AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Sprint final

Envoyer

12.07.2015, par François-Michel Le Tourneau

Nous voici installés en borne 6, profitant d'un peu de repos avant de repartir pour le sprint final vers la borne 7. Bien sûr il ne faut pas s'emballer, une étape représente encore beaucoup de marche et de surprises potentielles. Mais nous sommes en bonne voie de réussir notre pari de parcourir en une seule expédition la ligne des 7 bornes.

Ce dont nous nous apercevons est que le défi était en fait principalement logistique. Certes le relief pose de redoutables problèmes jusqu'à la borne 2. Mais cela va en s'atténuant, et à partir de la borne 5 on se trouve dans une région de plateaux surmontés de petites collines qui ne sont plus très difficiles à franchir. La fatigue est là, car il s'agit d'un effort de longue haleine, mais il ne s'agit pas d'un exploit physique. Disons une bonne performance.

Si la forêt du sud de la Guyane n'est pas si difficile à parcourir, alors pourquoi la région a-t-elle si peu été reconnue ? Probablement essentiellement en raison de son éloignement. Coudreau notait déjà que la disparition des villages amérindiens du centre des tumuc Humac était la cause principale de la difficulté d'accès. Hurault lui aussi indiquait que c'est en s'appuyant sur ces villages que La Haye ou Patris ont pu accéder au centre de la même zone. Ces villages permettaient non seulement de recueillir des informations sur la région (notamment la position des autres villages) mais aussi de s'approvisionner en farine de manioc et autres vivres frais.

Dans notre cas, nous avons substitué les hélicoptères aux indispensables villages... Ainsi approvisionnés, nous avons pu parcourir 340 km jusqu'à aujourd'hui, et si tout va bien presque 400 en fin de semaine prochaine, jusqu'à la borne 7. C'est avant tout cette logistique qui nous a mené où nous sommes.

Un compagnon de jeu croisé sur le chemin. Il n'est pas dangereux !

Mais si la forêt n'est pas plus difficile ici que dans d'autres régions de Guyane, elle n'en reste pas moins un milieu âpre. Petites plaies et bobos se multiplient. Rien pour le moment ne s'emballe grâce à la vigilance de l'équipe médicale. Mais là encore les choses sont toujours un peu sur le fil. La fatigue accumulée commence à peser, malgré l'aguerrissement de l'ensemble des participants. Le matériel souffre aussi... Le clavier de mon ordinateur n'a plus de "t" ni de "y" (faux contacts dûs à l'humidité ?), ce qui ne facilite pas la rédaction des billets... Bref, il est temps d'arriver.

 

Nous nous préparons donc pour la dernière étape, que nous comptons parcourir au même rythme que les précédentes, soit en 4 jours si tout va bien. Une fois arrivés nous pourrons tirer un bilan de l'ensemble du voyage. En attendant, les hommes du 3e REI auront une pensée le 14 juillet pour leurs camarades qui défileront sur les Champs Elysées.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui7619
mod_vvisit_counterHier9339
mod_vvisit_counterCette semaine7619
mod_vvisit_counterSemaine dernière62361
mod_vvisit_counterCe mois131124
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098331857

Qui est en ligne ?

Nous avons 1957 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18050448
You are here BREVES 2015 Sprint final