AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Il y a 150 ans, c’était Camerone

Envoyer

Posted on 30/04/2013

Camerone

Auberge du village de Camerone, province de Vera-Cruz, 30 avril 1863. De la compagnie du capitaine Danjou assaillie par 2000 Mexicains il ne restera que  quelques survivants blessés. Trois décennies après sa naissance, la Légion entrait dans la légende.

La légion étrangère. A la seule évocation de ce nom,  il y a d’abord le pathos, un peu outrancier parfois. Camerone, Bir-Hakeim, Dien-Bien-Phu, Kolwezi, l’Irak, aujourd’hui le Mali; l’image de la troupe d’élite par excellence, flattant la fibre virile et patriotique, universellement admirée et respectée au delà de toute description; le képi blanc, le RMLE, la 13e DBLE, le(s) REP, le REC, la barbe et le tablier de sapeur, le pas lent sur les Champs Elysées, ces hommes sans passé venus du monde entier verser leur sang pour un pays qui n’est pas le leur, la noblesse du sacrifice désintéressé pour que vive la France… Il y a dans tout cela assurément beaucoup de vrai, mais aussi avouons le une forme de mythe et jusqu’à un peu de marketing même, en somme une légende dorée qui comme toutes les légendes dorées ne dit pas tout de son histoire.

N’empêche. Comment ne pas être sensible à la magie de cette légende née de l’autre côté de l’Atlantique par un triste et héroïque jour d’avril 1863, à cette troupe si singulière aux racines profondes qui y gagna des lettres de noblesse inégalées, toujours en pointe et inébranlable dans le sacrifice, dans le succès comme la défaite; l’un des derniers vrais piliers en somme d’une armée française dont la « restructuration » continue ces dernières années apparaît de plus en plus comme un enterrement. « Un légo’s ça se respecte les gars » (sic) avait lancé un jour des trémolos dans la voix notre sous-off d’instruction après le passage dans un silence quasi religieux d’une paire de képis blancs devant nos yeux ébahis de « couilles de loup » mal dégrossies. C’était il y a quinze ans et personne parmi nous n’avait alors souri en songeant aux petits personnages danois en plastique. Si ça n’est pas un signe… 

couv.indd

A ce propos, l’anniversaire de Camerone est l’occasion pour Ligne de Front de sortir un beau hors-série. Il ne sera sans doute pas le dernier à aborder le sujet mais il est des hommages qu’on ne peut décidément pas manquer.

Legio Patria Nostra


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui3809
mod_vvisit_counterHier8487
mod_vvisit_counterCette semaine30519
mod_vvisit_counterSemaine dernière62361
mod_vvisit_counterCe mois154024
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098354757

Qui est en ligne ?

Nous avons 2323 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18084798
You are here BREVES 2013 Il y a 150 ans, c’était Camerone