AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Les paysans du Larzac vont-ils repartir en guerre contre les militaires ?

Envoyer

par Rémi Sulmont , Loïc Farge publié le 15/09/2015

 

 

Pendant dix longue années, jusqu'à leur victoire en 1981, les paysans du plateau du Larzac et les militants venus les aider, avaient crié : "La terre aux paysans" ou "Des moutons, pas des canons !" Quatre décennies après, certains d'entre eux manifestent à nouveau. "Des moutons, pas la Légion !", disent-ils maintenant. La décision a été prise au cœur de l'été. Dès la fin de cette année, la 13ème demi-brigade de la Légion étrangère, qui est actuellement à Abou Dhabi, va venir s'installer dans le camp militaire du plateau du Larzac.

D'abord 450 soldats l'été prochain, puis 1.000 soldats à terme vont poser leurs valises. Au plus grand désespoir de Christine Thélene, éleveuse de brebis laitières. "Pour moi, la Légion c'est un symbole de guerre et de mort", dit-elle. "On va redevenir des villes de garnison. Cela change beaucoup l'ambiance d'une région", poursuit-elle. "Dans la petite ville à côté du camp, un habitant sur deux sera militaire", s'étrangle un noyau de vieux militants historiques, qui espèrent engager la deuxième bataille du Larzac.

Il y a toujours eu une base militaire sur le plateau du Larzac. La Défense veut-elle agrandir le camp ?  Non : c'est ce que s'empresse de répondre l'Armée de terre. On va augmenter les effectifs, mais pas la superficie du camp. L'Armée sait qu'une extension aurait rallumé le feu.

Cela change beaucoup l'ambiance d'une région de devenir une ville de garnison

Christine Thélene, éleveuse anti-Légion

En 1981, les paysans et les altermondialistes (on les appelait pas encore comme cela) ont obtenu l'annulation de l'extension du camp militaire et des expropriations prévues. Actuellement, le camp sert de terrain d'entrainement. Régulièrement, depuis la ferme de José Bové, on entend les tirs d'artillerie. C'est ce centre d'entraînement au tirs que l'Armée va fermer pour faire place aux képis blancs. La stratégie des anti-Légion, c'est d'en profiter pour tenter de débarrasser définitivement le Larzac de ses militaires. Mais la plupart des élus de tous bords, et les commerçants surtout, militent au contraire pour leur installation. Même José Bové.


L'ex-antimilitariste, figure historique de la grande lutte qui s'était installé en 1975 dans une ferme rachetée par l'Armée pour la pousser dehors, ne voit pas le problème. "José Bové en est à son deuxième mandat, il ne réagit plus en militant", lui reprochent, dépités, les anti-Légion. "On savait depuis toujours que l'Armée resterait là", répond le député européen, pour qui "il y a aujourd'hui bien d'autres combat à mener".

José Bové, l'ancien objecteur de conscience qui défend les Légionnaires, avouez que c'est cocasse. Au ministère de la Défense, on reconnait qu'avant de prendre la décision, on s'était assuré de ne pas avoir l'artilleur José Bové en face de la Légion étrangère. C'était plus prudent.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui7687
mod_vvisit_counterHier8487
mod_vvisit_counterCette semaine34397
mod_vvisit_counterSemaine dernière62361
mod_vvisit_counterCe mois157902
mod_vvisit_counterMois dernier224610
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098358635

Qui est en ligne ?

Nous avons 3895 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13462
Affiche le nombre de clics des articles : 18093103
You are here ACTUALITE XXI° 2015 Les paysans du Larzac vont-ils repartir en guerre contre les militaires ?