AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Ancien SAS, René Brisson nous a quittés

Envoyer

 

le 16 novembre 2013

René Brisson, 90 ans vient de décéder à Bayonne. Son parcours pendant la Seconde Guerre mondiale puis au cours de la guerre d’Indochine ont fait de cet aviateur devenu un légionnaire puis un SAS au caractère bien affirmé, une belle figure de France épris d’un patriotisme authentique. René Brisson naît en 1923. Dès son enfance il veut devenir militaire. Il entre à l’Ecole des enfants de troupe de Tulle en 1936. Il en sort en 1940 et refuse de subir la défaite et les conséquences de l’armistice demandé et obtenu par le maréchal Pétain. Il n’as pas dix huit ans quand il rejoint l’ardeur du combat au coeur, les Français libres.
Il choisit de passer par l’Espagne, est interpellé, puis enfermé au camp de Miranda, mais il réussit à gagner l’Egypte où il signe le 10 août 1941 son engagement dans les Forces aériennes françaises libres (FAFL).
Comme il veut aller au feu sans tarder, il obtient son transfert à la 13e demi brigade de Légion étrangère qui est engagée en Libye. Il participe aux combats de Bir Hakeim, puis d’El Alamein où, en octobre 1942, il est blessé. Soigné, il retrouve son unité en Tripolitaine et participe aux combats de Tunisie. En mai 1943, il reçoit sa deuxième blessure au feu devant Sousse. En août 1943, il est affecté au 3e bataillon d’infanterie de l’Air qui est rapatrié à Camberley en Grande-Bretagne en octobre. Il y est breveté parachutiste et suis la formation SAS. Il devient alors un commando redoutable qui est affecté au 3e SAS en août 1944.
En septembre, il est en France et il participe aux combats de la libération jusqu’au début 1945. De retour en Grande-Bretagne, il est parachuté aux Pays-Bas lors de l’opération « AMHERST» le 7 avril 1945 avec ses camarades britanniques des SAS. Il y est blessé gravement. Démobilisé en 1946, il reprend du service en 1947 et part pour l’Indochine au sein du 5e bataillon commando de chasseurs parachutites. Au cours de son séjour il est cité deux fois pour son courage et son sang-froid. Pour des raisons de santé il cesse sa carrière militaire en 1951 et entre dans la vie civile. Il est contremaître à l’arsenal de Tarbes, courtier en assurances, contremaître sur le site de Lacq puis surveillant au musée Bonnat à Bayonne.
René Brisson était chevalier de la Légion d’honneur, titulaire de la Médaille militaire, de la croix de guerre 1939-1945 avec trois citations dont deux à l’ordre de l’armée, de la croix de guerre des théâtres d’opérations extérieurs (TOE ) avec deux citations et de plusieurs autres décorations.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui7177
mod_vvisit_counterHier6861
mod_vvisit_counterCette semaine21089
mod_vvisit_counterSemaine dernière53238
mod_vvisit_counterCe mois175694
mod_vvisit_counterMois dernier227297
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/097467696

Qui est en ligne ?

Nous avons 1322 invités en ligne

aaleme.fr

aaleme.fr les News en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13362
Affiche le nombre de clics des articles : 16749115
You are here BREVES 2013 Ancien SAS, René Brisson nous a quittés