AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Pourquoi un cimetière militaire Français à Nosy Komba...

Envoyer
1. Cimetière de Nosy Komba, île proche de Nosy Be : ce cimetière date des combats des années 1880 et la 3e Cie du 3e REI avait reçu en 1968 la mission de retrouver et remettre en état ce cimetière; quelques tombes d’anciens légionnaires du 2e REI y figurent; une cérémonie en présence du consul général de France, du chef de corps avait marqué cet événement, auquel je participais. Depuis ce cimetière a toujours été entretenu, des dons en espèces attribués, et, en 2010, j’ai eu la joie de voir ce cimetière figurant au patrimoine de la collectivité de Nosy Be. (voir photos)

 

L'expédition de Madagascar, journal de campagne - 1897

Le 8 décembre 1894, le Ministre de la Guerre m’envoyait brusquement l’ordre de m’embarquer pour Madagascar, avec le commandant du génie Magné, sur le paquebot Iraouaddy partant le 12 du même mois de Marseille. Il nous donnait mission de choisir l’emplacement et de préparer l’installation d’un sanatorium de 500 lits destiné à recevoir les convalescents du Corps expéditionnaire, et il nous invitait, avant d’arrêter définitivement notre choix, à visiter la montagne d’Ambre, les Comores, Mayotte et Nossi-Bé.

Nous touchons le 31 décembre à Zanzibar, le 3 janvier 1895 à Mayotte. Le 5 janvier l’Iraouaddy double le cap d’Ambre et jette l’ancre dans la baie de Diego, en face de la ville d’Antsirane, chef-lieu de la colonie de Diego-Suarez. Antsirane ne paraît pas très florissante : située à l’extrême pointe de Madagascar, dans une région pauvre, à peine peuplée, elle est trop éloignée des routes que suivent les convois pour aller des hauts plateaux à la côte ; ses habitants, n’ayant pas confiance dans son avenir, n’osent pas engager leurs capitaux et ne font rien pour s’y fixer d’une façon définitive. Le voyageur est tout de suite renseigné sur cet état des esprits en parcourant les rues de la ville : presque toutes les constructions ont l’air d’être provisoires; à part l’habitation du gouverneur, celle du chef du génie, le commissariat et les casernes, les maisons sont construites en planches ou on matériaux démontables, comme si leurs propriétaires s’attendaient à abandonner d’un moment à l’autre la colonie.

La montagne d’Ambre est éloignée de Diego d’environ 35 kilomètres ; la route qui relie ces deux points, et qu’on nous disait être praticable aux voitures, est tout entière à faire ; elle coûterait 300 000 francs, exigerait dix mois de travail et au moins 400 terrassiers, alors que nous devons être prêts en trois mois, et qu’il est impossible de recruter à vingt lieues à la ronde plus de 100 travailleurs.

Rien à tenter de ce côté pour notre mission : nous nous embarquons le 12 janvier sur la canonnière le Gabès, commandée par le lieutenant de vaisseau Serpette, et, après une traversée assez mouvementée, nous arrivons le lendemain vers 2 heures de l’après-midi en rade d’Hellville, chef-lieu de la colonie de Nossi-Bé, dont dépend Nossi-Comba.

À peine débarqués, nous recevons de M. l’administrateur principal François qui gouverne Nossi-Bé au nom de la France l’accueil le plus cordial. Il veut nous guider lui-même dans nos excursions et il vient nous chercher le lendemain matin dans sa propre baleinière pour nous conduire à Nossi-Comba, séparée de Hellville par un assez long bras de mer.

Nossi-Comba, dont le nom malgache signifie « l’île aux Makis », est une petite île en forme de pain de sucre qui ne mesure pas plus de 20 kilomètres de tour ; nulle part, sur les plages de sable fin qui l’environnent, on ne voit de palétuviers, ni de marais ; son sol, de granit compact doublé d’une couche d’argile rouge, est presque partout recouvert d’épaisses forêts. Constamment balayée par les brises du large, elle offre un séjour très agréable et très salubre.

L’île est très habitée : de distance en distance nous distinguons des agglomérations de cases basses, perdues au milieu des arbres.

Devant ces cases, recouvertes de feuilles de ravenale, les femmes sont occupées à piler le riz et le maïs dans de grands mortiers de bois ; quelques-unes ont sur le dos un petit enfant à la mamelle ; il est fixé dans un des plis du vêtement et il suit sans protester tous les mouvements de la mère.

Les indigènes que nous rencontrons s’inclinent à demi devant nous en portant la main à leur front pour nous souhaiter la bienvenue ; ils paraissent d’humeur fort douce. Ils adorent l’administrateur, qui les connaît presque tous et auquel ils font un accueil enthousiaste.

Pendant une halte, je vois deux fillettes sakalaves fort occupées à un jeu très original qui m’a vivement intéressé ; elles l’appellent katch, du nom d’une liane qui fournit les très jolies graines grises employées pour ce divertissement ; pour jouer au katch, on se sert d’une petite planchette rectangulaire en bois de manguier, creusée de trente-deux godets ; les graines rondes de la liane forment les jetons ; la marche de ces jetons rappelle à la fois le jeu de dames et celui du jaquet.

La petite île aux Makis est admirablement placée pour l’installation d’un sanatorium, et nous commencerions immédiatement les travaux si nos instructions ne portaient que nous devons, avant de nous décider, visiter les Comores, et principalement Anjouan.

Après quelques jours passés à Hellville à attendre l’arrivée du bateau que nous avons demandé au commandant Bienaimé, chef de la division navale de l’océan Indien, pour nous conduire aux Comores, nous appareillons pour Anjouan, le 26 janvier, et le 27 du même mois nous jetons l’ancre en face de Moussamoudou, capitale de l’île. Vue du port, Anjouan est très jolie avec ses contreforts profondément ravinés qui s’élèvent en étages successifs jusqu’à un massif central couronné de forêts inexplorées.

Au pied de ces gigantesques gradins, Moussamoudou baigne dans la mer ses blanches murailles crénelées, flanquées de tours.

Toute la journée du lendemain est consacrée à parcourir l’île et à faire visite au sultan Mohamed Selim. Anjouan, malgré sa rade foraine, très peu sûre pendant les mois d’été, nous a beaucoup séduits, à cause de son aspect riant et de ses sources abondantes ; mais elle est bien loin du parcours habituel des courriers, la main-d’oeuvre y est rare et les ravitaillements n’y seraient pas très faciles. Aussi avons-nous hâte de rentrer à Nossi-Comba, que nous choisissons définitivement pour l’établissement du grand sanatorium projeté. Le port large et sûr de cette île permettra en tout temps le débarquement des malades ; elle est en communication régulière avec Majunga, non seulement par le grand courrier de France, mais encore par un petit paquebot annexe des Messageries Maritimes. La proximité d’Hellville rendra extrêmement facile le ravitaillement du sanatorium et son installation sera rapide grâce aux nombreux ouvriers indigènes et aux contremaîtres créoles que le résident peut immédiatement nous fournir. Il ne faut pas oublier en effet que nous devons être prêts pour l’arrivée du Corps expéditionnaire, que le commandant Magué représente le seul agent technique venu de France, et qu’il lui est impossible en si peu de temps de former sur place avec les indigènes les terrassiers et les constructeurs qui sont nécessaires pour tracer les routes et créer les vingt-quatre bâtiments de notre grand hôpital de convalescents.

Une grande première pour le service de Santé des Armées, en place sur le théâtre, avant l'arrivée des Forces Combattantes...


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1770
mod_vvisit_counterHier8487
mod_vvisit_counterCette semaine28480
mod_vvisit_counterSemaine dernière62361
mod_vvisit_counterCe mois151985
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098352718

Qui est en ligne ?

Nous avons 1958 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18081470
You are here BREVES 2016 Pourquoi un cimetière militaire Français à Nosy Komba...