AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

2011




Une découverte macabre à Periers

Envoyer

Publié le 25/08/2011

Cette macabre découverte a eu lieu dans le hameau de “La Bauptoiserie”, à deux/trois kilomètres du centre de Périers. L'occupant de la maison s'appelle Pierre Siccard, un ancien légionnaire de 65 ans, originaire du département et installé ici depuis une vingtaine d’années. Est-ce la personne retrouvée morte? C’est vraisemblable, mais l’état de décomposition du corps était tel que l’identité n’a pas pu être formellement établie. “Des prélèvements ont été effectués qui permettront de confirmer l’identité”, explique Sophie Le Meur, substitut du procureur de Coutances.

La magistrate a diligenté une autopsie. “Elle a permis de confirmer que le décès n’était pas dû à des causes extérieures”. Pas d’homicide donc, la piste de la mort naturelle est privilégiée.
Les analyses devraient aussi permettre d’établir la date du décès, mais au parquet, on est formel : “le décès remonte à plus de trois mois”.

Dans le village, l’homme inspirait la crainte. “On en avait peur”, confirme un voisin proche. Un autre ajoute : “Celui qui habitait là était une personne qui vivait reclu”. Dans le voisinage, en tout cas, on est formel: “on ne l’avait plus vu depuis plusieurs mois”.

Ce fait divers sordide intervient quelques semaines après la découverte d’un corps momifié à Saint-Sauveur-le-Vicomte, une personne décédée depuis sept mois.


Concert de la Musique de la Légion étrangère

Envoyer
A REVEL (31250), le vendredi 7 octobre 2011 à 21 heures, salle Nougaro.

Lettre d’information n°2 de «Terre Fraternité »

Envoyer

aa


Pierre Messmer

Envoyer

Sergent Mittenaere René

Envoyer
 


Mémoire Patrimoine

Envoyer

Samedi 13 août 2011

Avec cette première publication, j'inaugure une partie "Légion étrangère" sur ce blog qui a pour but de recenser, dans un premier temps, tout ce qui concerne "La Légion étrangère vue par..". Au fur et à mesure des articles, il sera possible d'intégrer ouvrages, expositions et lieux de mémoire légionnaires avec une seule contrainte : des images fixes ou animées et, bien sûr, le respect des droits d'auteur et des copyrights. Vos contributions sont les bienvenues!

 

 

Ce reportage s'appelle "La Légion sans baroud" et a été réalisé à l'occasion des célébrations de Camerone 1966 et présente l'organisation de la Légion étrangère après l'Algérie.   Malgré les poncifs habituels comme le légionnaire devant une bière, le journaliste (Jean-Pierre Chapelle) a fait un travail sérieux. A noter deux interviews très intéressantes   du Colonel Arnaud de Foiard, chef de corps du 2e REP à Mers-El-Kébir et du Colonel Vadot à Aubagne ainsi que celle d'un légionnaire d'origine allemande qui s'exprime sans contraintes.

 Le reportage a été diffusé le 29 avril 1966 et a été produit par l'Office de Radiodiffusion Télévision Française (ORTF). A signaler également un bel article sur le Commandant Vadot à Dien Bien Phû dans le dans le numéro 23 de Guerres d'Indochine et d'Algérie disponible en promotion ici link
 
ALGE_4400023COUVBig.jpg
 
 
Alain Decaux raconte…la Légion étrangère
Ce documentaire de 51’ a été  le fruit d’un travail collectif de réalisation  sous la direction artistique de Patrick Jeudy link, le réalisateur du magnifique documentaire « Les 4 lieutenants Français » qui va bientôt être réédité en DVD…Autour de Patrick Jeudy, Frédéric Candes, Françoise Mazzega, Laurent Lesourd, Fabrice  Charrin et Roger Dupuis, épaulés par deux documentalistes spécialisés. Il fait partie de la collection « Alain Decaux raconte » produite par TF1 à partir des archives audiovisuelles militaires détenues à Ivry.
Alors que la DICOD link (Délégation à l’Information et à la Communication de la Défense) n’existait pas encore et que l’ECPA link (Etablissement Cinématographique et Photographique des Armées) n’était pas encore un établissement public, c’est le SIRPA Central (Service d’Information et de Relations Publiques des Armées) qui se charge d’apporter son soutien à cette première histoire audiovisuelle de la Légion étrangère en 1993. Les sociétés Archy Productions et Protecrea assument respectivement la production exécutive et la production déléguée sous le contrôle de TF1, diffuseur et coproducteur.
legionetranger_decau_xl.jpg
 
Si le style de la narration est dans la veine de l’émission éponyme animée par Alain Decaux diffusée sur la première chaîne de l’ORTF puis sur Antenne 2 de 1969 à 1981, il fait la part belle aux qualités d’héroïsme et de courage de la Légion. Sa diffusion intervient après la 1ere Guerre du Golfe, dans un contexte plus favorable à l’image des armées (on ne dit pas encore Défense…) et avant l’un des « pilotes » de l’émission « Le droit de savoir » de Charles Villeneuve  sur la Légion. Il rencontre un succès d’estime et contribue à renforcer l’image de solidité d’une troupe professionnelle alors que le gouvernement s’apprête à supprimer le Service National.
Un travail de recherche important
Il n’en reste pas moins que le travail de recherche dans les archives a permis de faire sortir des images sinon inédites tout du moins peu connues comme la présentation du drapeau du RMLE dans la .Lorraine libérée par le Lieutenant-colonel Rollet lui-même ou  des colonnes dans le bled marocain durant la deuxième pacification.  
Une recherche de droits est actuellement en cours pour pouvoir redonner vie à ce documentaire qui aura eu quand même une belle  « carrière » sur support VHS.  Si elle devait aboutir, il serait disponible avant la fin de l’année en DVD et sur AppStore.


Le soleil des enfants Perdus

Envoyer

le vendredi 12 août 2011

 

Dans les rues de Marseille, le jeune sous-lieutenant Romain Delfosse traîne des heures vides en attendant d’embarquer pour l’Algérie.

Loin de ses études littéraires, après une formation de parachutiste, Romain part, détaché bientôt à la Légion Etrangère.
A la tête d’un groupe de soldats, il effectue d’interminables patrouilles dont l’intérêt lui échappe, débarrassé de tous les signes ostensibles de son grade comme l’adjudant-chef le lui a recommandé pour ne pas être choisi comme cible.

Ces précautions seront insuffisantes : au détour d’un chemin, un choc immense au milieu de la poitrine le renverse au sol. Dans une sorte de délire, il conserve la force d’ordonner à l’adjudant-chef de relâcher son assaillant sur lequel la troupe avait réussi à mettre la main.

Entre le champ de bataille et le Val de Grâce où il émergera enfin de sa torpeur quelques temps plus tard, Romain aura eu l’occasion de croiser Saint Exupéry, Camus, Romain Gary, Sartre et Malraux….
Après avoir reçu la Légion d’Honneur, Romain sera rendu à la vie civile où il va commencer à errer dans l’espoir de trouver l’idée extraordinaire qui va lui donner la force, l’imagination et l’inspiration pour écrire un roman qui ne pourra être qu’immense.

Guy Marchand est une sorte d’icône. Au delà de l’acteur et, bien évidemment (comment éviter le cliché : c’est même répété en quatrième de couverture), du Nestor Burma qui lui colle à la peau, c’est autant le musicien qui intéresse devant le livre inconnu. Le musicien de jazz, le crooner.

Et c’est bien de musique qu’il s’agit. La musique lancinante d’une vie qui se cherche et qui peine à trouver le refrain à chanter à l’unisson avec quelqu’un. Une vie qui oublie les paroles pour ne fredonner qu’un air inconnu et atone. Un air qu’on oublie aussitôt entendu car sans relief. Une musique qui cherche sa partition, se trompe de note, change de tonalité, varie les instruments mais n’atteindra jamais au sublime. Qui restera toujours dans une sorte d’insignifiance une seule fois évitée pour sauver la vie de celui qui avait voulu prendre la sienne. Une fleur plantée dans le désert.

Ce n’est certainement pas un ouvrage qui marquera la littérature et un autre que Guy Marchand n'aurait  sans doute pas pu nous le faire apprécier. Mais, lu très vite pendant un court voyage aérien sur nos lignes intérieures, ce livre a quand même réussi à repousser le sommeil qui guettait, à nous captiver tout au long du trajet et à nous ramener sur terre avec un peu de nostalgie dans les yeux.

Ce n’est finalement pas si mal que cela.

Hommage aux soldats de France, ces glorieux héros

Envoyer
aa

REGARDEZ trois retours de soldats, en France, en Angleterre et au Canada

Envoyer
En France :
En Angleterre :
Au Canada :

Sarkozy au chevet de l'armée française

Envoyer

Publié le 12 août 2011

Nicolas Sarkozy sera à Toulon vendredi pour accueillir le porte-avions Charles-de-Gaulle, de retour dans son port d'attache

après plus de quatre mois d'opérations au large de la Libye. © MAXPPP

Le chef de l’Etat doit rendre hommage vendredi aux deux légionnaires tués en Afghanistan.

Le chef de l’Etat doit se rendre vendredi sur le porte-avions Charles-de-Gaulle, de retour dans son port d'attache de Toulon après plus de quatre mois au large de la Libye, a indiqué l'Elysée jeudi dans un communiqué. Cette visite, qui s'effectuera "sous réserve des conditions météorologiques", précise le texte, se fera en présence du ministre de la Défense Gérard Longuet.

Hommage aux deux soldats

Le chef de l'Etat arrivera sur le porte-avions à 12h et prononcera à 12h30 une allocution devant les hommes d'équipage, avant de déjeuner avec eux, indique encore la présidence.

A bord, il rendra un hommage aux deux légionnaires tués dimanche dernier au cours d'un accrochage avec des insurgés en Afghanistan. A 16h, une cérémonie en leur honneur est prévue dans leur régiment de Calvi, en Haute-Corse, en présence de Gérard Longuet.

Un contexte international difficile

C’est dans un contexte international difficile que Nicolas Sarkozy se déplace vendredi dans le Var. Après de nouvelles pertes pour l’armée française en Afghanistan ces derniers mois, l'opération militaire en Libye est de plus en plus contestée , et la situation en Syrie de plus en plus tendue. Nicolas Sarkozy, Barack Obama et Angela Merkel se sont déjà mis d'accord pour "envisager des mesures additionnelles pour faire pression sur le régime du président syrien Bachar al-Assad et soutenir le peuple syrien".

Le Charles-de-Gaulle, quant à lui, devrait rester à quai plusieurs semaines. Paris opérait jusqu'à présent en Libye principalement à partir du porte-avions, avec à son bord une vingtaine d'aéronefs, de la Crète et de la base aérienne corse de Solenzara. Gérard Longuet a récemment justifié le retour du porte-avions par des raisons "humaines et techniques".


Page 8 sur 25

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1006
mod_vvisit_counterHier7385
mod_vvisit_counterCette semaine8391
mod_vvisit_counterSemaine dernière47757
mod_vvisit_counterCe mois63442
mod_vvisit_counterMois dernier229860
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098494035

Qui est en ligne ?

Nous avons 1650 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18311654
You are here BREVES 2011