AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

2010




Passation de commandement CCL

Envoyer

17-03-2010

Première passation de commandement de l’année au 2e régiment étranger d’infanterie. Mercredi 10 mars 2010, le capitaine Fréderic LEBERT a rendu le fanion de la compagnie de commandement et de logistique (CCL). Il reste au 2e REI ou il prend le poste d’officier instruction au bureau opération instruction.

Désormais, la compagnie sera commandée par le capitaine Damien CHAUVIN qui vient de la 13e DBLE ou il était officier adjoint à la compagnie de commandement et de soutien.


La 13 pourrait quitter Djibouti (actualisé)

Envoyer

Secret défense

Vendredi 26 Novembre 2010

Selon nos informations , la 13e Demi-Brigade de Légion étrangère pourrait quitter Djibouti. L'annonce de sa "restructuration à l'étranger" aurait été faite ce matin au régiment.

Cela pourrait signifier son transfert vers les Emirats arabes unis, comme composante terrestre de la base interarmées ("implantation militaire française") dans ce pays. Mais, à ce stade, rien n'est bouclé - notamment avec les autorités de EAU. En cas d'échec de cette solution, la "13" pourrait rentrer en France. Sa dissolution semble difficile : le "13" est en effet Compagnon de la Libération. Mais seule son drapeau pourrait être conservé et confié à une autre unité, comme c'est le cas du 1er régiment de fusiliers marins.

Depuis longtemps, les états-majors estimaient qu'il n'était plus raisonnable de conserver deux régiments interarmes (GTIA) à Djibouti, à savoir la 13e DBLE et le 5e Régiment interarmes d'outre-mer, qui appartient aux Troupes de marine.

La 13 est une unité mythique de la Légion. Créée à l'occasion de la campagne de Norvège, elle rejoint la France libre dès 1940 et s'illustre dans les combats de la seconde guerre mondiale, notamment à Bir-Hacheim. Après l'indochine et l'Algérie, la "13" s'installe à Djibouti - alors colonie française - en 1962.

Jean-Dominique Merchet.


Un X en Ouganda

Envoyer

17-03-2010


La 13e Demi-brigade de Légion étrangère armait du 15 janvier 2010 au 13 février 2010 un Détachement d’Instruction Opérationnelle en OUGANDA.

Après une semaine passée au camp de SINGO avec l’ensemble du détachement, l’aspirant LEFEVRE, affecté a l’Escadron de reconnaissance, a rejoint l’école de formation des sous-officiers de JINJA à l’EST du pays au sein d’un élément de six personnels destinés à former les sous-officiers ougandais sur des missions usuelles comme l’escorte de convoi ou la mise en place d’un check-point.

Il a participé à l’ensemble des cours ayant en charge la topographie avec création d’une course d’orientation destinée à valider les acquis des élèves.

Cette nouvelle expérience passionnante dans un environnement exigeant lui permettra d’aborder avec sérénité ses nouvelles missions au sein des FFDJ mais aussi la vie professionnelle qui l’attend à la sortie de son école.


La 13 pourrait quitter Djibouti

Envoyer

Secret défense

Jeudi 25 Novembre 2010

Selon des informations encore parcellaires et non confirmées officiellement, la 13e Demi-Brigade de Légion étrangère pourrait quitter Djibouti. L'annonce de sa "restructuration à l'étranger" aurait été faite ce matin au régiment. En clair, cela signifierait son transfert vers les Emirats arabes unis, comme composante terrestre de la base interarmées ("implantation militaire française") dans ce pays.

Depuis longtemps, les étas-majors estimaient qu'il n'était plus raisonnable de conserver deux régiments interarmes (GTIA) à Djibouti, à savoir la 13e DBLE et le 5e Régiment interarmes d'outre-mer, qui appartient aux Troupes de marine.

La 13 est une unité mythique de la Légion. Créée à l'occasion de la campagne de Norvège, elle rejoint la France libre dès 1940 et s'illustre dans les combats de la seconde guerre mondiale, notamment à Bir-Hacheim. Après l'indochine et l'Algérie, la "13" s'installe à Djibouti - alors colonie française - en 1962. 

Jean-Dominique Merchet


La Légion étrangère défend la langue française 17032010

Envoyer

17/03/2010

Heureuse découverte à la lecture toujours plaisante de Képi blanc, le mensuel de la Légion étrangère : on ose s'y extraire du snobisme qui veut les choses se disent mieux en anglais qu'en français. Aux pages 14-15, il est question du déploiement en opérations des unités de la Légion - on y apprend ainsi qu'en Afghanistan, le 2e REI arme une ELMO. Vous avez bien lu, et d'ailleurs l'acronyme est expliqué : une équipe de liaison et de mentorat operationnel. Une OMLT, en quelque sorte...

Comme nous l'indiquions précédemment, ELMO est utilisé par les Canadiens francophones, bien peu soutenus de ce côté-ci de l'Atlantique dans leur combat pour la défense de notre langue commune. Ils apprécieront, et nous aussi, le renfort de la Légion étrangère.

Comme l'écrit très justement Claude Duneton, dans sa dernière chronique du Figaro littéraire, à propos de l'apprentissage du français, "au moment où l'armée française a adopté l'anglais comme langue de combat -me dit-on- il est rassurant pour nous qui sommes engagés dans la Défense de la Langue Française (DLF) de savoir que nous pouvons toujours compter sur la Légion, en renfort."


Remise de décret de naturalisation

Envoyer

C’est dans le cadre prestigieux des salons du gouverneur militaire de Paris, que le caporal KULIJEV s’est vu remettre son décret de naturalisation le lundi 22 novembre 2010 des mains du Préfet des Rosaies. Lors de cette soirée, ce dernier a été fait légionnaire d’honneur de première classe par le général BOUQUIN commandant la Légion étrangère.

Le Caporal Ragim KULIJEV, affecté au 2e REP à Calvi (Haute-Corse), a été victime d’un grave accident de la circulation survenu en service le 10 décembre 2004. Hospitalisé à l’Institution Nationale des Invalides, il a dû suivre une rééducation lourde et intensive pendant de longs mois. Sa volonté, sa persévérance et son engagement total, lui ont permis de surmonter son handicap et de regagner une autonomie complète. Son passé de sportif de haut niveau l’a naturellement attiré vers le Cercle Sportif de l’Institution Nationale des Invalides.  Venu dans un premier temps pour y parfaire son programme de rééducation, il y a découvert l’escrime handisport, discipline dans laquelle il a fait de rapides progrès. Parallèlement à sa rééducation, le Caporal KULIJEV s’est également soucié de sa réinsertion professionnelle et après avoir fait un bilan de compétence au sein d’un organisme spécialisé dans la réadaptation et la réinsertion des personnes handicapées, il a pu effectuer un stage au Musée de l’Armée comme agent d’accueil.


ORDRE DU JOUR DE MONSIEUR HERVE MORIN, MINISTRE DE LA DEFENSE‏

Envoyer

AU MOMENT DE QUITTER MES FONCTIONS, JE VOUDRAIS VOUS EXPRIMER A TOUS, CIVILS ET MILITAIRES, MA FIERTÉ ET MA RECONNAISSANCE POUR CES TROIS ANS ET DEMI PASSÉS A VOS CÔTÉS ET AU SERVICE DE VOTRE MINISTÈRE. J'AI ÉTÉ FIER D'AVOIR ENGAGÉ L'UNE DES MUTATIONS LES PLUS PROFONDES ET LES PLUS AMBITIEUSES QUE NOTRE MINISTÈRE AIT CONNUES DEPUIS LES ANNÉES 1880. RÉORGANISATION DES IMPLANTATIONS MILITAIRES, MUTUALISATION DES SOUTIENS ET BIENTÔT GÉNÉRALISATION DES BASES DE DÉFENSE ET SIGNATURE DU CONTRAT DE PARTENARIAT DU PROJET BALARD : DÉSORMAIS, LA RÉFORME DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE EST SUR LES RAILS. JE SAIS CE QU'IL EN A COUTE A CHACUN D'ENTRE VOUS POUR MENER A BIEN CES CHANGEMENTS. MAIS CET EFFORT ÉTAIT INDISPENSABLE POUR QUE LA FRANCE DEMEURE UNE GRANDE PUISSANCE MILITAIRE. CET EFFORT, NOUS L'AVONS FAIT GRÂCE A VOUS, TOUT EN CONTINUANT A REMPLIR L'ENSEMBLE DES MISSIONS DES ARMÉES ET A PORTER LE MESSAGE ET LES VALEURS DE LA FRANCE DANS LE MONDE. JE PROFITE DE CETTE OCCASION POUR RENDRE HOMMAGE AUX 59 SOLDATS TOMBES AU COMBAT EN OPÉRATIONS EXTÉRIEURES DEPUIS 2007, AINSI QU'A LEURS FAMILLES, DONT J'AI PU MESURER LE COURAGE, LA FORCE ET LA DIGNITÉ FACE A CETTE ÉPREUVE. AU-DELÀ DE LA FIERTÉ, JE VOUDRAIS VOUS DIRE TOUTE LA RECONNAISSANCE QUI EST LA MIENNE POUR L'EXPÉRIENCE QUE J'AI VÉCUE A VOS CÔTÉS. JE QUITTE L'HÔTEL DE BRIENNE AVEC LE SOUVENIR D'UNE COMMUNAUTÉ EXCEPTIONNELLE QUE J'AI SERVIE AVEC PASSION, UNE COMMUNAUTÉ CHALEUREUSE ET FRATERNELLE, UNIE AUTOUR DE CES BELLES VALEURS DE SOLIDARITÉ, DE DÉSINTÉRESSEMENT, DE GÉNÉROSITÉ HUMAINE, DE DON DE SOI, D'AMOUR DU PAYS ET DE FIERTÉ DE SERVIR LA FRANCE. CES VALEURS, NOS ARMÉES LES FONT RAYONNER DANS NOTRE SOCIÉTÉ EN PROIE A LA TENTATION DU MATÉRIALISME, DE L'INDIVIDUALISME ET DE L'ÉGOÏSME. CES VALEURS, NOTRE PAYS EN A PLUS BESOIN QUE JAMAIS. CONSERVEZ-LES COMME UN TRÉSOR. CONTINUEZ A LES FAIRE VIVRE, COMME ON NOURRIT UNE FLAMME CLAIRE ET VAILLANTE. ATTISEZ-LES POUR LES RENDRE PLUS FORTES ET LES TRANSMETTRE COMME UN FLAMBEAU. POUR MA PART, J'EN RETIRE UNE FORCE RENOUVELÉE DANS MON ENGAGEMENT AU SERVICE DE LA FRANCE. SIGNÉ : HERVÉ MORIN


Armées : le grand malaise

Envoyer

Lien vers l'article :



Le départ août 1914

Envoyer

aa


Trois hommes, une femme et des guerres

Envoyer


11.11.2010



C’est un album qui marque un tournant, une approche intense par la BD des années quarante à soixante. Avec 20 ans de guerre (Le Lombard, 15, 50) Hervé Loiselet n’a pas « prémédité son sujet, le destin croisé de trois hommes et une femme » qui se sont connus en 1940 puis retrouvés pendant la campagne de France en 1945, ont embarqué pour l’Indochine et finiront leur course éperdue en 1962 en Algérie, point final d’une tragédie. « C’était une vieille envie de proposer un autre axe, une aventure non-stop pour la période » poursuit le scénariste. Il y a le soldat allemand Franz qui affronte Abdel, le spahi algérien en juin 40, et rejoindra la Légion en 45. Roger, lui, est dans le Jura « pas un politique, ni un militant. Il fait passer la ligne de démarcation par goût de l’aventure et s’engagera en 44 dans l’armée de Libération ».

Reste celle qui sera le fil rouge des trois hommes, Jacqueline. Dès le début on sait qu’elle donnera aux trois hommes l’humanité nécessaire, si ce n’est son amour mais sûrement sa tendresse. « Elle finira veuve et abandonnée, partira en 1962 pour la première mission humanitaire », enchaîne Loiselet.

Avec cette histoire bouleversante et dont tous les détails sont historiques, Blary signe son premier album, finesse du trait, aquarelles et puissance des scènes : « Il n’y a aucun parti pris. J’ai toujours aimé dessiné l’Histoire et ses phases guerrières. On m’avait proposé d’illustrer les débuts de la guerre d’Algérie, sans suite. Loiselet a vu mes esquisses et on a foncé ».

Le résultat est convaincant, hors tendance comme le souligne Loiselet : "le parcours de ces quatre personnages est plus compliqué qu'on ne le croit. Ils sont pris dane un engrenage comme des milliers d'autres et font de leur mieux" . Et le duo Loiselet Blary bien parti pour de nouvelles aventures éditoriales plus nordiques.


Page 5 sur 50

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui4101
mod_vvisit_counterHier7273
mod_vvisit_counterCette semaine25677
mod_vvisit_counterSemaine dernière57748
mod_vvisit_counterCe mois67253
mod_vvisit_counterMois dernier181281
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0910059275

Qui est en ligne ?

Nous avons 2169 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13626
Affiche le nombre de clics des articles : 21269150
You are here BREVES 2010