AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

2016

Camerone - Aubagne 2016

Envoyer

Depuis samedi midi les légionnaires de Saint-Christol d'Albion en Vaucluse accueillent le public

Envoyer

logo-france-bleu

Par Philippe Chauché et Yacine Sahnoune, France Bleu Vaucluse dimanche 1 mai 2016

Journée portes ouvertes sur la base des légionnaires de Saint-Christol d'Albion

Journée portes ouvertes sur la base des légionnaires de Saint-Christol d'Albion © Maxppp - .

Une centaine de légionnaires de Saint-Christol d'Albion en Vaucluse sont engagés sur l'opération sentinelle de l'état d'urgence à Marseille et à Paris et quelques 300 soldats vont être projetés notamment au Mali.

Nouvelle journée portes ouvertes à la base de Saint-Christol d'Albion pour marquer la bataille de Camerone.

Cette bataille qui opposa le 30 avril 1863 une soixantaine d'hommes de la légion étrangère à 2 mille soldats mexicains.

Le deuxième Régiment Étranger de Génie, mobilisé notamment en Afghanistan, a passé 6 mois en Guyane pour lutter contre l'orpaillage clandestin,  les légionnaires sont également engagé dans l'état d'urgence avant d'être projetés ces prochains jours en Afrique.


La bataille de Camérone, célébrée pour la dernière fois par le caporal-chef Robert

Envoyer

Accueil Provence-Alpes

Par Ghislaine Milliet Publié le 30 avril 2016

Comme chaque année, la célèvre bataille de Camérone est célébrée par la Légion étrangère. Pour le caporal-chef Robert, titulaire de la médaille militaire, cette 153e commémoration est la dernière avant son départ à la retraite.

© Photo Légion étrangère Le défilé durant la commémoration de la bataille de Camerone

La bataille de Camerone est la fête emblématique de la Légion étrangère. Elle rappelle la mort d'une soixantaine de légionnaires courageux face à une armée de 2000 Mexicains, survenue le 30 avril 1863.
Depuis cette date, chaque année, les unités de légionnaires se regroupent pour lire le texte de ce récit. Les pionniers (barbe, hache et tablier de cuir) défilent à cette occasion.

© Photo Légion étrangère Les pionniers de la légion étrangère

Le caporal-chef Robert est de ceux-là. Mais cette année 2016 représente son dernier défilé. L'heure de la retraite a sonné pour cet homme qui a passé 30 ans au sein de la grande famille des légionnaires. 
Titulaire de la médaille militaire, il est régisseur adjoint au musée de la Légion étrangère depuis 2007. Il a largement participé à de nombreuses expositions dont la dernière sur Hans Hartung (jusqu'à la fin août à la Légion à Aubagne).
C'est avec une grande émotion, que le caporal-chef Robert a vécu cette journée de commémortaion.
Prochaine destination pour lui : le musée d'art moderne de Paris.

Le dernier "Camerone " du caporal-chef Robert


Les légionnaires fêtent Camerone à Nîmes

Envoyer

logo-france-bleu

Par Arnaud d'Arcy et Fabien Randrianarisoa, France Bleu Gard Lozère vendredi 29 avril 2016

Légionnaires

Légionnaires - maxppp

Comme tous les ans à Nîmes, les légionnaires fêtent la célébre bataille de Camerone où ils se sont illustrés par leur héroisme.

Les légionnaires fêtent Camerone ! Tout le week-end, les képis blancs commémorent la célèbre bataille à Nîmes... Camerone est le nom d'un petit village mexicain, où s'est déroulé, en 1863,  un épisode glorieux de l'histoire de la légion étrangère.

Un événement célébré chaque année par tous les légionnaires du pays. A Nîmes, le deuxième régiment étranger d'infanterie organise une kermesse et plusieurs cérémonies ouvertes au public.


Veillée de Camerone 2016 au Fort de Nogent.

Envoyer

Guerres mondiales : quand des pilotes afro-américains combattaient le fascisme en France et le racisme dans leurs rangs

Envoyer

RTL

par Pierre Julien publié le 21/04/2016

À gauche, Eugène J. Richardson 91 ans, et à droite, Théodore Lumpkin JR 96 ans Crédit Image : Pierre Julien / RTL

À l’occasion du centenaire de la création de l’escadrille La Fayette censée regrouper les pilotes américains engagés aux côtés de la France dans la guerre face à l'Allemagne, une cérémonie s'est déroulée le 20 avril au mémorial de Marnes-la-Coquette (Hauts-de-Seine). Elle était présidée par Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’État auprès du ministère de la Défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire, en présence d’autorités civiles et militaires, françaises et américaines. 

Cette cérémonie était aussi l'occasion de rendre un hommage aux pilotes noirs américains engagés lors des deux guerres mondiales. Ils durent lutter contre le racisme dans leur propre pays. En 14-18 il n'y eut qu'un seul pilote afro-américain, Eugène Bullard qui vola sous les couleurs françaises, et seulement un groupe aérien en 39-45. Deux vétérans de plus de 90 ans avaient été invités à Marnes-la-Coquette.

Deux guerres et deux pilotes nommés Eugène contre le fascisme

Arrivé tout droit de Géorgie, l'un des États du sud profond des États-Unis, Eugène Bullard s'était tout d'abord engagé dans la Légion étrangère avant de rejoindre en 1916 le corps aérien La Fayette composé de pilotes volontaires américains. Mais quand un an plus tard les services américains ont intégré l'escadrille dans leur armée, ils lui en ont refusé l'accès à cause de sa couleur de peau

En 1944, le lieutenant Eugène Richardson, aujourd'hui âgé de 91 ans, a également voulu prouver qu'il était bien l'égal d'un blanc aux commandes d'un chasseur Thunderbolt appartenant au seul groupe, le 332e, composé exclusivement d'Afro-Américains : les Tuskegee Airmen. "On a mené une double campagne. L'une pour vaincre le fascisme et l'autre pour l'emporter sur le racisme, la ségrégation et la discrimination aux États-Unis", explique le lieutenant Richardson.

Afrique du Nord, Italie, France et jusqu'à Berlin, les Tuskegee Airmen ont abattu 112 avions ennemis, mais 66 d'entre eux ne sont pas revenus de missions, comme pour rappeler la devise d'Eugène Bullard "Quel que soit l'homme, le sang qui coule est toujours rouge".


Hans Hartung, peintre et légionnaire exposé au musée de la Légion Étrangère d'Aubagne

Envoyer

francetvinfo

publié le 19/04/2016

Hans Hartung exposé au musée de la légion étrangère à Aubagne © BERTRAND LANGLOIS / HTTP://REF.AFP.COM/SOURCES/1

Figure majeure de l'art abstrait du XXe siècle, le peintre Hans Hartung, peintre français d'origine allemande (1904-1989) fut aussi légionnaire : c'est à ce titre que le musée de la Légion Etrangère d'Aubagne lui rend hommage par une double exposition organisée avec le musée d'art moderne de la ville de Paris, jusqu'au 28 août 2016. Hans Hartung est mis à l'honneur à Aubagne au musée de la Légion Etrangère d'Aubagne et au centre d'art Les Pénitents noirs. L'occasion de faire découvrir des oeuvres inédites et inconnues de l'artiste allemand, aux yeux du grand public.

Reportage : J-L Boudart / V. Bour / C. Taurisson

La désolation de la guerre

Une première partie, au musée de la Légion, montre des oeuvres peintes durant les années sombres de la guerre, au moment de son engagement dans l'armée "dramatiquement arrêté par une blessure de la jambe puis l'amputation", en 1944, rappelle Fabrice Hergott, commissaire de l'exposition et directeur du musée d'art moderne. Mais bien que "fortement handicapé, il n'a pas cessé d'être un artiste gestuel", ajoute M. Hergott.

Le musée de la Légion Etrangère d'Aubagne expose les oeuvres d'Hans Hartung

© France3/Culturebox

Le musée de la Légion Etrangère d'Aubagne expose les oeuvres d'Hans Hartung 


Sont exposées des oeuvres de la fondation Hartung d'Antibes, peintes entre 1938 et 1945, des oeuvres quasiment jamais montrées, réalisées alors qu'Hartung est déjà un peintre reconnu. Une série de têtes, rappelant "Guernica" de Picasso, a été peinte en 1940-41 et figure le désespoir et l'horreur inspiré à l'artiste allemand anti-nazi, lors de l'entrée des troupes allemandes dans Paris.

Durant ces années de guerre, l'artiste développe "la pratique obstinée du crayon et de l'encre sur papier", précise Fabrice Hergott.

La sublimation du sud

La deuxième partie de l'exposition, au centre d'art "Les Pénitents noirs", rassemble des oeuvres peintes en quatre jours durant juillet 1989, quelques mois avant la disparition de l'artiste : "C'est l'aboutissement d'une vie", s'enthousiasme le commissaire d'exposition soulignant "la liberté dans la forme, le geste et la couleur", d'Hanz Hartung qui invente de nouveaux outils en utilisant une sulfateuse agricole pour faire des projections.
Avec l'exposition Hartung, le musée de la Légion Etrangère inaugure une nouvelle salle d'exposition temporaire. La prochaine, prévue du 16 septembre 2016 au 15 janvier 2017, aura pour thème la mode et la Légion.

Inauguration du local de l'Amicale des Anciens de la Légion Étrangère - 2 Avril 2016

Envoyer

Le général Jean Maurin et le Maire d'Aubagne, Gérard Gazay

Envoyer

La rencontre de l'art et de la Légion

Envoyer

Page 7 sur 9

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui3478
mod_vvisit_counterHier7385
mod_vvisit_counterCette semaine10863
mod_vvisit_counterSemaine dernière47757
mod_vvisit_counterCe mois65914
mod_vvisit_counterMois dernier229860
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098496507

Qui est en ligne ?

Nous avons 3123 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18316000
You are here ACTUALITE XXI° 2016