AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

2016

Djibouti: Le Défilé Militaire 27 juin 2016, Célébration du 39ème anniversaire.

Envoyer

Commémoration du 39ème Anniversaire des F.A.D

Envoyer

Djibouti: Felicitation des forces armees Djiboutiennes au president

Envoyer

La légion étrangère officiellement installée sur le Larzac

Envoyer

Accueil Midi-Pyrénées

  • Par Laurence Boffet
  • Publié le 29 juin 2016

Les légionnaires étaient déjà arrivés sur le Larzac il y a quelques semaines mais c'est ce mercredi que la Légion étrangère a été officiellement installée à La Cavalerie dans l'Aveyron, marquant le retour des militaires sur le plateau du Larzac, enjeu d'une bataille homérique dans les années 70.

 

La 13ème demi-brigade de la légion étrangère a été officiellement installée ce mercredi sur le camp du Larzac(12). © Amélie Poisson / France 3 Midi-Pyrénées

© Amélie Poisson / France 3 Midi-Pyrénées La 13ème demi-brigade de la légion étrangère a été officiellement installée ce mercredi sur le camp du Larzac (12).

Cette fois, ça y est, l'armée est de retour sur le plateau du Larzac. En tout cas, elle y est désormais officiellement installée. La passation de commandement de la 13ème demi-brigade de la légion étrangère a eu lieu ce mercredi après-midi sur le camp militaire de La Cavalerie, dans l'Aveyron en présence du général d'armée Jean-Pierre Bosser et des autorités civiles et militaires. Le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, annoncé il y a plusieurs semaines, n'a finalement pas fait le déplacement pour la remise du drapeau.

450 légionnaires sont déjà installés sur ces terres, synonymes de lutte contre l'extension du camp militaire du Larzac, dans les années 70. Ils seront rejoints par plusieurs centaines d'autres pour atteindre un effectif de 1 200 personnes d'ici fin 2018. L'Etat a annoncé un investissement de 116 millions d'euros entre 2016 et 2020 pour l'installation de cette demi-brigade de la Légion étrangère (DBLE), stationnée aux Emirats Arabes Unis depuis 2011 après 49 ans passés à Djibouti. Son arrivée sur le Larzac s'est faite avec beaucoup moins de heurts que par le passé même si plusieurs manifestations d'opposants ont déjà eu lieu. Car si pour certains, c'est tout le territoire qui va bénéficier de cette installation, pour d'autres, comme le collectif Gardem lo Larzac, il s'agit-là d'un chantage à l'emploi.


Euro-2016 : ces Bleus morts pour la France durant la Grande Guerre

Envoyer

14/06/2016

© Montage France 24, collection personnelle Michel Merckel | Certains des internationaux français tués lors de la Première Guerre mondiale.

Alors que l’équipe de France de Football vient de débuter l’Euro-2016, France 24 vous propose de regarder dans le rétro et de découvrir l’histoire des anciens Bleus morts durant la Grande Guerre. Une vingtaine d’entre eux ont perdu leur vie.

Albert Jenicot, René Camard, René Fenouillère, Pol Morel, Pierre Six, Marius Royet. Ces noms ne vous disent certainement pas grand-chose, mais au début du XXe siècle, ces hommes étaient les équivalents des Olivier Giroud, Dimitri Payet, N’Golo Kanté, Bacary Sagna, Laurent Koscielny ou Adil Rami d’aujourd’hui. Ils ont fait partie de la première génération de footballeurs à porter le maillot national. Des joueurs qui ne se sont pas seulement battus sur la pelouse pour leur pays, mais qui ont aussi donné leur vie pour la France. Tous ces sportifs ont en effet été tués durant la Première Guerre mondiale.

Une liste difficile à établir

Michel Merckel est un ancien professeur d’éducation physique, il essaie depuis quelques années d’établir la liste de ces "Bleus", tués durant le conflit. À e jour, il en a répertorié 22. "J’ai contacté des spécialistes du sujet. Nous avons croisé nos différentes archives. Cela va de la presse de l’époque, bien sûr, jusqu’aux journaux des tranchées qui donnent des informations très intéressantes. C’est comme cela par exemple que j’ai retrouvé la trace de Pol Morel, un joueur du Red Star et un international qui a été tué en septembre 1915 dans le Pas-de-Calais", explique ce passionné, auteur de l’ouvrage, "14-18, le sport sort des tranchées"."Mais j’ai juste ouvert la boîte. On peut encore affiner cette liste."

Cet exercice de recherche se révèle en effet être un vrai travail de fourmi. À l’époque, en France, le football n’en est qu’à ses balbutiements. Le rugby, la boxe et le cyclisme sont alors les sports les plus populaires et sont déjà organisés. Du côté du monde du ballon rond, c’est tout l’inverse. Différentes fédérations s’entredéchirent et estiment toutes être la plus légitime. "Il y a en ce moment tellement d’équipes de France, qu’on ne sait vraiment plus à laquelle décerner le titre mirifique de ‘onze nationale’. Équipe de France UFSA, équipe de France CFI, équipe de France FSAPF, équipe de France indépendants […] rencontrent des amateurs, des professionnels, des semi-amateurs, des semi-professionnels, sans jamais combattre en elles. Comment diable choisir la meilleure, la nec plus ultra, la Nationale !", s’interroge ainsi le journal Le Matin en mai 1909. Il faudra attendre 1919 pour que la Fédération française de football (FFF) soit enfin créée.

Les judokas français en stage commando

Envoyer

Préparatifs pour le concert de la bataille de la Somme

Envoyer

Accueil Picardie

Par Camille Dicrescenzo Publié le 13 juin 2016

Un grand spectacle est prévu le 4 juillet prochain au Zénith d'Amiens avec la musique de la Légion étrangère, des choristes et musiciens picards. Ils vont rendre hommage aux centaines de légionnaires qui ont péri le 4 juillet 1916 pour libérer le village de Belloy-en-Santerre.

© France 3 Picardie

Il y a un siècle, une centaine de légionnaires ont péri sur les terres du Santerre en voulant libérer du joug allemand le village de Belloy-en-Santerre. Le 4 juillet prochain, date anniversaire, les élus de la communauté de commune de Haute Picardie, ont souhaité créer un spectacle pour rendre hommage à ces étrangers ayant versé leur sang.

Près de 500 personnes attendues sur la scène du Zénith d'Amiens

Dominique Leroy a eu la lourde tâche de créer un spectacle digne de cette commémoration. La musique de la Légion étrangère, l'orchestre de Barcelone, 400 choristes et des musiciens picards seront sur scène. Un spectacle empli de musique et de poésie.


Bataille de Verdun : retour sur l'escadrille Lafayette.

Envoyer

logo francetv info

publié le 28/05/2016

Cette escadrille créée en 1916 était composée de pilotes américains venus se battre pour la France alors que leur pays n'était pas encore entré en guerre.

Ils étaient américains et ont donné leur vie pour la France. 68 pilotes sont enterrés dans un parc près de Paris, tous appartenaient à la fameuse escadrille Lafayette. En 1916, les Etats-Unis ne sont pas encore rentrés en guerre. De jeunes Américains s'engagent dans la Légion étrangère et créent l'escadrille Lafayette.

Une cérémonie d'hommage annuelle

Parmi ces pilotes, Raoul Lufberry né France, de père américain. "Ça a toujours été un très grand mécanicien, ce qui lui a valu d'avoir toujours des avions parfaitement entretenus et qui lui donnait certainement un avantage sur ses adversaires", confie Jean-Xavier Lufberry, petit-neveu du pilote. Son tableau de chasse est impressionnant : 70 avions allemands abattus. Lufberry meurt en 1918, touché par l'ennemi. Verdun, la Somme, l'Aisne, l'escadrille est sur tous les fronts. Ce courage est célébré chaque année en France, lors d'une cérémonie en mémoire de l'escadrille Lafayette.


Le préfet de Mayotte demande que les expulsions "cessent"

Envoyer

 

outre-mer Outre Mer

Publié le 25 mai 2016

"Je demande à ce que les initiatives d'expulsion, qui ne sont pas dans l'esprit de la République, cessent", a déclaré mardi le nouveau préfet de Mayotte lors d'une conférence de presse.

Frédéric Veau, préfet de Mayotte © Mayotte 1ère

© Mayotte 1ère Frédéric Veau, préfet de Mayotte

Frédéric Veau, qui a pris ses fonctions lundi, a condamné les actions des collectifs d'habitants de Mayotte qui ont expulsé de leur domicile plus d'un millier de personnes depuis janvier. Le préfet a indiqué que les forces de l'ordre seraient mobilisées sur les lieux des prochaines expulsions "de façon proportionnée" afin de ne pas "créer de trouble à l'ordre public".

Renforcer la lutte contre l'immigration clandestine

Il a également énuméré plusieurs mesures de renforcement de la lutte contre l'immigration clandestine telles que les 14 opérations de la semaine dernière qui ont permis d'interpeller 160 personnes, selon la préfecture. En outre, dès mardi soir, un détachement de la Légion étrangère devrait s'implanter sur l'îlot de M'tsamboro, (îlot du nord de Mayotte, sur lequel arrivent nombre d'embarcations de clandestins, ndlr). Enfin, des états-majors de la sécurité devraient se tenir la semaine prochaine.

Un traitement individuel, au cas par cas, pour les expulsés

Concernant les "expulsés" qui campent depuis 10 jours place de la République à Mamoudzou (chef-lieu), le préfet a annoncé "une logique de traitement individuel, au cas par cas" : les personnes en situation irrégulière seront reconduites à la frontière, celles en situation régulière devront utiliser leur certificat d'hébergement (un garant qui promet d'héberger le demandeur de titre de séjour, ndlr).

Le collectif d'associations dénonce l'inaction du gouvernement français

Le collectif d'associations présent auprès des expulsés place de la République a tenu une conférence de presse mardi matin, au cours de laquelle il a dénoncé "l'inaction du gouvernement français" et les contrôles des forces de l'ordre qui "effraient la population". Ces associations exigent notamment l'arrêt immédiat et inconditionnel des expulsions et des relogements dans des conditions dignes et humaines.

Selon ce collectif, 680 personnes expulsées se sont rendues place de la République depuis le début du campement il y a 10 jours et, parmi elles, 420 Français.

Juan Roméro, Républicain Espagnol à Aÿ (Marne)

Envoyer

Accueil Champagne-Ardenne

Publié le 21 mai 2016

 

Le 9 juillet prochain Juan Roméro recevra la Légion d'Honneur, à Aÿ (Marne), avec comme marraine Yvette Lundy. Juan Roméro, appelé Jean à son arrivée en France en 1945, est un Républicain Espagnol.

© Xavier Claeys / France 3 Champagne-Ardenne Juan Roméro (à gauche)

Engagé dans l'armée républicaine espagnole en 1936 pour lutter contre le fascisme de Franco, puis pour la France en 40, il est fait prisonnier. Son engagement en Espagne puis dans l'armée française déplait aux SS. Il sera déporté. L'histoire de Juan Roméro est celle de nombreux espagnols qui ont lutté pour la liberté. A sa libération, Juan s'est installé à Aÿ dans la Marne.

Aujourd'hui, il continue ce devoir de mémoire pour que cette page d'histoire ne s'oublie pas.

Des centaines de milliers d'Espagnols sont arrivés en France pour échapper à la guerre d'Espagne, fuyant le fascisme. Ils ont été parqués sur les plages du Roussillon. L'histoire de ces Républicains Espagnols est celle de Juan Roméro. En 1936, Franco prend le pouvoir lors d’un coup d’Etat. Juan a 17 ans et s'engage pour défendre la liberté dans son pays. Mais après la défaite, c'est l'exode, dans un camp en Ariège, puis il entre dans la Légion étrangère française. A la libération, il arrive à Aÿ.

En juin 1945, Juan est accueilli dans un vendangeoir. Il revient de loin comme les 8.000 personnes avec qui il est dans ce camp de rapatriés. C'est le retour à la vie. Parti à Paris, Juan reçoit une lettre de l'une des filles rencontrées ce jour-là. Il revient et ne quittera plus jamais le village d'Aÿ. Juan garde au fond de lui, ces moments de lutte pour la liberté et puis, ces douleurs insoutenables. Fait prisonnier en 1940, il est envoyé en Allemagne, puis déporté au camp de Matahausen. Quatre ans de lutte pour survivre et ces images qui restent.

Ils ont permis à la France d'être libre, mais n'ont rien pu faire pour leur pays. Apatride, Juan et ses compagnons espagnols s'installent en France. Une vingtaine dans le village d'Aÿ. Patrick Sanchez est le fils de l'un d'entre eux. Depuis 2012, il travaille à retrouver les moindres détails du parcours de son père et de tous les Républicains espagnols d'Aÿ. Pour que leur engagement soit reconnu comme il se doit.

En découvrant l'histoire de son père, il décide de la porter, non comme un fardeau, mais comme un étendard à la solidarité et à la liberté. Juan 97 ans, a tout raconté à son fils Bernard et à Patrick. Garants de la mémoire, passeurs d'histoire, pour qu'elle ne se répète pas. Mais en voyant l'exil de tous ceux qui fuient la guerre aujourd'hui, Juan ne cache pas sa tristesse.


Page 4 sur 9

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui879
mod_vvisit_counterHier7385
mod_vvisit_counterCette semaine8264
mod_vvisit_counterSemaine dernière47757
mod_vvisit_counterCe mois63315
mod_vvisit_counterMois dernier229860
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098493908

Qui est en ligne ?

Nous avons 1548 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18311405
You are here ACTUALITE XXI° 2016