AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

2010




CELEBRATION DU 18 JUIN 1949 A ALGER

Envoyer

Lien vers la vidéo :


mars-avril 41 : campagne d'Erythrée

Envoyer

Lien vers la vidéo :


Ecrits de Vacances...

Envoyer

 

Je reste sur ma faim, il n'est pas normal que notre camarade Louis Perez Y Cid soit si peu connu, c'est un peu comme cette maison du légionnaire, une trop grande partie du personnel d'active et en retraite ne connaissent pas ou peu notre établissement, il en est de même pour Louis. profitant du calme qu'impose le sentiment de se sentir en vacances, j'en profite pour le présenter à ma manière et dire en quelques mots ce que je pense de ce peintre oublié qui devrait sortir de l'ombre.

"Pour un esprit libre amoureux de la peinture, l'observation n'est jamais servitude. Elle l'incite, au contraire, avec force à s'évader… Où qu'il soit, il rencontrera les prétextes de l'enchantement qui le poussera à vouloir peindre et découvrir par impulsions et sensibilité, la beauté de toute création artiste, à la manière innocente des enfants.


C'est un peu un rêve enrobé d'optimisme et de rigueur, conséquence heureuse d'un temps où son passage à la Légion lui laisse entendre d'une toute petite voix  que rien n'est jamais acquis et que la chance se mériterait ?  D'instinct, place nette doit se faire à tous ses acquis, ce fils d'immigré, pied noir espagnol ne s'embarque  jamais dans une aventure picturale sans un peu de concret, il lui faut toujours garder un fil conducteur et ne jamais naviguer dans le brouillard, la conduite prudente s'impose et pourtant quand folie lui prend, quel régal... Dans ces instants intimes et combien précieux,  touché par la bénédiction magique, se transforment en épouvantails déployés en mille et une facettes : ville, plein air, portraits, paysages, scènes de vie, qui alors permettent aux songes de s'incarner  et de s'exposent multicolores dans  une lutte, où se mélangent pastels, huiles, aquarelles, vivants au point de prendre formes en mouvements de masses associés, complices des ombres et des lumières.

  
Andréas Rosenberg, son maître lui a donné le goût de peindre et lors d'une belle rencontre lui fit prendre conscience que la magie du peintre est avant tout d'oser exploiter une certaine liberté avec le motif  inventé: « La Nature, mon jeune Ami, disait-il, n'est qu'une hypothèse », il entendait par ces propos que les choses sont colorées et envoutées par le travail, l'expérience et les souvenirs se trouvent ainsi amalgamer par une puissante colle, celle de l'aventure humaine. Alors nait du néant une œuvre d'art, à certain niveau de réalisations, l'artiste pourrait même côtoyer les anges et copiner avec Dieu lui même sans qu'il n'en ressente la moindre prétention, que du naturel…


Louis fit sienne cette idée et se remémora les précisions proférées par le vieux maître : « seules les  nourritures terrestres  sont assimilables par les usagers de la vie et  pas plus en peinture qu'en poésie, on ne sait parler, sans dire tout et rien, surtout quand l'art se fait abstrait et qu'il faut des mots pour qu'il devienne compréhensible »…


Remonter à l'origine des techniques, le métier l'aide, modestie oblige,  à redevenir le plus vrai possible. Vague, nuages, personnages de bande dessinée, tous obéissent  et se plient à satisfaire Louis lors de ses inspirations lumineuses  ou la fantaisiste est rigueur et la folie sagesse.


Qu'il l'ait cherché ou non, sa peinture ressort de l'imagerie. La révélation de « Rosenberg »  lui permet de connaître un chemin parsemé de passion qu'accentuent avec parcimonie et mesure, le bon goût et l'intensité colorée du beau.


Tout en évitant de se retrouver prisonnier de la couleur, Louis sait naturellement s'extirper du besoin de s'expliquer,  ses innovations picturales  éclairent les formes par une lumière naturelle descendue du ciel. Il lui arrive même de donner à la couleur une certaine noblesse en exaltant  les parties les plus cachées au mépris de tous les usages, chargeant ses tableaux de couleurs chaudes contrastées et voisines des ombres  les plus froides.
L'ingéniosité est chez lui mêlée d'ingénuité.  Il fait découvrir dans ses portraits (vieil arabe) des rythmes, un pittoresque immortel où l'habileté consiste aussi à  enrichir un patrimoine humain des plus expressifs.


L'admirable, c'est la diversité que seul le mot « arbitraire » permet à Louis d'inventer à chaque étape des équivalents inattendus, ainsi dans la « féria » les couleurs éclatent, les violets virent au bleu invitant aussitôt pensé à changer de perception en regardant dominer, d'une manière inattendue, des nuances de pourpre, magique ! C'est alors, contemplation récompensée, une explosion de mouvements colorés, un jeu subtil de permutations de couleurs, puissance d'un  goût indiscutable que laisse apparaitre  l'ensorcelante révélation où chaque tableau aussitôt rêvé est perçu.


Toutes les audaces sont permises quand la fraicheur et l'intensité de l'aventure créatrice  lui permettent de rendre réel un simple rêve.


Louis Perez Y Cid, un magicien enchanteur". 

Christian Morisot.


TIM N° 217 est en ligne...

Envoyer
Cliquer sur la photo :

Roger de Beauvoir 1896

Envoyer

Lien vers le livre à lire en ligne :


Bulletin de l'AALEME 3/2010

Envoyer

Adresse de téléchargement  : Lien vers le bulletin en ligne : 


Bulletin UNP34 N° 206

Envoyer
A lire en ligne ou à télécharger :

Bulletin 88 de l'AAAEAI.

Envoyer

A lire en ligne ou à télécharger :


La lettre de la FSALE N° 10

Envoyer

A lire en ligne ou à télécharger :


France-Burkina : Pourquoi un ambassadeur militaire à Ouagadougou ?

Envoyer

Paris ne commente pas. C’est le compte-rendu du conseil burkinabè des ministres du 4 août 2010 qui nous a appris que « au terme de ses délibérations, le conseil a approuvé la nomination du général de corps d’armée Emmanuel Beth en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République française auprès du Burkina Faso avec résidence à Ouagadougou ».C’est le deuxième officier général qui, en quelques semaines, rejoint la diplomatie française (le général d’armée Roland Gilles a été nommé ambassadeur en Bosnie-Herzégovine – cf. LDD France 0569/Vendredi 16 juillet 2010). Depuis « l’affaire Michel Germaneau », la France aime à « battre le tambour » (un préfet ici, un général là ; une « cité » ici, un camp de « roms » là).

Cinquante ans après les indépendances, et alors que nos armées sont à la recherche d’une nouvelle raison d’être sur le continent africain (devenir diplomate ?), est-ce la nostalgie de la « colonne Voulet-Chanoine » qui, partie de Dakar pour conquérir le Tchad, sema la terreur dans toute la zone sahélienne ? Ou bien, plus « diplomatiquement », la prise de conscience de notre responsabilité à l’égard de nos amis africains ? Ce pourrait être, encore, un alignement de Paris sur Washington qui a fait, justement, de Ouagadougou sa place forte dans son combat contre AQMI (cf. LDD Burkina Faso 0226/Jeudi 1er juillet 2010).

Notre ambassade à Ouagadougou, depuis quelques mois, multiplie les messages d’alerte à l’attention de nos compatriotes au Burkina Faso. La zone ne serait pas sûre et les enlèvements « d’occidentaux » seraient à l’ordre du jour ! François Goldblatt, notre ambassadeur à Ouagadougou, évoquait dans un entretien accordé à Sidwaya à l’occasion du 14 juillet, « la lutte contre les menaces transversales qui nous sont communes : le terrorisme, le trafic de drogue, le fondamentalisme religieux ». Ce que Goldblatt ne disait pas alors (mais le savait-il déjà ?), c’est qu’il allait quitter la capitale burkinabè pour céder la place à un général 4 étoiles. Et pas n’importe lequel : Emmanuel Beth, un vieux routier de l’Afrique noire, premier patron de « Licorne » en 2002 !

Goldblatt était à Ouaga depuis près de quatre ans (cf. LDD Burkina Faso 0115/Mardi 21 novembre 2006). C’était sa première expérience en tant qu’ambassadeur (il était auparavant premier conseiller à New Delhi) et sa première expérience africaine. Il entrait dans la diplomatie (1er juin 1988) alors que Blaise Compaoré était déjà au pouvoir (15 octobre 1987), c’est dire que notre ambassadeur avait un sérieux gap à combler et que sa formation « économique » (c’est un HEC, licencié en droit, IEP-Paris et ENA, par ailleurs titulaire d’un DEA d’économie appliquée) ne le disposait pas vraiment à comprendre les arcanes de la géopolitique ouest-africaine. Autant dire qu’il a développé une vision un peu « raide » de l’Afrique noire, sa bonne volonté ne suffisant pas à lui apporter cette souplesse comportementale nécessaire à l’exercice de sa fonction. Est-ce à dire qu’un général 4 étoiles sera plus en adéquation dans le contexte actuel ? L’Elysée peut le penser (étant entendu que personne, dans le contexte actuel, ne songera à demander le point de vue du Quai d’Orsay !).

Les confins sahélo-sahariens seraient devenus une zone à risques, la situation n’est pas stabilisée au Niger ; au Mali, le général d’armée Amadou Toumani Touré, président de la République, va probablement laisser la place à un « civil » lors de la prochaine élection 2012. A Abidjan, la présidentielle d’octobre 2005 sera organisée (au mieux) en octobre 2010 ; et si cela ne se produisait pas on peut penser que l’axe Abidjan-Ouagadougou en subirait les effets collatéraux (pour ne pas dire plus). A Ouagadougou, Blaise Compaoré va rempiler (sans surprise) pour cinq ans à la suite de la présidentielle du 21 novembre 2010 (dans tout juste trois mois). C’est dire que Ouaga est le centre de gravité du triangle Abidjan/Bamako/Niamey. Voilà pour le contexte. Pour le reste, ce sera le job de Beth.

Emmanuel Beth est né le 15 septembre 1952 (il est de huit ans l’aîné de Goldblatt !) à Cherchell, petit port à environ 90 km à l’Ouest d’Alger. C’était, avant la Deuxième guerre mondiale, une « petite ville paisible de retraités, assise sur les contreforts des massifs de Beni Menaess ». Au lendemain du débarquement US en Afrique du Nord, la « France Libre » y a implanté, à compter de 1942, une école militaire qui assurera par la suite, jusqu’à l’indépendance de l’Algérie, la formation des officiers de réserve de notre armée de terre. Beth appartient à une famille d’officiers (il a deux frères, Bruno et Frédéric, qui sont également des généraux, Frédéric Beth venant de prendre le commandant du COS en charge des opérations spéciales). En 1972, tout naturellement, il rejoint la promotion « de Linares » de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr. A sa sortie, il intègre l’école d’application de l’infanterie à Montpellier.

Promu lieutenant en 1975, il va bientôt être nommé à la tête d’une section de combat de la 13ème demi-brigade de la Légion étrangère (DBLE) basée à Arta, au poste « Lieutenant-Colonel Amilakvari ». Nous sommes en 1976, le Territoire des Afars et des Issas est en route vers l’indépendance et la situation y est tendue. La 13ème DBLE est chargée du maintien de l’ordre dans les « quartiers populaires » et sera confrontée à la prise en otage par des « terroristes » Issas d’un car scolaire transportant trente et un enfants ; l’assaut donné par les Français fera deux morts parmi les jeunes passagers. Beth restera à Djibouti jusqu’en 1978. Retour au 2ème Régiment étranger parachutiste (2ème REP) installé à Calvi, en Corse, depuis décembre 1963 après avoir quitté l’Algérie puis Bou-Sfer, non loin de Mers el-Kébir, en Tunisie. Il y commandera une section d’éclairage et de renseignement, sera promu capitaine en 1979, effectuera un nouveau séjour à Djibouti avant de prendre la tête d’une compagnie de combat de la 13ème DBLE.

En 1983, il va diriger une compagnie des classes préparatoires aux grandes écoles du Collège militaire de Saint-Cyr L’Ecole. Le guerrier va se faire « pédago ». Le 1er octobre 1984, il est promu chef de bataillon et deux ans plus tard il devient officier renseignement de la 11ème Division militaire territoriale à Paris. Stagiaire de l’Ecole supérieure de guerre en 1987, il est promu au grade de lieutenant-colonel le 1er octobre 1989. Retour à Calvi au 2ème REP. Il y prend la tête du Bureau Opérations Instruction. Nouveau séjour en Afrique. Cette fois c’est le Tchad. Officier opération en décembre 1990, il sera commandant en second du détachement « Terre Épervier » (février-juin 1991) alors que Idriss Déby est entré en rébellion contre Hissène Habré et qu’après avoir multiplié les coups de boutoirs contre N’Djamena, il va finir par l’en déloger.

Retour à Paris en 1991. Il est nommé à l’état-major de l’armée de terre en tant qu’officier rédacteur au bureau Etudes cellule « infanterie TAP » pour y rédiger un Livre blanc sur les forces projetables. Il regagnera Djibouti, au sein de la 13ème DBLE, en 1994 en tant que chef de corps. Le 1er décembre 1994, il obtient ses galons de colonel. En 1996, c’est à nouveau Paris. Il est nommé à la direction de la section « études » de l’Inspection de l’Infanterie. En 1999, il est auditeur de la 51ème session de l’Institut des hautes études de la défense nationale (IHEDN) et de la 48ème session du Centre des hautes études militaires, avant d’être nommé chef du service « session nationale » au sein de la direction des études, de la prospectives et des formations de l’IHEDN... A suivre

© La Dépêche Diplomatique : Jean-Pierre BEJOT
Paru le Jeudi 02-09-2010

Page 11 sur 50

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui4297
mod_vvisit_counterHier7273
mod_vvisit_counterCette semaine25873
mod_vvisit_counterSemaine dernière57748
mod_vvisit_counterCe mois67449
mod_vvisit_counterMois dernier181281
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0910059471

Qui est en ligne ?

Nous avons 1925 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13626
Affiche le nombre de clics des articles : 21269648
You are here BREVES 2010