AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

LA RAFALE - T.2 Les traverses de Song-lap -

Envoyer

Le 12/02/2013

La rafale, T.2, Les Traverses de Song-lap, est une BD qui nous replonge dans les rouages de la guerre d’Indochine.

Résumé : 1948, Sud-Est asiatique. L’ingénieur Frédéric Daguet travaille toujours à la maintenance du train blindé La Rafale. Le convoi militaire géré par la Légion Etrangère traverse l’Indochine en guerre. Daguet, réquisitionné contre son gré par la Légion pour ses compétences techniques, n’a aucune envie de faire ce voyage. Malheureusement il n’a pas le choix et il ignore encore les problèmes qui l’attendent. En effet, une embuscade Viet-minh menace le train. De plus, l’officier Pablo a fait monter à bord deux clandestines dont une, Moineau, espionne pour l’ennemi. Daguet va avoir fort à faire pour rester en vie.

Notre avis : Les Traverses de Song-lap nous racontent la guerre du rail pendant « l’Indo ». C’est regrettable que l’histoire de Patrick Cothias et Patrice Ordas ne soit pas plus prenante. On ne s’inquiète pas pour Daguet, malgré les situations dangereuses où il se trouve. Et on parcourt ses aventures comme on lirait un livre d’histoire, plus intéressé par ce que l’on apprend de cette guerre que par les aventure de ces héros. Daguet a un caractère classique. Ancien maquisard que la guerre horrifie, il n’hésitera pas à reprendre les armes pour aider ses nouveaux amis. On sent tout de suite que Daguet, qui rechigne au début, va finir par se lier avec ces hommes. Daguet va d’abord trouver un terrain d’entente avec Pablo, l’ancien de la guerre d’Espagne. L’intrigue secondaire éveille beaucoup plus l’intérêt. En effet, elle tourne autour des conflit de l’ombre, celui des agents doubles, des infiltrés et du renseignement. Mettant en scène des personnages secondaires, elle est beaucoup plus prenante et tendue. Tout d’abord parce qu’on sait que ces hommes et ces femmes peuvent mourir n’importe quand, bien avant la fin de l’histoire, et ensuite, parce qu’on découvre comment procédait l’armée communiste vietnamienne pendant la guerre pour espionner les militaires Français. Il est dommage qu’une certaine confusion s’installe à la lecture de ce jeu de manipulation. Au retour du train à Nha-trang, quand les cartes tombent, on s’interroge beaucoup. Pourquoi Amalie, la jeune tenancière du bar à soldats capturée par les vietnamiens et forcée d’espionner pour eux, ne raconte pas tout ce qu’elle sait aux Légionnaires, au lieu de claironner qu’elle va aller voir la police ? Pourquoi la même Amalie croit Song, sous-lieutenant Français infiltré chez les Vietnamiens, quand il lui affirme qu’il ne travaille que pour les français ? Alors qu’elle voit Song prétendre devant les viet-minh qu’il joue les agents doubles, puis prétendre l’inverse devant le capitaine Renaudot. D’ailleurs, on ne comprend pas non plus ce que sait exactement le capitaine Renaudot, quand on découvre qu’il « a entendu » toute l’histoire. Un flou qui nuit au bon déroulement du récit. Par contre, l’idée de mêler la guerre au front, violente et brutale, avec la guerre secrète, louvoyabte et pernicieuse, est excellente.

Les dessins de Winoc ont une touche réaliste qui nous rapprochent de ces hommes mais un certain statisme fige les mouvements. Du coup, les scènes de combat ont un aspect immobile qui nuit à leur impact émotionnel. Par contre, le trait rend vraiment bien les sentiments des personnages. La fatigue, l’inquiétude, la peur se lisent sur les visages. Heureusement, le cadrage prend quelques libertés et apporte un dynamisme qui manque au dessin. Les couleurs de Nadine Voillat sont belles. Le vert de la jungle impose bien la présence étouffante de cette forêt tropicale. De même que le rouge du crépuscule nous rappelle que quelque chose de grave se prépare derrière la beauté du coucher de soleil.

Ce qui nous secoue le plus dans La Rafale, c’est de savoir que les légionnaires ont vraiment vécu ce type de conflit, pour accomplir à n’importe quel prix la mission qui leur avait été confiée. Cette BD rend un bel hommage à ces hommes qui n’ont pas renoncé, que ce soit en Indochine ou ailleurs.

La première édition de La Rafale comporte un dossier de 8 pages présentant les trains blindés de la légion. Mélangeant dessins, textes et photos, un court historique nous plonge dans l’histoire et se révèle très instructif. Le lecteur prend ainsi conscience de ce qu’a été la guerre du rail en Indochine. Un dossier réalisé avec l’aide du centre de documentation de la légion étrangère. Alors si vous souhaitez acheter La Rafale, précipitez-vous sur cette édition !

La Rafale est une BD intéressante par cette page d’histoire qu’elle nous fait découvrir. Elle manque pourtant de ce souffle épique qui nous entraînerait aux côtés de Daguet, Amalie, Pablo et leurs compagnons.

David Neau

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui7416
mod_vvisit_counterHier9339
mod_vvisit_counterCette semaine7416
mod_vvisit_counterSemaine dernière62361
mod_vvisit_counterCe mois130921
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098331654

Qui est en ligne ?

Nous avons 1828 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18050234
You are here BREVES 2013 LA RAFALE - T.2 Les traverses de Song-lap -