoire de la Corse.   
Une première gerbe a été déposée au pied de la stèle par Ange Santini le maire de Calvi. Suivi dans un second temps par Jérôme Seguy, sous préfet de Calvi et de la Conca d'oru, du lieutenant-colonnel Hubert Favrot, commandant en second du 2e REP et du capitaine Hervé Pascal, commandant en second de de la compagnie de gendarmerie de calvi.   
Puis, Marc cadot président de l'amicale du 1er bataillon de choc, Claude Decenink président des anciens combattants de Calvi et le lieutenant-colonel Pierre Neville, ancien du bataillon de choc âgé de 94 ans clôturaient ce dépôt de gerbe.   


*Le bataillon de choc est un soutien à la résistance française. C'est unité d'élite de l'Armée française formée en mai 1943 en Algérie. Les hommes, volontaires, sont entraînés au parachutisme et aux méthodes commandos.   
Le bataillon sera dissout à la fin de l'année 1963.


Lits de cendres

Envoyer

Lits de cendres

Sortie le 1er octobre 2018

Témoignage de Joseph Estoup

C’est le devoir de témoigner d’un passé qui sans être très lointain — toutefois plus qu’un demi-siècle nous en sépare — a de quoi étonner qui ne l’a pas connu. L’environnement dans lequel j’ai vécu à cette époque (les événements, les hommes, les lois, les mœurs, etc.) me semble plus important que ce que j’ai pu y faire. Au demeurant, je veux parler librement de ce que j’y ai fait. Le 29 avril 2011, à Puyloubier, devant le drapeau du 1er REP exhumé de la crypte d’Aubagne et confié à une garde du 2e REP, l’Amicale des Anciens parachutistes de la Légion étrangère a fait l’appel des 751 hommes du 1er BEP-1er REP, dont 2 de ses chefs de corps, morts pour la France en Indochine et en Algérie du 1er juillet 1948 au 30 avril 1961. Et encore aucun nom vietnamien ne vint-il à l’appel car nous n’avons pas su conserver la mémoire, individuellement, des nombreux supplétifs tombés dans nos rangs en Indochine ! Treize ans de combats. Deux résurrections, une mort finale.
Qui voudra me juger le peut, certes, mais doit prendre la peine de connaître mille choses qui n’existent plus aujourd’hui. Il doit savoir que j’ai été éduqué pour trouver ma place dans une civilisation, un pays. 
Je n’ai pas des faits d’armes à raconter, pas de vie de guerrier à parcourir. Qu’on n’attende pas de moi des « mémoires de guerre » car je n’ai pas connu les grands et petits combats d’une « vraie » guerre. Je peux néanmoins parler d’une guerre pas plus sale que toutes les guerres, mais plus salissante que d’autres.
Je compte utiliser beaucoup les témoignages que j’ai eu le besoin ou l’occasion de déjà donner sur cette période. Lorsqu’ils sont anciens, il arrivera, s’il le faut, que je les complète ou que je les amende. Parfois, je sortirai du témoignage pour me risquer au commentaire et dire ce que cet autrefois m’inspire à présent et aussi ce que je pense d’aujourd’hui. Besoin de jouer au sage, plaisir de vieux !…

ISBN 978-2-84668-623-5 – Format 18 x 24,5 cm – 294 pages – 25 €


Petit rectificatif sur l'Escadrille La Fayette

Envoyer
Bonjour Messieurs,

Je viens de tomber sur votre site par hasard car je suis entrain de réaliser un petit document pour une exposition dans ma ville sur Escadrille La Fayette.

J'ai relevé une erreur dans la légende sous la photo du symbole de l'escadrille que vous avez publiée (2017)
Il est mentionné "une tête d'indien Séminole". Or c'est une erreur : il s'agit d'une tête d'indien Sioux.
En effet, si initialement, en 1916, l'escadrille La Fayette avait choisit le profile droit de la tête du chef Indien Séminole (qui figurait d'ailleurs sur les boîtes de munitions de la marque "Savage Arms Manufactured Company") et avait été dessiné par le mécanicien, soldat de 2ème classe, Mary Suchet...

elle en changea en 1917 et opta pour le profile gauche du chef Indien Sioux qui lui paraissait plus appropriée, plus agressive ; un emblème qui fut d'ailleurs proposé et dessiné par le pilote américain Sergent Harold Willis, en s'inspirant vraisemblablement du Chef Sioux Hollow Hom.





Voilà, c'est juste un petit rectificatif pour redonner à l'Histoire de cette fabuleuse escadrille sa vérité.

Bien cordialement

Mme C. B.
(ancien SOA - 117e promo St Maixent)

Le colonel Christophe Passerat de la Chapelle 33e chef de corps du 2e REP de Calvi

Envoyer

https://www.corsenetinfos.corsica/

Rédigé par Jean-Paul-Lottier le Mardi 31 Juillet 2018

Au cours d'une prise d'armes présidée par le général Patrick Collet, commandant la 11e BP ce mardi matin au camp Raffalli,, le colonel Christophe Passerat de la Chapelle a pris le commandement du 2e Régiment Etranger de Parachutistes à Calvi. Il était auparavant en poste à l’État-major de l'Armée de Terre (EMAT) et a déjà servi au 2e REP de 1999 à 2006 comme jeune lieutenant

 

Les autorités rendent les honneurs au drapeau

Les autorités rendent les honneurs au drapeau

C'est sans doute une première dans ce Régiment d'élite qu'est le 2e REP de Calvi.

Ce mardi matin, en effet , au cours d'une prise d'armes qui s'est déroulée au Camp Raffalli, en présence de nombreuses  personnalités civiles et militaires, le c
colonel Christophe Passerat de la Chapelle est devenu le 33e Chef de Corps du 2e REP, alors que son prédécesseur est en mission au Mali avec une grande partie du Régiment!
C'est donc à effectif restreint, représentant la base arrière, mais avec la 4e Compagnie rentrant de mission que cette cérémonie à eu lieu autour de la voie sacrée.
Les personnels rassemblés aux ordres du lieutenant-Colonel Hubert Favrot commandant le 2e REP par suppléance, les autorités, au premier rang desquelles le Général Patrick Collet, commandant la 11e DP et présidant cette prise d'armes, le général de brigade Denis Mistral, commandant la Légion Etrangère, le Général de Brigade  Jacques Plays, commandant la Région Corse de Gendarmerie, le colonel Cyril Meunier, commandant la BA126 de Ventiseri-Solenzara, Ange Santini, Maire de Calvi, Jérôme Seguy, sous-préfet de Calvi, Pierre Guidoni, maire de Calenzana, Etienne Suzzoni, maire de Lumio... rendaient les honneurs au drapeau.
Le général Collet passait les troupes en revue, avant de rendre hommage aux disparus, en déposant une gerbe au pied du Monument "More Majorum" en présence du Général Mistral et des anciens chefs de corps du 2e REP, le général (er) Alain Bouquin et le Colonel Benoît Desmeulles.
Le patron de la 11e DP se dirigeait ensuite au pied de la voie sacrée pour proclamer son ordre du jour, au cours du quel ses premières pensées allaient vers le Colonel Jean de Monicault et ses hommes
"Bien loin de Calvi ce matin, le 2e REP, derrière son chef, est en opération. Sous le soleil du désert, les légionnaires parachutistes traquent leurs adversaires et tentent sans relâche de lui imposer le combat. Le Régiment est à sa place sur le terrain, et le chef de corps aussi, même si ici, il manquera à chacun d'entre nous. En ces instants, s'achève officiellement  lle temps de commandement du  Colonel  Jean de Monicault qui rend le 2e REP après deux magnifiques années, tout en continuant son action  à la tête du Groupement tactique....)"

Un hommage appuyé au colonel Jean de Monicault
Le général Patrick Collet, poursuivait en rendant hommage au colonel Jean de Monicault, soulignant au passage ses deux années au cours desquelles il a mené à bien ses missions. Et de poursuivre:
" Quelques mots simples pour caractériser le colonel Jean de Monicault: calme et rigueur,  exigence, courage et exemplarité. Ses traits n'empêchent pas l'enthousiasme, bien au contraire, ni l'allant. Le Colonel de Monicault vous a commandé avec un enthousiasme de tous les instants. Riche de son passé de commando, son style s'est d'abord manifesté par le soin et la rigueur qu'il a mis avant toute chose, ne laissant jamais la moindre place au hasard. A ces qualités évidentes, j'ajouterai enfin l'humilité et l'attention. On ne commande pas sans aimer...)"
Et de conclure:
"Mon colonel, faute de pouvoir vous le dire dans les yeux, vous lirez dans ces lignes que j'ai été  honoré et fier  d'être votre chef. Au moment où vous quittez pour toujours ce Régiment qui a façonné votre vie d'officier, je vous souhaite bonne chance".
Désignant du bras le colonel Christophe Passerat de la Chapelle, le Général Collet prononçait la traditionnelle phrase d'investiture réglementaire: " « Vous reconnaitrez désormais pour votre chef le lle colonel Christophe Passerat de la Chapelle ici présent, et vous lui obéirez en tout ce qu’il vous commandera pour le bien du service, l’exécution des règlements militaires, l’observation des lois et le succès des armes de la France ».
La cérémonie se poursuivait par un défilé des troupes et un cocktail dans les jardins du Parc Baumont.au cours du quel, le nouveau chef de corps s'est exprimé, avant de laisser la parole au maire de Calvi.

Colonel Christophe De la Chapelle, chef de corps du 2e REP de Calvi

Colonel Christophe De la Chapelle, chef de corps du 2e REP de Calvi

Ils ont dit :


Colonel Passerat de la Chapelle, chef de corps du 2e REP
" C'est un honneur et une fierté  de commander aujourd'hui ce régiment qu'est le 2e REP.  Régiment où je suis arrivé comme jeune lieutenant en 1999  et dans lequel j'ai servi jusqu'en 2006. En fait j'ai le sentiment de n'avoir jamais quitté Calvi.  C'est la 3e fois dans ma carrière que je succède au Colonel de Monicault et c'est toujours un défi. Durant ces deux années à venir je vais m'inscrire dans la continuité de mes prédécesseurs tout en y apportant ma petite touche personnelle. "

Ange Santini, Maire de Calvi
" Je voudrais tout d'abord avoir une pensée pour le Colonel Jean de Monicault qui est un ami et avec qui nous avons pu lier des liens d'amitié très forts. Bienvenue à son successeur le  Colonel Passerat de la Chapelle  pour qui je forme des voeux de pleine réussite. Comme j'ai l'habitude de le rappeler, vous savez, à Calvi nous avons deux devises. Vous avez la vôtre qui est aussi la nôtre: Légios Patria Nostra et vous avez  Civitas Calvi Semper Fidélis."

Général Denis Mistral, commandant la Légion Etrangère
En cet instant, j'aurais une pensée  pour nos camarades qui sont au Mali pour une mission délicate, dans des conditions difficiles. J'ai reçu récemment un mot du Général  commandant l'opération Barkhane  qui me disait à propos du régiment "combien il était bien commandé et solide. Ils ont toute ma confiance" devait-il ajouter Que cela continue, en particulier ici pour que le régiment s'inscrive pleinement  dans ses fonctions ".

Général Patrick Collet, Commandant la 11e Brigade Parachutiste
" C'est toujours un honneur pour les chefs que nous sommes que de venir dans des régiments de cette tenue. C'est la 3e prise d'armes de passation de commandement que je préside à la 11e BP (...). On va pas se mentir, il manque quelqu'un aujourd'hui, qui est pourtant présent dans tous les esprits mais qui tourne une page difficile là ou il est. Je sais, je peux en témoigner pour lui. Pas facile pour lui de quitter ses hommes sans les voir les yeux dans les yeux".

Pour conclure, le Général Collet remettait au nouveau  chef de Corps du 2e REP une lettre de Commandement militaire


Page 2 sur 9

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui4545
mod_vvisit_counterHier7739
mod_vvisit_counterCette semaine30342
mod_vvisit_counterSemaine dernière38452
mod_vvisit_counterCe mois30342
mod_vvisit_counterMois dernier216768
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/099841067

Qui est en ligne ?

Nous avons 2304 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13608
Affiche le nombre de clics des articles : 20696436
You are here BREVES 2018