AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

La Newsletter 17/28 de l'AALEME.

Envoyer

La Newsletter 17/28 de l'AALEME.

A REDIFFUSER SANS MODÉRATION

Alexis de Roffignac, un nouveau chef de corps au «4»

http://www.ladepeche.fr/

Publié le 22/07/2017

Âgé de 45 ans, le colonel de Roffignac est chevalier de la Légion d'Honneur et titulaire de quatre citations./Photo DDM, Gladys

Passation de commandement, hier, au 4e régiment étranger où les «fortes têtes» ont, depuis, un nouveau «patron». Le lieutenant-colonel Alexis de Roffignac succède, en effet, au colonel Nicolas Dufour, qui part commander la base de défense de Marseille. L'occasion pour le général Maurin, commandant la Légion étrangère, s'adressant à ses soldats, de saluer celui qui a été à la tête du «4» durant deux années, «au cours desquelles il a pu montrer pleinement ses qualités humaines, son attachement à Monsieur Légionnaire et sa totale détermination à relever les défis difficiles que vous avez eu à relever». Les défis ? Il a su, «de façon remarquable, mettre en ordre de bataille le régiment pour qu'il affronte la vague d'arrivées massives des engagés volontaires et l'augmentation corrélative de la formation de tout le personnel servant à titre étranger. le colonel Dufour a su continuer à faire vivre en harmonie le régiment avec sa ville : Castelnaudary, avec laquelle vous fêtiez, en novembre dernier, le 40e anniversaire».

S'adressant au nouveau chef de corps Alexis de Roffignac : «Soyez un bâtisseur de la Légion de demain afin de lui donner un avenir digne du glorieux passé dont nous avons hérité. La mission demeurera sacrée et vous avez toute ma confiance».

Alexis de Roffignac succède donc au colonel Nicolas Dufour, à la tête du 4e régiment étranger, un régiment qu'il connaît bien puisque ce Saint-Cyrien y a été affecté comme chef de section à la 2e compagnie, en 1999, à l'issue de sa formation à l'école d'application de l'infanterie. Il rejoint ensuite le 2e régiment étranger de parachutistes à Calvi, où il sera successivement chef de section, officier adjoint à la 3e compagnie, puis commandant d'unité de la compagnie d'éclairage et d'appui et, enfin, officier traitant au bureau opérations et instruction. Durant ces années il est engagé au Kosovo, à Djibouti, en République de Côte d'Ivoire et au Gabon. Affecté en 2009 comme stagiaire au cours supérieur d'état-major, puis à l'école de guerre, il est engagé en Afghanistan pendant cette période. Il rejoint l'état-major de l'armée de terre en 2011, au bureau organisation. Retour à Calvi en 2014, comme chef du bureau instruction, et opérations du 2e régiment étranger de parachutistes, avec lequel il est projeté au Tchad et au Niger.

Muté au commandement des forces terrestres à l'été 2016, il y sert comme chef de la section milieux, qui regroupe l'expertise des spécialités parachutistes, amphibie, montagne et cynotechnique de l'armée de terre. Il retrouve Castelnaudary avec «une grande joie». «J'assurerai la continuité de ceux qui m'ont précédé dans la formation des légionnaires, cadres et spécialistes», souligne-t-il.

14 juillet : le 4e Régiment étranger de Castelnaudary a défilé sur les Champs-Élysées

http://france3-regions.francetvinfo.fr/

Publié le 14/07/2017

 Le défilé du 4e Régiment étranger de Castelnaudary sur les Champs-Elysées - 14 juillet 2017 / © Francetv

La légion étrangère de Castelnaudary a participé ce vendredi matin au traditionnel défilé du 14 juillet sur les Champs-Élysées. Un honneur pour les 109 légionnaires venus de l'Aude.

Emmanuel Macron a ouvert ce vendredi à 10h00 le traditionnel défilé du 14 juillet en descendant les Champs-Elysées au côté du chef d'Etat major des Armées, Pierre de Villiers, qu'il a recadré la veille après des critiques sur les économies imposées à la Défense.

Le 4e Régiment étranger de Castelnaudary a défilé

Parmi les plus de 3.700 militaires à pied qui ont défilé, notre région était représentée par le 4e Régiment étranger de Castelnaudary, dans l'Aude. Un honneur pour les 109 légionnaires venus de l'Aude qui ont ainsi été admirés par les plus hautes autorités de l'Etat français et par le président américain Donald Trump.

"Les fortes têtes" ont défilé en dernier

Comme son nom l'indique, la légion étrangère de Castelnaudary est composée de militaires étrangers servant la France. À noter que le pas de la Légion est plus lent que celui de l'armée régulière. Ceux que l'on surnomme "les fortes têtes" ont donc défilé en dernier.

Trump invité d'honneur

Donald Trump, le président américain, était l'invité d'honneur de cette cérémonie nationale, à l'occasion du centenaire de l'entrée en guerre des Etats-Unis lors du premier conflit mondial. L'ensemble des membres du gouvernement et les plus hautes autorités de l'Etat étaient également présents.

Plus de 3.700 militaires à pied

Plus de 3.700 militaires à pied ainsi que 211 véhicules dont 62 motos, 241 chevaux, 63 avions et 29 hélicoptères participent cette année au défilé. Au-delà de son caractère festif, l'édition 2017 de cette cérémonie nationale s'est déroulée sur fond de vive polémique autour du budget de la Défense Emmanuel Macron a vertement recadré jeudi soir Pierre de Villiers qui s'était insurgé devant des députés contre une réduction des moyens des armées cette année.

Calvi : Une foule immense pour les cérémonies du 14 juillet

http://www.corsenetinfos.corsica/

Rédigé par (Jean-Paul-Lottier) le Vendredi 14 Juillet 2017

Les cérémonies du 14 juillet à Calvi ont été suivies par près de 2 000 personnes qui ont assisté à remises de décorations, dépôt de gerbes et défilé à pied et motorisé du 2e REP sous les applaudissements nourris de la foule

Calvi : Une foule immense pour les cérémonies du 14 juillet

Cette Fête Nationale du 14 juillet à Calvi revêtait un caractère tout particulier pour le 2ème Régiment Etranger de Parachutistes qui fête cette année son 50e anniversaire de présence dans la Cité "Semper Fidélis".
Seule formation de l'Armée de Terre en Corse, ce Régiment d'élite qu'est le 2e REP maintient un lien indéfectible avec sa Ville.
L'ancrage insulaire au coeur de la Balagne tient également une bonne part dans l'identité unique du Régiment, fort d'un cadre de vie et d'entraînement unique entre mer et montagne.
Ses 1 300 hommes sont répartis en 9 compagnies et une Unité de réserve opérationnelle.
Unité de Légion Etrangère, le Régiment est l'un des quatre Régiments d'Infanterie de la 11e Brigade Parachutiste.


Ces explications données au grand public, la cérémonie au Monument aux morts débutait avec l'arrivée des autorités qui se présentait face au drapeau du Régiment.
Parmi celle-ci, Ange Santini, maire de Calvi, Jean-Toussaint Guglielmacci, adjoint au maire de Calvi, Conseiller départemental, Jérôme Seguy, sous-préfet de Calvi, Claude Deceuninck, président des Anciens Combattants Calvi-Balagne, Jean Raffi, président honoraire de la FNACA, le Colonel Jean de Monicault, chef de corps du 2e REP de Calvi, Le chef de Bataillon Olivier Burles, commandant la Compagnie de Gendarmerie de Calvi.
Suivi de son adjoint; le Lieutenant-Colonel Favrot, le Colonel Jean de Monicault, chef de corps du 2e REP passait ensuite les troupes en revues, composée d'un piquet d'honneur du 2e REP, des représentants des différentes associations patriotiques, d'une délégation d'officiers, sous-officiers du 2e REP, de représentants de la SNSM....


La Légion d'honneur pour l'Adjudant/Chef Mitu
Une remise de décorations devait suivre.
L'adjudant-chef Marian Mitu, était fait Chevalier de la Légion d'honneur par le Colonel Jean de Monicault. D'origine Roumaine, l'AD/C Mitu s'est engagé au ititre de la Légion Etrangère en 1998. Médaillé Militaire, titulaire de nombreux titres de guerre, il a été engagé à de très nombreuses reprises en opération: en République Centrafricaine, au Mali, en République de Côte d'Ivoire, en Afghanistan, au Tchad, au Gabon et au Sénégal.
Etre fait Chevalier de la Légion d'honneur, en tant que sous-officier et à moins de 20 ans de service, revêt un caractère tout à fait exceptionnel, à l'image des remarquables services rendus à la France par l'AD/C Mitu.
Le Sergent Artur Weremczuk recevait la Médaille Militaire, le Caporal Chef Ventsislav Nikolov, la Médaille d'or de la Défense Nationale avec Etoile de Bronze.
Jérôme Seguy, sous-préfet de Calvi remettait le décret de naturalisation française au Caporal/Chef Marius Popa et au Caporal Ouladzimir Lenski.
Les récipiendaires regagnaient les rangs avant l'hommage aux morts rendu par les autorités avec plusieurs dépôt de gerbes, suivis de la sonnerie aux morts et de l'hymne national.

Un défilé somptueux
La foule immense se massait esnuite tout au long du boulevard Wilson et de l'avenue de la République pour suivre le défilé des troupes à pied et des engins motorisés.
Un défilé qui a connu un succès fou.
La foule devait en effet réserver des applaudissements nourris aux Légionnaires du 2e REP.
Outre les personnes déjà citées, on a noté la présence de nombreux adjoints et conseillers municipaux de Calvi, de Jeanine Maraninchi, officier (er) de l'armée, responsable de l'antenne Balagne de la Ligue contre le cancer.

Défilé du 14 juillet à Marseille en images

https://destimed.fr/

samedi 15 juillet 2017

JPEG - 200 ko

Le défilé du 14 juillet à Marseille (Photo Robert Poulain)

JPEG - 226.8 ko

(Photo Robert Poulain)

A Paris, l’invité d’honneur du 14 juillet était Donald Trump, à Marseille il s’agissait de Chiara Appendino, maire de Turin depuis le 19 juin 2016, qui effectuait son premier déplacement officiel à Marseille. Devant une tribune officielle qui a également accueilli les nouveaux députés, quelque 1 000 soldats des Armées de terre, de l’air, de la Marine, du Service de santé ont défilé sur l’avenue du Prado et malgré des applaudissements nourris, on ne peut que regretter les défilés qui se déroulaient autour du Vieux-Port où la communion populaire était bien plus grande. Toujours est-il que les pompiers et la Légion Étrangère reçoivent quelque faveur de plus de la part du public. D’autant que cette année parmi les hommes de la Légion ont retrouve notamment ceux du 1er Régiment Étranger de Cavalerie de Carpiagne qui assurent la sécurité des Marseillais dans le cadre de l’opération Sentinelle.

 

Diaporama Robert POULAIN

Prises d'armes de la Légion au Sénat

http://ainsi-va-le-monde.blogspot.fr/

jeudi 13 juillet 2017

Cette prise d'armes se déroule tous les 13 juillet dans les jardins du Sénat (Paris). Autour de la Musique et ses cinquante quatre musiciens et, bien entendu, du régiment qui descendra les Champs-Elysées, le lendemain. Cette année, il s'agit du 4ème Régiment étranger (RE, Castelnaudary, Aude). 109 jeunes légionnaires récemment formés pour la plupart, qui clôtureront, demain en fin de matinée, le défilé à pied derrière les pionniers du 1er Régiment étranger (RE) et la MLE. "Au 4ème Etranger" a expliqué dans son ordre du jour le général Maurin, commandant la Légion, "j’exprime toute ma gratitude pour sa part majeure dans la pleine réussite de la participation de la Légion étrangère à l’objectif de déploiement d’une force opérationnelle projetable de 77 000 militaires, décidée par le Président de la République en 2015." Le régiment a, en effet, absorbé ce surplus d'engagés volontaires et formés des cadres chargés d'encadrer les néo-légionnaires. "La Légion étrangère, en trois ans, a créé douze des trente-trois unités élémentaires supplémentaires de l’armée de Terre, et fourni ainsi près du tiers de l’effort national " a précisé le COMLE.
Ce rendez-vous est l'occasion de remise de décorations. Parmi les récipiendaires, le major Charpentier, 42 ans de présence (plus ancien matricule de l'institution) qui a été fait chevalier de la Légion d'honneur par son ancien chef de section à Kolwezi, le général Benoît Puga, actuel grand chancelier de la Légion d'honneur.

Parmi les récipiendaires également (officier de la LH), les colonels Ozanne (chef de corps 2ème REI, 2012-2014), O'Mahony (n°2 de la LE), Putz (commandant le 2ème Régiment étranger d'infanterie 2014-16)

Cette prise d'armes a été l'occasion d'une remise de képis blancs à 57 engagés volontaires.

Légion : solidarité Nice

http://www.ladepeche.fr/

Publié le 13/07/2017

Légion : solidarité Nice

Légion : solidarité Nice

 

Les «fortes têtes» ont décidé de soutenir les victimes des attentats de Nice. Une idée lancée par le major Franck, un triathlète qui a voulu courir utile au profit des victimes du terrible attentat. Une idée qui a séduit sa hiérarchie, et c'est pourquoi une équipe du régiment participera à l'Ironman de Nice, le 23 juillet.

«Cette épreuve, au-delà de l'exploit sportif, a pour but de témoigner notre soutien et notre solidarité par un geste de devoir de mémoire», souligne-t-on au 4e régiment étranger.

Laurent Jalabert et son frère Nicolas, sportifs au grand cœur, ont accepté immédiatement de soutenir cette cause et d'en être les parrains. Avec plus de 146 nationalités, ce corps de l'armée de terre est un modèle d'intégration. Plus de 3 600 étrangers au service de la France ont déjà donné leur vie pour leur patrie d'adoption.? «Nous cultivons plus que tout la solidarité, qui est le liant de notre nouvelle terre d'adoption et le ciment de notre nouvelle famille : la Légion étrangère !», nous explique-t-on au «4» o où l'on lance un appel à la générosité au profit de l'association Promenades des anges. Notre cagnotte : la part des anges, sera remise à la présidente de l'association, qui est très émue par le geste des «fortes têtes».

La Dépêche du Midi

Ce qui est en ligne depuis la dernière Newsletter...

Aveyron : dans les coulisses du stage des légionnaires à Saint-Affrique

http://www.midilibre.fr/

12 juil. 2017

Aveyron : dans les coulisses du stage des légionnaires à Saint-Affrique

Au Rial, les légionnaires ont travaillé des procédures. DR

Des légionnaires étaient en stage au centre de loisirs du Rial de Vabres-l'Abbaye. Durant un mois, ils se sont spécialisés dans le combat d'infanterie.

Le régiment d'infanterie de la 13e demi-brigade de la légion étrangère (DBLE) est installé au camp du Larzac, à La Cavalerie, depuis juin 2016. Actuellement, il compte 800 légionnaires et cadres. Ils seront 1 300 en 2018. "Depuis l'année dernière, on est en phase de montée en puissance des effectifs, des infrastructures et du matériel, indique le lieutenant Maël Couty, officier de communication de la 13e DBLE. Parallèlement, on fait monter en puissance la préparation opérationnelle."

Dans ce cadre-là, deux sections de jeunes engagés, l'une de vingt-cinq militaires et l'autre de cinquante, ont effectué un stage d'entraînement d'une à quatre semaines sur les soixante hectares du centre de loisirs du Rial, situé sur la commune de Vabres-l'Abbaye. Centre de loisirs qui appartient à la mairie de Saint-Affrique.

Simulation de combat et tir à blanc

Âgés de 19 à 34 ans et engagés pour cinq ans, ces nouveaux légionnaires ont suivi quatre mois d'instruction à Castelnaudary, dans l'Aude, avant de se spécialiser dans le combat d'infanterie. Au programme quotidien, ils avaient un réveil à 5 h 30, suivi d'activités sportives et de plusieurs phases d'instruction technique (armement, transmission, génie). Les nouveaux légionnaires sont venus s'entraîner à deux reprises au bassin nautique de Saint-Affrique pour réaliser l'épreuve de base appelée le "100 + 10". Il s'agit de réaliser en un minimum de temps cent mètres à la nage, suivis de dix mètres en apnée sous l'eau.

Au Rial, les jeunes troupes ont effectué une journée de marche ainsi que deux ou trois exercices de nuit avec simulation de combat dans un bâtiment en ruine et tir à blanc. "On travaille aussi sur les réactions à avoir face à un terrain miné ou avec des bombes artisanales que l'on peut rencontrer en opérations extérieures, explique le sergent-chef Anthony, chef de section de la formation technique spécialisée".

"Le lieu est propice avec des vallées, du découvert, des pistes et de l'espace pour ne pas déranger les voisins"

"On apprend aux recrues les techniques d'interventions opérationnelles rapprochées. Il s'agit de combat en self-défense adapté aux missions Vigipirate en métropole. Comme par exemple, en cas d'agression et de légitime défense, maîtriser quelqu'un dans un aéroport ou dans la rue quand on fait des patrouilles, avec ou sans la Police." Côté armement, les légionnaires apprennent le montage et le démontage des fusils d'assaut Famas, mais également des HK416, la nouvelle arme des fantassins.

Au programme également, des exercices de nuit aux alentours du Rial, des marches d'approche, des courses d'orientation avec carte et boussole. "Le lieu est propice avec des vallées, du découvert, des pistes et de l'espace pour ne pas déranger les voisins, souligne le sergent-chef Anthony. On est allé se présenter dans les fermes et on a été bien accueilli. Il y a eu une bonne cohabitation avec des familles qui louaient la grande salle du Rial, ainsi qu'avec une école venue en sortie. Un grand merci à la mairie et aux voisins qui nous ont supportés." À noter qu'avant de prendre possession des lieux, les légionnaires ont nettoyé et remis en état une partie des bâtiments qui avaient été vandalisés.

A Vabres-l’Abbaye, la mairie n’était pas informée de la présence de la Légion

Le jeudi 6 juillet, Michel Bernat, maire de Vabres-l’Abbaye, est venu au Rial signifier son mécontentement aux gradés de la 13e DBLE : "J’ai reçu les doléances des chasseurs. Quelques agriculteurs disent que la présence de légionnaires pose problème avec le déplacement du gros gibier des parties boisées vers les parties cultivées de la plaine. Je ne suis pas contre l’armée, mais je ne suis au courant de rien."

De son côté, Alain Fauconnier, maire de Saint-Affrique, déclare avoir signé, il y a trois semaines, une convention d’utilisation du Rial avec la 13e DBLE : "Le petit malentendu vient du fait que le Rial est propriété de la ville de Saint-Affrique, mais son siège est sur la commune de Vabres. Il faut élargir la convention aux trois parties. A 90 %, tout le monde est ravi du comportement entre la Légion et la population". Serge Acié, président de deux sociétés de chasse à Vabres, souhaite aussi "être informé des périodes de présence de la légion au Rial", notamment pour des raisons de sécurité.

Une rencontre tripartie (13e DBLE, maire de Vabres et président de la société de chasse) a eu lieu lundi à la mairie de Vabres. "La Légion a promis d’avantage d’information à l’avenir", déclare Serge Acié. "La rencontre a été constructive et la Légion respectera le nombre de jours de chasse annuel prévu", ajoute Michel Bernat.

Mâcon : le concert de la Musique de la Légion Étrangère en images

http://www.lejsl.com/

Le 02/07/2017

Le concert de la Musique de la Légion Étrangère en images.  Photo Jean-Louis NAVARRO

Le concert de la Musique de la Légion Étrangère en images.  Photo Jean-Louis NAVARRO

Le concert de la Musique de la Légion Étrangère en images.  Photo Jean-Louis NAVARRO

Le concert de la Musique de la Légion Étrangère en images.  Photo Jean-Louis NAVARRO

Le concert de la Musique de la Légion Étrangère en images.  Photo Jean-Louis NAVARRO

Invitée d’honneur de la Journée départementale des Armées, organisée par le conseil départemental, la Musique de la Légion Étrangère a clôturé l’événement, samedi soir, sur l’esplanade Lamartine.

La formation, conduite par le chef de musique Émile Lardeux, a perpétué la tradition des képis blancs, avec un parfum de nostalgie évoquant parfois Camerone, le Tonkin, Bir-Hakeim, Dien-Bien-Phu, Kolwezi et le Liban. Retour en images.

Un bureau de recrutement de la Légion étrangère

http://www.ladepeche.pf/

vendredi 30 juin 2017

legion

“On les regarde, parfois avec envie car ce sont des candidats qui nous paraissent
faire d’excellents soldats”, confie le lieutenant-colonel Doutey. (© Photo : Florent Collet)

 

C’est une institution, une particularité française, une fierté de la nation. La Légion étrangère est aussi bien connue pour ses faits d’armes, son rôle prépondérant dans de nombreuses batailles que pour sa politique de recrutement ouverte à tous.

Aujourd’hui, en réponse à la menace terroriste, l’armée de terre mène des efforts de recrutement et la Légion étrangère y contribue. De 2015 à 2019, les effectifs de képis blancs devraient ainsi augmenter de 30 %. Depuis 2009, le ComSup hébergeait déjà un bureau fournissant des informations sur les conditions d’engagement dans la Légion. Les candidats intéressés devaient ensuite se payer un billet d’avion pour passer les épreuves de sélections dans l’Hexagone. Désormais, cette présélection se fera localement. Les Polynésiens pourront subir les tests, qui, s’ils sont réussis, déboucheront sur un premier contrat signé au fenua. L’armée prendra alors en charge le billet d’avion vers l’Hexagone.

Reste qu’en tant qu’unité d’élite, les tests sont loin d’être une sinécure. Dix mille candidats les tentent chaque année en France. Après un premier bilan de santé, les candidats doivent présenter un papier d’identité. Comme le veut la tradition, la Légion n’exclut pas forcément ceux ayant un passé trouble.

“La Légion peut donner une deuxième chance. Si le candidat a fait de la prison et qu’il a purgé sa peine. Pourquoi pas ? Nous regarderons le délit qu’il a commis. C’est ouvert. On ne cherche pas forcément non plus les repris de justice”, prévient, pour autant, le lieutenant-colonel Doutey, commandant du bureau de recrutement de la Légion étrangère au niveau national, de passage pour quelques jours à Tahiti pour l’ouverture du bureau.
“La Légion étrangère est plus qu’un métier. Ce qui nous différencie des autres armées connues, c’est que tous les légionnaires que nous allons engager, nous allons en faire des combattants pendant les cinq premières années de leur contrat. Ce n’est pas une promesse, c’est une réalité de la Légion étrangère”, assure le lieutenant-colonel Doutey.

Les candidats devront ensuite effectuer trois tractions en pronation. Ils subiront ensuite une batterie de tests psychotechniques et, enfin, un test sportif Luc Léger, des courses à des vitesses de plus en plus importantes.
La réussite de ces épreuves physiques ne donnera pas forcément le sésame vers l’engagement et l’Hexagone.

“Il y a un critère très important, c’est la motivation. Celui qui viendrait juste chercher un emploi, il a peu de chance de réussir à la Légion. Car la Légion est un système d’hommes très soudés. Les valeurs qui doivent réunir les légionnaires vont bien au-delà du besoin de nourrir sa famille. C’est un combattant qui doit être prêt à mourir pour la France. Dès les premières minutes, nous essayons de cerner sa personnalité pour voir s’il adoptera notre système de valeurs”, explique le lieutenant-colonel Doutey.

En cette période de recrutement intense, la Polynésie est la première à voir la Légion consentir l’effort d’un bureau délocalisé, la réputation du soldat polynésien n’y est pas étrangère.

“On sent qu’il y a de vraies potentialités ici, c’est une évidence. Le Polynésien dans l’armée française, ce n’est pas une nouveauté. On en trouve beaucoup dans l’armée de terre et les autres armées. On les regarde, parfois avec envie, car ce sont des candidats qui nous paraissent faire d’excellents soldats. On connaît leurs capacités physiques, leur ardeur au combat. On sait que le Polynésien préfère être dans l’action, préfère le combat aux missions de soutien.

C’est clairement la réalité de la Légion étrangère. Sur nos 9 000 hommes, 8000 sont des combattants”, témoigne le lieutenant-colonel Doutey.
Wallis-et-Futuna et la Nouvelle-Calédonie pourraient également, à l’avenir, voir l’ouverture de bureaux de recrutement sur leur sol.
“Elle garantit un premier et deuxième contrat comme militaire, mais de nos képis blancs, nous faisons des cadres, sans avoir les capacités nécessaires au départ. C’est nous qui allons en faire des cadres. Notre système est un ascenseur social qui amène du plus petit au plus haut niveau. Cela laisse à chacun la chance de se réaliser”, précise le lieutenant-colonel Doutey.

Une opportunité qui s’ouvre désormais aux Polynésiens.
Si les bureaux ne sont pas ouverts 7 jours sur 7, 24h sur 24 comme dans l’Hexagone, les bureaux de recrutements seront ouverts les mardi et jeudi au ComSup de Arue.

Légionnaire, mon frère

Alan Seeger, le poète de la Légion étrangère, ses lettres et poèmes écrits durant la guerre, réunis par son père - 1918

Moi, légionnaire et marsouin - 1932

Lundi, 24 Juillet 2017 13:00


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui6324
mod_vvisit_counterHier10281
mod_vvisit_counterCette semaine35648
mod_vvisit_counterSemaine dernière58095
mod_vvisit_counterCe mois118289
mod_vvisit_counterMois dernier294058
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0910404369

Qui est en ligne ?

Nous avons 2363 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13629
Affiche le nombre de clics des articles : 21847640
You are here AALEME LES NEWSLETTERS DE L'AALEME 2017 La Newsletter 17/28 de l'AALEME.