AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Il y a lieu de s'interroger sur le nombre d'officiers généraux...

Envoyer

Mercredi 11 Juillet 2012 Jean-Dominique Merchet
 

Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, dénonce le manque de maîtrise de la masse salariale du ministère de la Défense.

 

En présentant ce matin le rapport de la Cour des comptes sur "le bilan à mi-parcours de la loi de programmation militaire ", son président Didier Migaud a été particulièrement sévère sur la maitrise de la masse salariale du ministère de la Défense. De 2009 à 2011, celle-ci devait diminuer de 1,1 milliards, grâce à la réduction des effectifs  et elle a au contraire augmenté de 1 milliard. En clair, les militaires (et les civils de la Défense) sont moins nombreux mais mieux payés. Or, comme le dit Didier Migaud, nous en sommes au "durcissement de la contrainte liée au redressement des finances publiques, qui ne pourra être sans effet sur les moyens dont le ministère de la défense disposera au cours des prochaines années". A la rigueur, donc...

"L'enjeu principal concerne la masse salariale, a-t-il expliqué. Sa réduction devrait être obtenue, contrairement à ce qui a été observée jusqu'ici. Pour cela, l'augmentation continue de l'encadrement supérieur (les officiers supérieurs et généraux - ndlr), qui n'est pas cohérente avec la réduction du format des armées, doit être stoppée. Certes des besoins de personnels hautement qualifiés existent dans un contexte mondial caractérisé par une complexité croissante.  Mais le renforcement du taux d'encadrement, qui est passé de 14,6% à 15,9% entre 2008 et 2009, présente, outre son coût intrinsèque, davantage d'inconvénients que d'avantages, y compris pour les personnels eux-mêmes. Il peut conduire à l'engorgement et à la bureaucratisation des administrations centrales, à la multiplication des structures de soutien et de contrôle, et à des durées de commandements trop courtes.

En particulier, il y a lieu de s'interroger sur le nombre d'officiers généraux, qui est resté à peu près constant en dépit de la réduction du format des armées. L'armée de terre compte ainsi 176 généraux pour seulement 15 brigades à commander : plus de cent génénraux de l'armée de terre servent en dehors de celle-ci. Pour les 3468 officiers ayant un grade équivalent à celui de colonel, les commandements disponibles de régiments, de bâtiments de la marine et de bases aériennes sont au nombre de 150. En administration centrale, ces officiers sont souvent affectés à des postes de responsabilité insuffisante par rapport à leurs capacités, par exemple de chef de bureau ou d'adjoint, postes qui sont également confiés à des administrateurs civils en début de carrière."
 


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui9071
mod_vvisit_counterHier8487
mod_vvisit_counterCette semaine35781
mod_vvisit_counterSemaine dernière62361
mod_vvisit_counterCe mois159286
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098360019

Qui est en ligne ?

Nous avons 2808 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18096144
You are here ARTICLES 2012 Il y a lieu de s'interroger sur le nombre d'officiers généraux...