AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Légion d'honneur/Légion étrangère

Envoyer

Ainsi va le monde !

lundi 9 avril 2012

Un nom retient forcément l'attention dans la promotion de Pâques de la Légion d'honneur. Celui du padre Yannick Lallemand, promu au grade de commandeur. Ancien aumônier militaire du culte catholique, précise le décret. Mais qui le connait dans la Légion étrangère (mais en fait tout le monde le connait), sait que malgré l'avancée du temps, son engagement au service de la collectivité légionnaire reste total. Voici le portrait que je dresse de lui dans Légionnaires (2011, Pascal Galodé éditeurs) :


Dans ce voyage entrepris à travers la Légion, de nombreux interlocuteurs m’avaient confié un nom, gardien semble-t-il du passé-présent de l’institution. Un autre regard peut-être car aumônier catholique, le père Lallemand, près de vingt ans d’exercice missionnaire au milieu desquels, il faut ajouter dix années passées avec l’armée tchadienne. Tout commence, quasiment, par Kolwezi.
-         Un saut de plus…J’ai sauté derrière le chef de corps avec le médecin. Je pensais à ma mère. Mon frère officier a été tué en Algérie. Je me souviens parfaitement quand un colonel est venu l’annoncer à ma mère…En arrivant au sol, j’ai atterri sur le cadavre d’un Africain. Il y en avait partout. Les chiens rôdaient. L’odeur était abominable. La mission a été remplie par le REP. Avant de quitter Kolwezi, j’ai célébré une messe.
Plus de neuf cents sauts, notamment pour accompagner des garçons qui effectuaient, eux, leur premier, des marches Képi blanc en compagnie des jeunes légionnaires à Castelnaudary, « mon travail est un travail de proximité », le padre cite cette phrase de l’Evangile, doublement pertinente « J’étais un étranger et tu m’as accueilli ». La mort ne peut pas faire peur à un prêtre. Elle est intégrée dans son ministère. Pourtant, les larmes affleurent lorsqu’il évoque Beyrouth.
-         Lorsque s’est déroulé l’attentat contre le « point Drakkar, le 23 octobre 1983, j’étais à la Résidence des pins. Il y a eu 58 parachutistes tués (55 du 1er RCP, 3 du 9ème RCP). Quand je parlais aux blessés, je savais que certains d’entre eux, enfouis sous les décombres, ne s’en sortiraient pas. Je ne leur disais pas, « vous allez mourir », je les encourageais à tenir jusqu’au bout…Je les connaissais tous par leur prénom. Vous savez ce que cela représente lorsque vous devez ensuite les enterrer ?

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui5558
mod_vvisit_counterHier9685
mod_vvisit_counterCette semaine41953
mod_vvisit_counterSemaine dernière62361
mod_vvisit_counterCe mois165458
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098366191

Qui est en ligne ?

Nous avons 2329 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18107305
You are here ARTICLES 2012 Légion d'honneur/Légion étrangère